Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation

La trace et le souffle, thèmes aériens pour de belles œuvres

fb09c4c68c7da8b7d0901c4a2e5f33ab.jpg

Musée d’art moderne de Céret. Peintre franco-marocaine, vivant à Paris et à Essaouira, Najia Mehadji expose ses peintures du 30 juin au 4 novembre.

Lorsqu’on contemple les amples volutes aux tons purs des tableaux de Najia Mehadji on trouve cela tout simple. Surtout pas. Najia Mehadji, peintre franco-marocaine, reconnue au Maroc comme une des meilleures, était à Céret le 29 juin au sein de son exposition La trace et le souffle. Ses sources d’inspiration sont multiples et riches. «Je veux, dit-elle, faire jouer les liens entre l’Orient et l’Occident, établir aussi les liens entre le sensible et l’universel». Aller de la source primitive d’inspiration à la réalisation finale demande un long travail de recherches documentaires, de croquis, d’essais (tous ne sont pas retenus) pour arriver aux grandes pièces finales où se marient la manière de garnir le plan, d’en occuper l’espace et les matériaux utilisés.

Au début elle s’intéressa aux dômes et aux coupoles, aux planètes, aux astrolabes, inspirateurs de formes géométriques, d’étoiles ponctuées de points colorés. Au fil des salles les étapes suivantes surgissent, avec chaque fois la présence d’un objet qui correspond à l’idée primitive de l’artiste. Ainsi de quelques estampes japonaises, de la longue écharpe marocaine brodée accordée aux œuvres inspirées des fleurs: grenades, fleurs d’amandier, rendues symboliques par la manière de les représenter

Œuvres monumentales et techniquescréatives

Au centre de la grande salle, où s’étalent de grandes pièces figurant des drapés, on peut contempler les plis de la robe de la Marie-Madeleine allongée de l’église de Maureillas. L’artiste puise aussi sa source chez les Gnawa, musique marocaine, jouée notamment près d’Essaouira où elle vit, créant de beaux losanges verts, ou bien rouges et blancs, allant de là vers la danse, s’y référant à Camille Claudel, effleurant au passage les danses mystiques, les derviches tourneurs, la Loïe Fuller et la sardane de la paix de Picasso. On termine sur la Vague, réalisée à l’intention de l’exposition de Céret, trace vivante de la Méditerranée proche, lien combien profond et combien tourmenté entre cet Orient et cet Occident où tout se joue.

Les matériaux utilisés témoignent aussi de l’inventivité de l’artiste: gouache, acrylique, graphite, stick à l’huile, épandus en larges gestes par un outil singulier: un très large pinceau coréen servant à maroufler les affiches. Et pour terminer, car Najia vit avec son temps, de petites aquarelles sont agrandies numériquement en grand format, ce qui en singularise les effets. Une belle visite en perspective pour l’été et l’automne à venir.

Rédigé le 05/07/2018

Yvette Lucas