Actu Média

ligne déco
Sources : L'humanité

STRATÉGIE DE CRISE DE COVID-19 : QUE FAUT IL FAIRE POUR SORTIR DU CONFINEMENT ?

 

La vague du COVID-19 poursuit sa progression en Europe et s’intensifie dans le reste du monde ;…

séparation
Sources : L'Indépendant

Coronavirus - Hôpital de Perpignan - Hugues Aumaître : "Restez confinés, c'est le moment ou jamais"

 

Chef du service maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital de Perpignan, Hugues Aumaître fait le point sur…

séparation
Sources : Marianne

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion…

séparation
Sources : Libération

Retraites : le trafic SNCF et RATP toujours perturbé mardi

Le mouvement social

Sources : L'Humanité

Le mépris d’Emmanuel Macron rebooste le mouvement social

Dans sa traditionnelle séance de vœux, le chef de l’État a répondu par une fin de non-recevoir méprisante aux Français qui refusent sa réforme des pensions. Et renforcé leur détermination…

séparation
Sources : L'Humanité

Inégalités. Les femmes, un Alibi de la réforme qui perd de points

Le gouvernement affirme qu’elles seront les gagnantes de son nouveau régime. Les premiers détails montrent au contraire des régressions, alors que leurs pensions sont en moyenne déjà 25 % moins…

séparation
Sources : L'Humanité

Mobilisation. Les salariés de la culture entrent dans la danse.

Les musiciens et danseurs grévistes de l’Opéra de Paris ont marqué les…

séparation
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation

Noir c’est noir

1d2d0887e80ffd547fcb263eecb81a6a.jpg

Archipel. Avec « La rémanence des lucioles », la Compagnie La Lanterne, sous la direction de Marie Clavaguera-Pratx, offre une plongée dans un monde souterrain.

Cette création, due à une artiste originaire d’ici, était soutenue par le Théâtre de l’Archipel. Sa thématique est originale : ces gens qui, dans de nombreuses villes, vivent en sous-sol, sans jamais voir la lumière du jour. Les lucioles du titre sont une référence à Pasolini, pour qui ces insectes étaient des marqueurs de « l’innocence et de l’amour », mais aussi parce qu’ils sont ces lueurs dans l’obscurité, évoquant ces sociétés souterraines bien organisées. Cette réalité, qu’a découverte la jeune metteur en scène, l’a marquée jusqu’à en faire œuvre théâtrale. Elle l’expliquait en préambule. Pour le public, ce spectacle se présente d’abord comme une expérience vécue, il est mis en situation de ressentir ce que doivent ressentir les protagonistes. Tout au long, la salle, comme la scène, est dans une quasi-obscurité, trouée juste de quelques lueurs, un éclairage, un brasero... Le sol est jonché de ce qui est censé représenter des feuilles mortes, façon de symboliser l’aspect terrien, une tente est plantée, et, dans un coin, un atelier. Évoluent là quatre comédiens dont un danseur et un acrobate, une femme, plutôt gueularde, et un jeune homme, trisomique, particulièrement émouvant. Pas d’intrigue à proprement parler, une succession de tableaux, certains saisissants, notamment lorsque le groupe se fi ge, en arrêt, dans une muette supplique, ou le réussi mariage de la chorégraphie, du cirque et du travail d’acteur. Moment de panique, la chute bruyante et inattendue, depuis le monde du dessus, d’un morceau de terre planté de fl eurs rouges. Cette intrusion, colorée, de l’ailleurs, pour les hommes souterrains est un événement perturbateur, qui aura des conséquences. Pris dans cette sombre atmosphère, le spectateur suit les scènes qui défi lent, elles renvoient à mille choses, les ateliers clandestins, la jungle de Calais... autant d’allusions à des populations marginalisées. Rien de tout cela n’étant explicite. Le public reste sur sa perplexité, regrettant les trop nombreux temps morts, le texte minimaliste, la surabondance de criailleries, qui tendent à occulter les réelles qualités du spectacle. Gageons que la troupe aura à cœur de reprendre le travail, le resserrer, lui insuffl er du rythme, ce n’était, après tout, que le début de l’aventure.

Rédigé le 28/01/2016

N.G