Actu Média

ligne déco
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation
Sources : Libération

Boris Johnson défie Theresa May sur le Brexit

Le ministre des Affaires étrangères a publié une tribune vantant un Brexit dur, perçue comme une critique de la Première ministre britannique et un défi à son autorité.

 

Boris Johnson dispose d’une grande qualité. Il peut être «très amusant», a déclaré…

séparation
Sources : L'Humanité

Réforme XXL du code du travail, feu-vert pour les ordonnances et après ?

C’est fait, la loi habilite le gouvernement à prendre par ordonnances toutes mesures pour réformer le code du travail. Reste encore à les ratifier.

Après le feu vert du Conseil constitutionnel par délibération du 7 septembre 2017 , samedi 16 septembre a été…

séparation

Les fonctionnaires de la mairie accusent

6c0a988f37fc97aa05edce59653955a8.jpg

Elne. Depuis le 10 octobre une partie importante des salariés titulaires est en grève. Le maire s’entête.

Depuis 2014 la gestion des personnels municipaux est profondément marquée du triple sceau de l’arbitraire, la réduction des activités et l’autoritarisme. Des problèmes graves s’accumulent, humains et techniques, jamais réglés. Au centre, sans surprise, il y a le maire. Dans cette ville de 8500 habitants, près de 150 agents travaillent pour la ville et ses habitants. Parmi eux, 115 titulaires, 21 CAE (contrats aidés bientôt supprimés) et quelques contractuels. «C’est à peu près 30 emplois en moins en un peu plus de deux ans» ,confiait l’un des responsables CGT lors du premier jour de grève. Les non renouvellements de contrats et non remplacements de certains départs en retraite ont abouti à ça. Le deuxième élément, c’est la «chasse aux sorcières» qui touche précisément au moins quatre agents parfaitement identifiés. Deux d’entre eux ont cherché un emploi ailleurs, une autre est au chômage, un est placardisé. Et puis il y a les choix stratégiques dont «la disparition de la Direction de la culture» et sa transformation, permettant la mise au placard de l’ancienne directrice. La nouvelle vient de quitter la mairie, après un burn-out. Enfin, il faut y ajouter l’affaiblissement du centre social, avec des moyens diminués, et la placardisation de sa responsable» avant son départ à la retraite, remplacée par un CDD.

Une désorganisation des services programmée?

«Mais que veut le maire?». Les responsables syndicaux précisent: «Depuis 3 ans, nous en sommes au 14e organigramme! D’abord, on a tout chamboulé, changé les affectations, changé les agents de services, de bureaux. Et la mairie, dans le même temps, a aussi embauché, des cadres, dont un nouveau DGS (directeur général des services), pour une direction pléthorique. Le nouveau DGS lui-même a fini en burn out et est parti en décembre». Sans commentaire. Plusieurs agents au service technique ont aussi été mis de côté. Quelques élus de la majorité multiplient les «contrôles» et les «surveillances». Bref, c’est une ambiance de travail détestable et délétère qui règne aujourd’hui. «Il faut aussi y ajouter quelques reculs sociaux, RTT et primes», n’oublie pas de rappeler l’un des participants à la grève. «On vient au travail avec la boule au ventre et il y a, il fallait s’y attendre, une forte augmentation des arrêts de travail», poursuit un autre responsable CGT. Des démarches sont engagées pour que les services de l’État interviennent et constatent. Il y avait donc 48 grévistes (tous titulaires) le 10 octobre et autant le 12, où le maire a refusé de recevoir une délégation issue de l’assemblée générale. Ce mercredi 18, le maire a accepté une rencontre avec les élus (IRP) du personnel. Il y a urgence.

Dernière minute

Cette réunion n’a pas eu lieu, le maire refusant la délégation CGT désignée par l’assemblée des salariés grévistes.

Rédigé le 19/10/2017

Michel Marc