Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Assises de la mixité sociale et scolaire

0909e6cc6e121465b27c422fc4bb76ee.png

FSU. La fédération a tiré la sonnette d’alarme sur le manque grandissant de mixité scolaire dans les établissements de Perpignan. Après avoir publié en juin dernier un livre blanc, elle a organisé le 12 octobre des assises sur la mixité.

D’entrée, Grégory Raynal, secrétaire départemental de la FSU, précisait que le but de ces assises était de mettre le débat sur la place publique, tout en étant conscient qu’il s’agissait d’un débat complexe qui dépassait la seule Éducation nationale. De nombreux institutionnels avaient répondu à l’invitation de la FSU, à l’exception remarquée de la ville de Perpignan et du préfet. David Giband, géographe à l’UPVD, ouvrait les assises par un brillant exposé sur la «ségrégation spatiale et la mixité sociale dans l’aire urbaine de Perpignan». Le constat fut accablant : 23% de la population est au chômage, 30% de Perpignanais vivent en dessous du seuil de pauvreté, le double de la moyenne nationale. Saint-Jacques est classé le quartier le plus pauvre de France: le revenu moyen est de 2310Ä/an! Celui de Saint-Mathieu et la Réal de 6500Ä/an. Ces quartiers agissent comme des repoussoirs. D’où l’autre constat: le centre ville s’est paupérisé et marginalisé et les classes moyennes se sont isolées en périphérie. Le marché immobilier est fragmenté: logement social au centre, pavillonnaire en périphérie.

Comment en est-on arrivé là?

Par l’histoire d’abord. Dès les années soixante-dix, les élites ont fui vers la périphérie. Puis, avec l’aide à la pierre et le mythe de la maison individuelle, ce fut le tour des classes moyennes. Par la gestion de l’espace ensuite. Aucun plan d’urbanisme contraint jusqu’en 1984. Le SCOT (schéma de cohérence territoriale) ne sera adopté qu’en 2010! Les promoteurs immobiliers s’en sont donc donné à cœur joie. Ce mode de vie périurbain, associé à une faible densité des transports en commun, a développé un entre soi résidentiel au détriment du vivre ensemble. La ségrégation résidentielle a évidemment des conséquences sur l’école. 40% des élèves de Perpignan sont scolarisés dans le privé (20% moyenne nationale). En conclusion, pour David Giband, il faut «penser la mixité autrement plutôt que de la panser». Notamment par des politiques publiques permettant la mobilité, et remettant l’école au cœur de l’urbain. Il faut avant tout mobiliser les acteurs politiques car la non mixité est le fruit du laxisme institutionnel.

Les pistes

Jean-Paul Bareil, secrétaire adjoint de la FSU, a rappelé les quatre pistes évoquées dans le livre blanc (cf. TC n° 3689): offre de formation, délocalisation, sectorisation incluant la périphérie, place du privé. Il a cependant précisé: «La FSU ne préconise rien, vu qu’elle n’est pas décisionnaire». Marc Moliner, secrétaire du SNES, a renchéri: «On ne pourra pas construire la mixité contre la population».

Grégory Raynal a conclu en espérant que chacun sortirait de ce débat soit conforté dans ses convictions ou au contraire avec des doutes.

Rédigé le 19/10/2017

Anne-Marie Delcamp