Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

La vie syndicale n’est pas un long fleuve tranquille

5cce025cf426c5e816eb5fb2d4f458ca.jpg

Le syndicat… J’aime ce singulier: c’est comme cela qu’on l’appelait dans les établissements scolaires où j’ai eu l’honneur, le mérite, le courage de travailler. Un gage de force et d’unité. Pour les autres, il fallait les désigner pour les reconnaître. Il y avait les autres et le syndicat. En ces temps de fête du travail, célébrons-les, tous, eux qui ne sont pas toujours à la fête, mais qui font le corps, le cœur, le sang, de la vie sociale, eux qui donnent la migraine aux patrons, aux préfets, aux petits chefs. Eux que les grands pontes des media, du haut de leur suffisance, traitent comme des moins que rien, comme des extra-terrestres venus d’un sous-monde. Comme des survivances dépassées.

Des morts qui vivent

Ils sont au cœur de l’actualité, ils tentent d’empêcher les mauvais coups de Macron, ils manifestent, bloquent les transports, sèment le zinzin. Ils défendent les services publics, les droits sociaux, les salaires, les retraites… et je ne dis pas tout! On les a dits morts, et ils vivent! On les voit divisés et ils agissent souvent ensemble! On les imagine attachés à des privilèges outranciers et ce sont souvent des gagne-petit! On les voudrait dociles et ils ne savent que regimber. On les dit coupés des travailleurs et ils en mettent des milliers et des milliers dans les rues.

Défendons donc les syndicats, même si la vie qui les anime n’est pas un fleuve tranquille. C’est à cette vie que je voudrais m’attacher. Pour la voir croître et proliférer, pour y attirer les plus jeunes générations. Pour que la messe laïque ne soit jamais dite dans la lutte des classes protéiforme: elle fait s’engraisser les possédants de tous horizons, exploite ceux qui n’ont que leur force de travail pour vivre.

Peut-on envisager un salariat libéré? Une vie digne? Peut-on parler d’utopie vivante?

Alimentaire et moral

Le combat syndical est, à la fois, un combat très alimentaire (pour les anciens: «Pompidou des sous»!) et très moral (pour les anciens, les nouveaux, pour hier, aujourd’hui et demain, ma dignité n’est jamais aussi grande que quand j’impose à celui qui me méprise le respect, fût-il contraint). Dans le destin de chacun, il est un élément central de la vie professionnelle. Dans le destin collectif, il est un pilier de la vie démocratique. Tous les pouvoirs autoritaires n’ont de cesse de mettre les syndicats au trou ou au pas. Tous les pouvoirs (et pas seulement les autoritaires) rêvent d’un syndicalisme couché.

Il est vrai que tous les syndicalismes ne se tiennent pas debout avec la même vigueur, qu’il y a les mous du bulbe, les fatigués de naissance, les obsédés du compromis, les allergiques à la lutte des classes. Certains peuvent avoir des fibres unitaires vacillantes. Il peut arriver qu’a contrario il y ait des adeptes du «Farem tot petar!», j’en ai connus. Ce qui caractérise néanmoins la grande majorité des conflits sociaux, c’est l’esprit de responsabilité qui les anime parce qu’ils savent que la stratégie du progrès social se joue sur le long terme, dans une dialectique savante de contestation et de proposition, dans une relation très étroite avec tous les camarades, dans la fermeté et dans l’ouverture. Jamais dans le reniement.

Vers un monde neuf

L’histoire du syndicalisme français peut sembler diverse et compliquée, traversée de courants antagonistes, manquant cruellement d’unité, d’un rapport contenu à la politique. A chacun de penser ce qu’il veut d’une situation mouvante: on doit souhaiter qu’elle draine vers le syndicat tous ceux qui y ont leur place, en classe «affaires» bien sûr et pour des voyages au long cours vers un monde neuf. C’est plus que jamais une nécessité. Il y aura des turbulences!

Rédigé le 03/05/2018

Jean-Marie Philibert