Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation

Faut-il brûler la Charte d’Amiens ?

f5fc5b4005b13926e7cd3ce1c5ed9488.jpg

Mon camarade Roger Hillel, à qui je dois beaucoup, et vous aussi d’ailleurs, puisqu’il m’a converti à l’écriture journalistique, en particulier aux billets d’humeur dans le TC, a dans une tribune publiée sur son blog, posé une question qui me semble au cœur de la problématique sociale d’aujourd’hui: quand sera-t-il possible de lutter ensemble? Dans un contexte de plus en plus radicalisé, il s’attaque aux suspicions toujours vivaces qui empêchent le rassemblement, il cherche des voies pour les réduire, en particulier en levant les réticences que les organisations syndicales et associatives ont à accepter, es qualité, dans leurs rassemblements avec les forces politiques. Selon lui, la Charte d’Amiens, qui fonde l’indépendance syndicale, ne correspondrait plus à la nécessité de l’heure. Il m’invite au débat. Faut-il brûler la Charte d’Amiens?

Se défendre et transformer

Je n’ai pas de fétichisme particulier concernant la Charte d’Amiens, même si je reconnais que le syndicalisme que nous avons connu s’y est nourri, dans sa double dimension de défense des intérêts des travailleurs, et en même temps, de lutte pour une transformation sociale qui doit permettre leur émancipation. Depuis plus d’un siècle! Cela implique pour le syndiqué de ne pas introduire dans l’action sociale unitaire toutes les opinions philosophiques, politiques ou autres qu’il est en droit d’avoir, mais qui seraient autant de ferments de désunions dans une bataille qui ne sera gagnée que par le rassemblement du plus grand nombre: respectons l’indépendance du syndical et du politique!

A une approche théorique de la question, je préfère le pragmatisme et l’expérience, et elle fut longue et riche de soubresauts divers.

Les questions

De l’expérience… C’est un chapitre des Essais de Montaigne… Jouons donc au Montaigne du syndicalisme. Que nous apprend-elle? Dès que l’on intervient sur le terrain social, les questions surgissent: que faire? Mais la première question entraîne souvent une seconde, une troisième… Comment faire? Pour quoi faire? Et pourquoi faire? Avec qui faire?

Et là bien sûr, il sera question de l’autonomie, de l’indépendance de l’organisation sociale, de sa nature, de sa liberté à intervenir sur le terrain choisi.

Répondons dans le désordre. Pour quoi? Pour quoi se battre? Mais c’est élémentaire, pour sa dignité, pour pouvoir se regarder en face et se dire: je ne suis pas la sous-merde qu’ils imaginent et qu’ils sont prêts à priver du nécessaire. Pourquoi? Parce que je suis libre, je décide de mon avenir, de mes droits, de mes désirs et personne n’est en mesure de le faire à ma place. Parce que ma faim, ma soif, mes besoins ne sont pas de simples variables d’ajustement d’une économie boiteuse, mais des éléments vitaux sans lesquels je ne suis rien. Que faire et comment? Tout ce qui est légitime, et si l’on veut que les noix de coco tombent, il est légitime de secouer le cocotier. Il ne s’agit pas de conversations mondaines: la seule vertu de l’action, c’est de donner des fruits et il faut insister jusqu’à ce que les fruits soient là. On n’est pas fatigué dans l’action sociale! Et on ose!

Avec qui?

Ultime question: avec qui? Avec tous, partis, syndicats, associations, jeunes et moins jeunes, à l’exclusion de ceux qui ont la haine, l’exclusion, l’injustice, l’inhumanité en bandoulières.

Avec tous ceux qui fabriquent de la plus-value, mais pas avec ceux qui s’en nourrissent grassement.

Avec toutes les victimes innombrables d’un désordre organisé qui veut nous isoler.

Je reste cependant persuadé que, même s’il donne parfois un visage éclaté, même si les stratégies suivies peuvent parfois tenir de manœuvres politiciennes, même s’il a perdu de son emprise sur le salariat, le pôle syndical reste, à condition d’être porté par un mouvement de masse et de classe unitaire, le meilleur vecteur d’une riposte d’envergure apte à faire reculer les pouvoirs. Il est au cœur du processus d’exploitation qu’il dénonce collectivement. Et on peut mesurer ce qu’il gagnerait en étant plus uni. Mais il se mutilerait en se coupant des forces politiques qui le reconnaissent pour ce qu’il est, (retour à la charte d’Amiens), un outil de transformation de la société et le terme de l’exploitation capitaliste en perspective.

Chacun dans son rôle. La pantalonnade de Mélenchon se prenant pour le chef de la rue contre la loi travail devrait nous inciter à ne pas confondre vitesse et précipitation.

Rédigé le 01/02/2018

Jean-Marie Philibert