Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation

Alain Krivine, toujours au combat

3e7c2dea090a56caaa812cc56e17ea68.jpg

Rencontre. Un des acteurs majeurs de mai 68, ancien leader de la Ligue communiste révolutionnaire, reçu par notre journal.

A l’occasion de sa visite à Perpignan pour une réunion publique du NPA sur les évènements de mai 68, Alain Krivine, ancien leader de la Ligue communiste révolutionnaire a bien voulu nous accorder un entretien. Il s’est dit heureux que notre hebdomadaire qui «est connu au-delà du département» lui donne la parole. Il souligne que les rapports ont considérablement changé entre «nous et le PC et qu’il serait souhaitable qu’un accord politique se fasse entre toute la gauche de transformation sociale pour s’opposer à la politique néfaste de Macron, au-delà des élections».

De mai 68, Alain Krivine retient deux choses. «La force du spontanéisme du peuple sans intervention des partis. Des milliers de jeunes, de femmes et d’ouvriers se sont mobilisés et ont découvert l’engagement politique », et citant Trotski «quand il y a un immense mouvement populaire, les gens sont quotidiennement méconnaissables».En même temps il pense que «les partis sont nécessaires pour donner une perspective à un mouvement social[…] Il ne peut y avoir d’alternative anticapitaliste crédible sans action des partis politiques hors échéances électorales, et en cela «je me démarque de la position d’un Jean Luc Mélenchon ou du PCF».

Avec une pointe d’humour, il note que sa défiance vis-à-vis des élections ne l’a pas empêché d’être député européen, rappelant son mot d’ordre «élections, piège à cons» lors de la convocation des législatives de juin 68.

Que dire de la politique de Macron?

S’agissant de la politique de Macron, «avec son mot d’ordre ni gauche ni droite, c’est du baratin. Au bout d’un an, les gens se rendent bien compte qu’ils ont été trompés et il n’y a sans doute jamais eu un sentiment anticapitaliste aussi fort qu’aujourd’hui, mais ils sont plus paumés qu’en 68!». Il ajoute «aujourd’hui on a une droite qui mène une politique d’extrême-droite et une pseudo gauche qui mène une politique de droite», en référence au PS et aux années Hollande (loi El Khomri, mise à mal du code du travail). «Macron est un type de droite, très à droite et il est nécessaire de faire l’unité des révolutionnaires et des réformistes, au moins pour se débarrasser de ce grave danger».

A la question de son positionnement sur l’initiative autour de la «marée populaire», il y apporte son soutien total. «Il faut être unitaire, c’est fondamental. C’est un début, une première vague et aller plus loin avec de grandes manifestations et la grève générale; non plus des grèves perlées qui désamorcent un peu tout le monde.»

La montée des mouvements fascisants en France et en Europe

Alain Krivine est catégorique. «Quand il y a une crise économique et qu’il n’y a pas d’alternative anticapitaliste crédible, l’extrême-droite devient crédible(…) Ceux qui profitent de la crise au niveau mondial, ce ne sont pas les anticapitalistes, on le voit en Amérique latine, en Asie, dans les pays du Maghreb, c’est la droite fascisante qui ressurgit.Je suis pour qu’on prenne à bras le corps la question du pouvoir politique». Et citant les exemples de Podemos, de Syriza ou des Zapatistes, «ces mouvementsqui ont connu une vraie popularité rencontrent des difficultés parce qu’ils négligent la question du pouvoir politique et ne veulent pas rompre clairement avec le capitalisme.». Partout «ce sont des politiques d’austérité qui sont menées, aussi bien par la gauche que par la droite. »

Il conclut «je n’ai jamais vu des élections déboucher sur une vraie politique sociale, mais plutôt des mouvements sociaux qui amènent, y compris à travers des élections, des résultats concrets, comme en 1936.»

Enfin, s’agissant de la Catalogne du Sud:«Je suis pour la libération des prisonniers politiques et l’autodétermination du peuple catalan, comme pour tous les peuples; c’est aux Catalans de déterminer leur avenir, tous les internationalistes devraient être sur cette positon.»

Rédigé le 07/06/2018

Propos Recueillis Par Roger Rio