Actu Média

ligne déco
Sources : L'humanité

STRATÉGIE DE CRISE DE COVID-19 : QUE FAUT IL FAIRE POUR SORTIR DU CONFINEMENT ?

 

La vague du COVID-19 poursuit sa progression en Europe et s’intensifie dans le reste du monde ;…

séparation
Sources : L'Indépendant

Coronavirus - Hôpital de Perpignan - Hugues Aumaître : "Restez confinés, c'est le moment ou jamais"

 

Chef du service maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital de Perpignan, Hugues Aumaître fait le point sur…

séparation
Sources : Marianne

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion…

séparation
Sources : Libération

Retraites : le trafic SNCF et RATP toujours perturbé mardi

Le mouvement social

Sources : L'Humanité

Le mépris d’Emmanuel Macron rebooste le mouvement social

Dans sa traditionnelle séance de vœux, le chef de l’État a répondu par une fin de non-recevoir méprisante aux Français qui refusent sa réforme des pensions. Et renforcé leur détermination…

séparation
Sources : L'Humanité

Inégalités. Les femmes, un Alibi de la réforme qui perd de points

Le gouvernement affirme qu’elles seront les gagnantes de son nouveau régime. Les premiers détails montrent au contraire des régressions, alors que leurs pensions sont en moyenne déjà 25 % moins…

séparation
Sources : L'Humanité

Mobilisation. Les salariés de la culture entrent dans la danse.

Les musiciens et danseurs grévistes de l’Opéra de Paris ont marqué les…

séparation
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation

Big tree, la vibration musicale positive

a3c96f443708ef9faff41a007fdd97c0.jpg

Musique. Après un showcase à la Casa musicale, Olivier Big Tree est de retour à l’Arsenal le Vendredi 7 juin pour le festival Ida y Vuelta. Retour sur son parcours et la sortie de son album.

Nous vous avons découvert, lors de votre Showcase à la Casa musicale. Olivier, vous étiez auparavant à Toulouse, quel est votre parcours ?

J’ai évolué sur différents postes autour de la musique reggae, en étant beatmaker, bassiste, producteur et dans la technique. Dans les années 2000, j’étais le bassiste de Freedom Figther, suivi d’autres collaborations à Toulouse. J’ai enregistré avec divers artistes locaux, des Jamaïcain et des Anglais. J’ai quitté la région toulousaine en 2012 pour venir dans le Roussillon. Depuis j’ai collaboré avec les divers artistes locaux, de Gérone en passant par Montpellier.

Votre dernière actualité est la sortie de votre album. Mais pouvez-vous nous en dire plus sur vos implications artistiques précédentes ?

Entre les 1999 à 2010, j’ai sorti mon label Bigtree connection, là j’ai travaillé surtout dans l’accompagnement en tant que choriste, musicien... mais jamais en comme chanteur lead. Mon cheminement m’a amené à évoluer vers mon propre projet. C’est donc mon premier album avec un instrumental d’abord composé à la guitare classique, puis le reste a été réalisé en studio en s’appuyant sur une maquette que j’avais enregistrée avec les lignes de bases. J’ai proposé à des musiciens dans le sud de la France de me rejoindre sur ce projet. Karegan à la batterie, Garcia Rockers à la basse, Redjee Roots à la guitare, Quentin au clavier, Gayl aux chœurs, Tanguy EkoFarmer aux percussions, mon ami Vincent Gunther au saxe, Pascal à la trompette. Nous avons œuvré ensemble à la réalisation. Le tout a été mixé par HP Barnet, extrêmement compétent dans ce domaine. Je suis fière du résultat.

Vous semblez être un grand passionné de la musique reggae ?

Très jeune, cette musique faisait résonance car je trouvais que le tempo était en décalage avec notre monde, ça déprogrammé le conditionnement de notre société et offrait un prisme spécifique. Aujourd’hui j’essaie de sortir des sentiers battus dans le reggae pour l’amener en anglais ou jamaïcain, vers une réflexion où les phrases sont simples et agissent un peu comme des mantras, en profondeur pour apporter à la fois le sens et la vibration. World, songs and power. J’utilise le reggae pour créer cette vibration. J’essaie de me placer en observateur du monde, mais cela ne m’empêche pas d’être franc dans mes paroles. La démarche n’a pas la prétention de donner une orientation, mais plutôt de donner une réflexion et des points de vue qui me sont personnels. Les morceaux interagissent entre eux, dans des thèmes similaires.

Respect the nature aborde l’environnement et fera l’objet d’un clip. Global Warning fait référence au discours Hailé Sélassié en 1936, qui avait été repris par Bob Marley dans War. J’ai écrit cette chanson en 2016, où il s’adresse à la société des nations avant l’ONU, en disant que tant qu’il y aura une idée de classe et race, supérieur et inférieur, on sera toujours dans un conflit humain. Le thème est très actuel dans notre monde occidental. Donc des sujets autour de l’environnemental, l’humain, philosophique... pas totalement politisé. Free énergie parle des découvertes de Tesla, une orientation scientifique et mystique. Ma base de reggae se veut apaisante et les musiciens qui m’accompagnent arrivent à sortir les sonorités que je recherchais.

Quelle direction allez vous donner à tout ça ?

Actuellement nous sommes sur la promotion pour mettre en avant le projet. L’album sort au printemps mais nous avons pas mal de concerts de prévu. Notamment une tournée à la Réunion. Je développe mon association à côté, en partenariat avec des associations du département comme le 66 à Perpignan, la Casa musicale, Escapade... et mes collaborations à Toulouse et en Espagne.

Nous somme en lien pour créer des groupes, des aides à la professionnalisation et des événements divers... L’ambition est de mettre en avant la musique et le spectacle vivant.
En juillet nous avons un événement avec art 66.

Après le passage à la Casa musicale pour le Show case, vous serez de retour sur la scène de Ida y Vuelta le vendredi 7 juin.

J’avais préparé quelques CD de démo au mois de mars. La Casa a joué le jeu en me mettant à disposition la salle et l’affichage. Avec mon association nous nous sommes occupés de la partie administrative. Ils ont tous été adorable ! Il a eu pas mal de monde pour ce Show case. Nous étions ravies de nous mettre en condition réel sur cette heure de concert et d’avoir des retours positifs avec de bonnes surprises.

Le concert à Ida y Vuleta proposera un moment acoustique et un soundsystème. Après cette date il y aura d’autres concerts et collaborations dans le courant de l’été. On pourra me retrouver dans le cadre de la fête de la musique à Perpignan, place de la victoire.

Rédigé le 07/06/2019

Interview Réalisée Par Priscilla Beauclair