Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Gazoduc dans les Pyrénées: stop au STEP

046079f1aa4fce6b64d7c0b1a5230e9e.jpg

économie et écologie. Le projet STEP s’inscrit dans une logique écologique, politique et économique contestable.

Ala suite du projet MidCat de gazoduc traversant les Pyrénées-Orientales et abandonné en raison de son coût, le projet STEP se veut indépendant du précédent. Il s’inscrit dans le cadre d’une décision européenne de développement des infrastructures gazières. Il ne viserait qu’à acheminer le gaz du Nord vers le Sud, et présenterait divers avantages : nous rendre moins dépendants du gaz russe, permettre aux paysans de vendre le gaz des biomasses, donner de la cohérence aux installations espagnoles, etc. De plus, la France est naturellement bien située pour que la distribution de gaz en Europe se fasse à partir d’un nœud de gazoducs et stations gazières sur son sol. Pourtant le projet présente de nombreuses failles dans son argumentation.

Le gaz est-il écologique ?

Le gaz est «moins carboné» que d’autres produits pétroliers. Toutefois, s’il s’échappe malencontreusement, le gaz devient un facteur de réchauffement climatique. Les accidents majeurs existent. Pour preuve, l’explosion le 12 décembre 2017 d’un terminal en Autriche. De plus, toutes les productions de gaz ne sont pas défendables. Le gaz naturel vient avec l’extraction du pétrole brut ou du charbon (le grisou). Par contre, forer pour aller chercher du gaz dans des nappes, qu’il soit tight gas, gaz de couche ou gaz de schiste, voire même dans les fonds sous-marins, signifie puiser dans les énergies fossiles, ce qui est anti-écologique.

Le gaz va-t-il circuler du Nord vers le Sud uniquement ?

Les aménagements espagnols sont conçus entre autres pour recevoir le gaz algérien par le gazoduc sous-marin à Almeria et le GNL (gaz naturel liquéfié) provenant surtout du Qatar aux terminaux portuaires. L’Algérie est en crise pétrolière et ne produit qu’à peine le gaz nécessaire à sa propre consommation. Son annonce récente de reprendre les forages de gaz de schiste à In Salah vient conforter nos présomptions: nous risquons de nous servir du gazoduc STEP pour consommer un gaz dont nous avons proscrit l’extraction sur notre propre territoire.

L’UE a-t-elle besoin d’un approvisionnement extérieur en gaz ?

Ici, la réponse est oui, malgré une consommation en légère baisse. Plusieurs pays d’Europe ont dépassé leur pic de production de gaz, ce qui signifie que le volume produit va baisser inexorablement, même si la Norvège, par exemple, continue de progresser. La dépendance européenne actuelle au plus grand détenteur mondial de gaz qu’est la Russie est réelle mais plutôt que de renforcer le parc de gazoducs, ne devrait-on pas faire un effort pour réduire la consommation de façon significative ?

Le gazoduc favorise-t-il le développement du biogaz ?

Non! Le gaz par fermentation est produit de façon décentralisée. Il s’injecte dans les installations locales. Or en été, la consommation domestique diminue et la production excédentaire pose problème. L’adjonction dans les réseaux de distribution régionaux est complexe (longues canalisations ou technique du rebours). Une autre solution utilisée en Suède consiste à transformer le biogaz en électricité, mais le réseau électrique public peut être saturé par les productions de fermes solaires, comme c’est le cas en Grande-Bretagne.

De toute façon, les estimations les plus optimistes prévoient 25% de gaz de biomasses injectés dans les gazoducs à l’horizon 2050, la part d’hydrogène étant moindre encore. L’avenir énergétique lié au gaz semble toutefois plus orienté vers l’hydrogène. La fabrication par électrolyse (encore marginale aujourd’hui) est propre et la technologie pour incorporer l’hydrogène à des piles est en progrès.

Même si le gazoduc STEP doit être partiellement financé par l’Europe et ne doit rien coûter aux collectivités locales, même si les dégâts causés doivent faire l’objet d’une compensation financière, son impact environnemental s’annonce destructeur des espaces naturels, des terres agricoles et des rivières. Les arguments en sa faveur sont peu convaincants.

Rédigé le 11/01/2018

Veronika Daae