Actu Média

ligne déco
Sources : Le Monde

En Israël, les femmes se libèrent sur grand écran

Un événement considérable est survenu au Festival international du film de Haïfa, en octobre 2016. Trois films, réalisés par des femmes, étaient en compétition, traitant d’un même thème : la difficile coexistence entre Palestiniens et Israéliens. Pour la première fois, les premiers cessaient d’être des…

séparation
Sources : Le Monde

Xi Jimping appelle Donald Trump pour faire baisser la tension avec la Corée du Nord

Le président chinois, Xi Jinping, a plaidé auprès du président des Etats-Unis,Donald Trump, pour une solution pacifique de la crise autour du programmenucléaire nord-coréen, affirme la chaîne de télévision chinoise CCTV sur son site Internet, mercredi…

séparation
Sources : Libération

«Tu sors de tes études, tu proposes ton énergie, et personne n’en veut»

Plus que jamais en France, le diplôme est considéré comme un atout essentiel pour l’insertion professionnelle. Seuls 11 % de ceux qui en possèdent un pointent au chômage cinq ans après leur entrée sur le marché…

séparation
Sources : l'Humanité

Mélenchon, la dynamique qui peut tout changer

La percée de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages ? « Ça ne m’intéresse pas », répondait Marine Le Pen il y a cinq jours, sur BFMTV.

 

séparation
Sources : l'Humanité

Haile Gerima « Même quand le monde change, la question des Noirs perdure »

Haile Gerima est né en 1946 en Éthiopie. Il quitte son pays pour les États-Unis, en 1968.

séparation
Sources : Marianne

Mort de Liu Shaoyao : la "discrète" communauté chinoise mobilisée contre les violences

Un dimanche "comme les autres", villa Curial. Dans leurs chambres, ce 26 mars, les enfants Shaoyo révisent sagement "leurs examens". Il est bientôt l’heure de dîner. Leur père, Liu, immigré d’origine chinoise, prépare du poisson…

séparation
Sources : Boursorama

Attentat de Dortmund: la police envisage une piste islamiste

La triple explosion mardi soir, juste avant le quart de finale aller Dortmund-Monaco, est aussi venue ternir l'affiche de rêve Bayern Munich-Real Madrid prévue dans la soirée mercredi.

Sources : Boursorama

Mutilations génitales: la médicalisation compromet l'éradication

Longtemps décrite comme un rite de passage à l'âge adulte, l'excision tend à être pratiquée de plus en plus tôt : avant 10 ans pour la majorité des femmes dans la plupart des pays concernés…

séparation
Sources : Nouvelobs

"J’avais une chimio très efficace, mais elle n’est plus remboursée"

Elle n’est pas la première à en arriver là. Et elle risque de ne pas être la dernière. Leslie, 40 ans, a lancé un appel la semaine dernière sur "La cagnotte des proches", un site de…

séparation
Sources : Nouvelobs

"The Young Lady", "Lettres de la guerre" : les films à voir (ou pas) cette semaine

En Afrique, le colonialisme agonise. Quinze ans après la chute de l’Algérie française, l’Angola portugais tombe, en 1975.

Lorsqu’il part en bateau pour Luanda, António…

séparation

La République à bout de souffle

6ea6405995824f2a5835824e48b5d470.jpg

Il semble bien que le premier tour des élections législatives soit le point culminant d’un processus de décomposition avancée des institutions de la Ve République, ainsi qu’un marasme démocratique sans précédent. Le niveau historique de l’abstention en est l’illustration, 51,29% nationalement, 50,88 dans les Pyrénées-Orientales, du jamais vu depuis l’instauration du suffrage universel en 1848. Des chiffres qui deviennent vertigineux dans certains quartiers populaires, ainsi 65% au Haut-Vernet à Perpignan, jusqu’à 80% dans un bureau d’une cité HLM ! Les raisons en sont multiples et il conviendra d’en faire une analyse circonstanciée, mais dès aujourd’hui on peut s’accorder pour cibler l’inversion du calendrier électoral comme cause fondamentale de la désertion des urnes. Des législatives situées un mois à peine après une présidentielle présentée en continu comme l’alpha et l’oméga de la vie politique du pays. D’où ce présidentialisme qui écrase tout et fait émerger un homme providentiel dont tout va dépendre, qui institue une véritable monarchie présidentielle. Dans ce contexte l’élection des députés, - les représentants du peuple - est vidée de sa substance, n’apparaissant que comme l’appendice de la présidentielle, ne visant qu’à conforter le président élu. Une perversion institutionnelle renforcée par le système médiatique. Depuis le 7 mai un seul refrain repris à l’infini : le raz de marée macroniste et l’abstention record, tout pour que les électeurs jugent que c’était plié et donc inutile de se déplacer. Quand on fait ainsi l’élection sans les électeurs et qu’un seul homme peut se trouver investi de tous les pouvoirs on n’est plus dans un régime démocratique. D’autant qu’en l’occurrence, ce président n’a rassemblé au premier tour de la présidentielle que 23% des suffrages. Par le système électoral son mouvement est susceptible d’obtenir 70% des sièges. Une situation qui n’inquiète pas que les communistes, sa remise en cause monte de plus en plus dans le pays, assortie de l’exigence de la proportionnelle seul mode de scrutin à même de refléter la réalité des rapports de forces.

Si la proportionnelle avait cours, les habitants de notre département ne seraient pas condamnés au choix qui leur reste le dimanche 18 juin : l’ultra libéralisme ou l’extrême droite.

Rédigé le 15/06/2017

Nicole Gaspon