Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Ils nous racontent la fête du Travailleur Catalan...

04a9cf84ea936b81fbfac80fbada30f7.jpg

Pourquoi je suis là avec ma famille?

Il est vingt deux-heures trente, une famille parmis d’autres a pris place devant la grande scène, en attendant le spectacle des Dakh Daughthers. Lyli, la maman: « Nous sommes là comme chaque année, en famille, c’est vraiment extraordinaire, une ambiance de folie, un climat très amical. C’est toujours extra!» Sa fille Eva, âgée de onze ans confirme: «C’est super, j’adore». Yann, le papa de rajouter : «Ça ne ressemble pas du tout aux autres festivals. On adhère plus ou moins à ce genre d’idées de gauche, mais on ne va pas aux débats, on vient juste pour la musique. De plus, c’est très bien organisé aussi, pas de gobelets par terre, tout est bien encadré, bien net. C’est parfait! Et ça nous permet d’amener nos enfants sans crainte, on se sent comme chez nous. C’est un grand rassemblement humanitaire».

Leur première fête

Trois jeunes gens font la pause au soleil sur la pelouse. Ils sont là avec le stand des CEMEA (centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active). Ils participent pour la première foisà la fête qu’ils qualifient de «très beau festival». Jérôme déclare d’emblée:«C’est politique, je ne regarde pas ce côté politique, je vois le côté festif.L’ambiance elle y est!». Puis il enchaîne: «C’est quoi le communisme? être communiste, c’est partager les richesses?» La discussion s’engage: «Vous avez vu dans quel monde on vit, nous les jeunes? J’ai galéré dans la rue, pas d’avenir, pas de travail… avant, je votais, mais là, je n’ai pas voté, dégoûté…» Son amie affirme: «Moi j’ai voté Mélenchon». Alors qu’on le rappelle sur son stand, Jérôme conclut: «C’est pas seulement partager des richesses, c’est aussi partager des valeurs, non? » On ne devait pas parler politique!

Première fête pour Anthony, 24 ans. Motivé par sa famille, il aide au service sur un stand et passe son temps de pause à parcourir les allées ou se reposer sur les canapés des Amis du T.C. «C’est génial! J’aime l’ambiance, rencontrer des gens, écouter et voir des chanteurs connus.» Il est enthousiaste: «en discutant, ça m’a donné envie de m’engager à mon tour, du coup, je me suis inscris auprès des jeunes communistes».

Marie-Pierre et Cédric, enseignants, la cinquantaine, arrivent de Toulouse pour l’occasion «en réaction à la politique de Macron».

Fréquentant la fête depuis 3 ans, ils aiment «l’ambiance conviviale, de partage et d’acceptation des autres, ressentie dans les allées et les stands, la cohabitation des générations et des personnes de milieux sociaux différents». Pour elle, «c’est une bulle où on se sent bien» mais aimerait plus de «paroliers qui éveillent les consciences». Lui,«se sent en sécurité» et apprécie de «découvrir des artistes pour un prix raisonnable».

Sergent Garcia et sa troupe à travers la voix de Francisco.

«Je suis de Valencia, je fais partie de l’équipe de Sergent Garcia, choriste et percussionniste. C’est un festival où l’on respire une ambiance spéciale et unique, différente des autres festivals du nord de la France. Surtout pour moi, je suis petit-fils de réfugiés politiques arrivés dans les camps près d’ici, ça me touche. Les gens sont plus décontractés, ils sont comme ils ont envie d’être. On sent un grand respect pour un très grand engagement social avec des sujets qui nous touchent tous. Les gens se reconnaissent dans cet esprit d’ouverture, universel, avec cette tolérance qui réunit les gens de toutes opinions. C’est digne d’admiration».

Rédigé le 05/07/2018

Propos Recueillis Par Evelyne Bordet, Raymonde Cathala Et Mariam Clapera