Actu Média

ligne déco
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation
Sources : Libération

Boris Johnson défie Theresa May sur le Brexit

Le ministre des Affaires étrangères a publié une tribune vantant un Brexit dur, perçue comme une critique de la Première ministre britannique et un défi à son autorité.

 

Boris Johnson dispose d’une grande qualité. Il peut être «très amusant», a déclaré…

séparation
Sources : L'Humanité

Réforme XXL du code du travail, feu-vert pour les ordonnances et après ?

C’est fait, la loi habilite le gouvernement à prendre par ordonnances toutes mesures pour réformer le code du travail. Reste encore à les ratifier.

Après le feu vert du Conseil constitutionnel par délibération du 7 septembre 2017 , samedi 16 septembre a été…

séparation

COM-COM-COM-COM ! (air connu)

460d0aed4a96a3a1f0cb80c763c22940.jpg

J’ai rapidement parcouru plusieurs expositions de VISA POUR L’IMAGE: je suis surpris de voir, contrairement à l’affichage de mon marchand de presse préféré, relativement peu de binettes de Bribri et de Macron: en quelques mois ils ont trusté les unes d’une flopée de magazines dans des postures multiples et variées, mais toujours bon-chic-bon-genre. Le tout accompagné de commentaires, souvent cucul-la-praline, mais ne pouvant en aucune façon faire quelque peine, aussi minime soit-elle, à ce pouvoir ni-gauche-ni-droite, mais surtout réactionnaire. Il est vrai que Visa vise plutôt les malheurs du monde, que les simagrées d’un couple célèbre. Il n’empêche: les turbulences des relations entre le nouveau président et la presse, les journaux, les journalistes me semblent mériter une observation d’autant plus attentive qu’elles changent.

Du silence…

Au départ il y avait la solitude de Jupiter sur l’Olympe qui ne voulait rien dire, nous jouant le monarque à l’ancienne et laissant les commentateurs commenter ses silences devenus stratégie de com. Il les justifiait même au prétexte qu’une pensée complexe comme la sienne aurait excessivement de mal à trouver les exégèses qui pourraient en saisir la quintessence (vous remarquerez que par le vocabulaire choisi, j’essaie de me mettre au top-niveau de la pensée macronienne). Il a même eu, comme dans les républiques bananières, la prétention de choisir lui-même les journalistes dignes de l’accompagner.

En Macronie, le mot journaliste est sans doute synonyme de courtisan: il faut dire que depuis des années beaucoup de «grandes plumes» de chez nous ont payé de leur personne pour qu’il en soit ainsi. Normal, la presse est quasiment toute entre les mêmes mains fortunées qui se payent une com sur mesure et le personnel qui va avec.

A la com touzazimut

Mais les silences n’empêchant ni les cafouillages, ni les emmerdes, assez vite la cote de popularité de l’impétrant en a pris un coup sur la casaque: là, il a fait porter la faute à sa bande de bras cassés, certes nombreux à l’Assemblée, mais incapables de le défendre. Rien, bien sûr, sur l’orientation politique choisie, sur la portée anti-sociale de ses projets.

La faute donc à la com! On change donc la com… et le Jupiter muet devient un Jupiter bavard. Il parle, il parle. Une interview de vingt pages dans le Point pour dire que tout baigne, un numéro de Elle sur Bribri et sa découverte du bénévolat, une sainte femme, en voyage, il devient agressif et accuse les Français de ne pas aimer les réformes … Mais «dans le même temps» (expression lourdement politique) quelques mesures pour nous faire comprendre que, derrière les mots, il y a les choses et que là, rien ne change: le code du travail en miettes, les services publics à la moulinette, les APL rétrécies, les emplois aidés à la casse, les retraités pressurés par la CSG, les collectivités territoriales à la diète… Devant les résistances, pour faire le matamore, il peut même aller jusqu’à l‘insulte:«Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes», à Athènes, la semaine dernière. Visiblement, il parle trop maintenant.

Les voix … nouvelles (?)

Dernière trouvaille en date pour combler les lacunes de la com: la nomination à l’Élysée d’un lèche-botte professionnel charger de vanter les mérites urbi et orbi de notre grand homme. Il fréquente les coulisses du pouvoir depuis longtemps et connaît par cœur le retournement de veste: il peut donc devenir le porte-voix de la Présidence. Retenez le nom, Bruno Roger-Petit: devant l’ampleur de la tâche il est à craindre qu’il le reste.

Mais cette frénésie de com, ne touche pas que les sphères de la macronie, la proximité de la retraite, les échecs électoraux, les besoins d’argent ont (r)éveillé un peu partout des vocations rentrées de journalistes (courtisans?). Raffarin, Bachelot, Raquel Garrido de FI, Julien Dray, Aurélie Filipetti, Henri Guaino entament ainsi de nouvelles vies. Je crains que tout cela ne contribue que faiblement à l’éclairage de nos consciences. Et que l’on reste dans une conception de la presse où l’idéologie dominante, du haut de sa suffisance et de son or, règne toute-puissante.

La preuve récurrente: leur traitement des mouvements sociaux (par exemple les manifs du 12) et accessoirement du PCF (par exemple la fête de l’Huma).

Conclusion: lisez le tc.

Rédigé le 14/09/2017

Jean-Marie Philibert