Actu Média

ligne déco
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation

Il a reçu l’assassin de Gaza

e6263652236d36a6719b3dace52ba6d2.jpg

Depuis près d’un mois et demi, l’armée israélienne réprime avec une violence inouïe les manifestations qui ont lieu chaque vendredi à Gaza. Les snipers de Tsahal, courageusement cachés derrière des dunes, ont, en quelques semaines, assassiné 120 jeunes Palestiniens épris de liberté et en ont blessé et gravement mutilé plus de 13 000. Ils ne l’on pas fait au hasard, visant délibérément les jeunes, les journalistes, les secouristes. Le tort de ces milliers de Gazaouis: avoir manifesté sur leur propre territoire pour que soit appliqué le droit au retour proclamé dès 1948 par l’ONU.

Les auteurs de ce crime de masse ne sont pas seulement ceux qui appuient sur la gâchette, mais bien ceux qui donnent les ordres. En l’occurrence, le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahou. Celui-là même qu’Emmanuel Macron a reçu en grande pompe à l’Elysée, celui qu’il nomme familièrement «Bibi». Une réception qui restera comme une tache sur la présidence jupitérienne.

Car il faut bien appeler un chat un chat et dire qu’un crime de guerre est un crime de guerre, qui que ce soit qui le commette. Emmanuel Macron a donc osé serrer la main à un homme qui a couvert et couvre encore des crimes de guerre.

Et que l’on n’ait pas l’indécence de nous resservir, comme a osé le faire le président de la République, la tarte à la crème de l’antisémitisme quand on condamne avec force la politique et les crimes de l’Etat israélien. Car il ne viendrait à personne l’idée d’accuser de racisme anti-chilien celui qui a condamné les crimes de Pinochet...

En recevant Benyamin Netanyahou, en l’exonérant de ses responsabilités devant les juridictions internationales, en refusant toute sanction contre Israël – alors qu’il les brandit à tout propos contre d’autres pays, comme le Venezuela –, en faisant condamner ceux qui organisent l’opération pacifique Boycott Désinvestissement Sanction (BDS), Emmanuel Macron se fait, qu’il le veuille ou non, complice du boucher de Gaza. Et en lui serrant la main, il a aujourd’hui, «un peu de ce sang sur les mains».

Rédigé le 07/06/2018

René Granmont