Actu Média

ligne déco
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation

Un livre, une auteure et un débat

f39e51199d7447c628b48dea885bfefa.jpg

© R.H. - Féminisme. Le pari était osé. L’angle d’attaque inhabituel. La JC l’a fait.

Célébrer «1917», pendant la fête, au travers de textes écrits dans le contexte de la révolution d’Octobre, par une femme de conviction, et d’esprit, en avance sur son temps, relevait de la gageure, voire de l’incongru. L’exposé et le débat auront démontré le contraire, auront confirmé la justesse du choix fait, et auront donc révélé quelques couleurs particulières et peu connues qui ont accompagné les premières années de la république des Soviets: celles du féminisme, de l’humanisme, celles de l’égalité et du respect entre les êtres.

Patricia Latour, auteur, a donc rassemblé et commenté dans son livre «La révolution, le féminisme, l’amour et la liberté» quelques textes majeurs de cette femme russe, Alexandra Kollontaï. Elle nous a raconté l’histoire de cette femme, qui, dans le contexte russe de 17, évoque «l’amour et la liberté sexuelle». Passionnant. Alexandra participe à la Révolution, devient vite «commissaire du peuple» (ministre) aux affaires publiques. Elle est la première femme ministre du monde. Dès 1917, le droit de vote, le droit au divorce, l’avortement accompagné et gratuit, les congés maternité… interviennent. Elle milite pour que l’État lui-même prenne ses responsabilité en matière d’éducation, avec crèches et écoles. En avance sur son temps. Mais plus encore, ce qui lui vaudra quelques déboires, ses idées sur l’amour, rejetant l’amour bourgeois et la «propriété de la femme» par l’homme, promouvant «l’amour consenti, l’amour-camaraderie! », l’égalité et la liberté. Lèa Tytéca, responsable des JC et militante féministe, prendra le relais avant que le débat ne commence, pointant la réalité d’aujourd’hui et la nécessaire poursuite du combat qu’il «s’agira de mener à deux, les hommes avec les femmes», revenant aussi sur les textes plus anciens de Marx et Engels.

Le débat a réuni un public bigarré, quatre vingt personnes, avec une majorité de femmes, de tous âges, des hommes aussi, les jeunes communistes des deux sexes gourmands d’histoire et d’histoires, la sénatrice communiste Laurence Cohen, Françoise Fiter… et a duré près de deux heures. C’est toujours un étonnement.

Rédigé le 06/07/2017

Michel Marc