Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Sortir des violences conjugales

a6947c06401ca330ac2c68f63d46bd4d.jpg

Social. L’APEX, association créée en 2007 à Perpignan, accompagne les personnes aux prises avec les violences conjugales qui trouvent en ce lieu des outils pour reconstruire leur vie.

Installée depuis 11 ans à Perpignan, l’APEX intervient auprès des victimes, auteurs ou témoins de violences conjugales. L’Escale, un des services de l’association, est un lieu ressource pour les femmes et les enfants. La structure est l’un des premiers accueils de jour, porté par le collectif Droits des femmes 66. En lien avec les maisons sociales de proximité du département, les sept intervenants de l’APEX effectuent des permanences tous les quinze jours, où ils proposent des entretiens individuels ou des groupes de paroles co-animées avec les travailleurs sociaux de proximité.

Un espace consacré

L’Apex est un lieu de vie où les personnes en grande difficulté dans leur foyer, trouvent un soutien et des outils pour regagner sérénité et confiance en soi, en mettant à disposition des ateliers gratuits, de self défense, de sophrologie, et d’art. D’autres associations telles que France victimes 66 tiennent des permanences, ainsi qu’une assistante sociale de la CPAM. Muriel Guillaumes, formatrice, explique que l’association est financée par divers organismes au niveau départemental, régional et national : «Nous nous retrouvons régulièrement en déficit. Ce qui est dramatique, c’est que 4 millions sont donnés par le gouvernement pour la communication autour des violences faites aux femmes, mais il faudrait qu’ils donnent les moyens pour que les structures puissent accueillir ces femmes…»

Une écoute active

Être disponible auprès de personnes en détresse émotionnelle demande une grande écoute et une empathie contrôlée. Chaque histoire est différente et aucun critère sociologique n’entre en compte.

La difficulté pour sortir d’une situation de violence conjugale est réelle. Muriel Guillaumes explique les cycles de la violences : «Physique ou psychologique, la violence n’est pas aussi simple à gérer. La violence passe par quatre phases, une tension s’installe provoquant de l’angoisse et du stress, puis la violence verbale et physique apparaît, cette phase peut être très brève. Elle est suivie par la phase de justification, où l’agresseur trouve des excuses et minimise son comportement tout en impliquant des manquements de son ou sa partenaire. Des excuses sont présentées par l’agresseur qui met en avant sa tristesse, évoquant le suicide, ou envisage de suivre une thérapie... La personne qui subit la violence entre dans ce cycle qui peut être sans fin. La violence morale est plus compliquée à détecter, mais la destruction émotionnelle est identique.» Le plus important pour les intervenants de l’Apex est de porter la plus grande attention à ce qui est dit, et faire en sorte d’aider les victimes dans leurs besoins et leurs démarches. «Si la personne est prête à partir nous lui donnons toutes les clés d’informations sur ses droits, sans l’assommer ni la victimiser davantage. Certaines personnes sont totalement détruites et extrêmement angoissées. Il faut leur redonner confiance en leur ressource et leur force personnelle. C’est une rééducation qui se fait étape par étape.»

Coordonnées: A P E X
7, rue des Rouges Gorges, 66000 PERPIGNAN
Tél.: 04-68-63-50-24 - portable : 06-70-22-90-19

Rédigé le 08/11/2018

Priscilla Beauclair