Actu Média

ligne déco
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation

FEST IN PIA, un dernier jour digne des grands !

a004da4f30542af830672ba6f0667ed4.jpg

Festival. Retour sur le deuxième jour clôturant la neuvième édition.

Le groupe Deadly Viper a fait l'ouverture du deuxième jour de festival. Avec leur son rock affirmé, ils ont posé les premières sonorités en galvanisant le public déjà plus présent que le jour précédent.
Le parterre confortable en devant de scène faisait office d'espace détente où les petits groupes d'amis ou familiaux s'étaient formés. Pendant que les membres du groupe Deadly Viper transpiraient un peu sur scène, le public lui se délectait aussi bien des notes que de quelques boissons rafraîchissantes !

Et les notes ont poursuivi leur envol vers la scène locale, où Nu nous ramenait à une ambiance plus acoustique dans sa sphère de romantisme et de volupté.
Profitant d'accorder la guitare, Nu donnait sa vision du festival et soulignait la présence de l'association SOS méditerranéenne, en sollicitant le public à reverser un euro de l'eco-cup dans la tirelire de l'association venant en aide aux migrants. Un joli message de solidarité et d'humanisme tel que nous aimons l'entendre.
En revenant à leurs compositions les deux musiciens ont proposé une promenade musicale qui accompagnait l'auditoire telle une caresse sensitive.

Quand la magie opère

Sans interruption Datcha Mandala a pris le relais sur la grande scène. Lors de la conférence de presse Louis Bertignac précisait qu'il avait eu le plaisir de les découvrir récemment et les avait en sympathie aussi bien humainement, qu'artistiquement. Datcha Mandala nous les connaissons un peu au TC, en les ayant suivi depuis leur premier passage à Perpigan il y a quatre ans, dans un bar du centre-ville.
Leur vigueur est toujours présente, bien que les sonorités sonnent un peu moins métal, le rock qu'ils proposent s'affine et s'affirme. La présence scénique est aussi décapante, le public semblait être captivé par les riffs de guitare, la batterie et la voix haut-perchée du chanteur ! On peut le dire ce groupe-là, il envoie. Un coup d'harmonica et on s'envole vers le nord-ouest américain ! Ce petit côté folk leur va bien aussi mais... laissait présager la montée en puissance qu'on leur connaît.
Pendant que les festivaliers affluaient encore, Datcha ne faiblissait pas.
Dans l'espace de Fest in Pia il y avait comme un petit air de Woodstock en miniature et un peu moins fou. Mais la décontraction ambiante et l'univers musical du moment se prêtaient à cette image.
Datcha Mandala sait aussi passer des messages en revenant sur la contribution pour Sos Méditerranée et l'usage des gourdes en inox qu'ils utilisent lors des concerts pour éviter la pollution au plastique (un petit geste qui compte beaucoup).

Si certains ne connaissaient pas les membres de Datcha, ils resteront à coup sûr dans les mémoires.

Oceanic memory a fait suite en marquant d'emblée par une musicalité planante offrant au spectateur un instant de répit sonore, derrière les sonorités très percussives de Datcha Mandala.
La rêverie s'emparait des esprits lorsque le chanteur d'Oceanic Memory attaquait ses vocalises alors que le son prenait de l'amplitude enrobant littéralement les sens.
A cela s'ajoutait les effets de lumières bien amenés par l'équipe technique Regis Sud, pour accompagner l'univers. Le public les a gratifiés d'applaudissements sincères.

Une dimension trip-hop plaisante dominait petit à petit, enrichissant davantage l'impression sonore.

La fin vient trop vite !

Avant de clôturer avec le concert de Louis Bertignac un petit mot du maire de la ville mettant en avant l'implication de la jeunesse dans cet événement devenu un rendez-vous annuel. Un discours permettant de combler un petit temps mort.
Louis a débarqué avec un des titres emblématiques de Telephone "quelque chose en toi", de suite reprise en chœur par le public.
Les solos de guitare de Bertignac font toujours leur effet. Accompagné par deux musiciens, bassiste et batteur, le plaisir de la scène pour Louis Bertignac pouvait se ressentir. Comme évoqué lors de la conférence de presse qu'il nous a accordée, il nous avouait prendre de plus en plus le plaisir à vivre ces moments d'échanges. On le croit sur parole ! De même que son plaisir certains à jouer des reprises des Beatles, un groupe qu'il affectionne particulièrement.
Son dernier album "Origine" fait d'ailleurs référence à tout son background musical, interprété en Français.
C'est le cas pour "Cocaïne" de JJ Cole, renommée Coquine.
En passant par ses compositions plus récentes, on a pu réentendre des classiques comme "Cendrillon" pour le plaisir des fans de l'époque.
De bons riffs de guitare et le public en prenait plein les oreilles. Parce que la musique c'est ça aussi ! Le moment où les instruments ont toute leur place.
"Et tu m'emmèneras" et Louis nous a embarqué encore et encore avec ses chansons jusqu'au bout de la nuit pour clôturer en beauté ce festival et "Rêver d'un autre monde" ou du moins d'un meilleur…

Cela dit, on ne pouvait rêver d'un meilleur dernier jour pour cette neuvième édition de Fest in Pia.

Rédigé le 15/08/2019

Priscilla Beauclair