Actu Média

ligne déco
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation

Un besoin immémorial

b1d01fad93d99388a256795aeca919e3.jpg

L’évocation de mai 68 pour son cinquantenaire m’a octroyé avant l’heure estivale des vacances journalistiques méritées, vous en conviendrez; mais mai 68 (ah mémé!) ne va pas durer indéfiniment. Il faut remettre son humeur au travail: il y a des travaux plus pénibles. D’autant que, profitant des fortes chaleurs, je me sens des ailes pour me lancer dans une humeur estivale qui devrait me permettre toutes les libertés. Butinons donc tout ce que le monde nous propose et tentons de faire notre miel des fleurs qui embellissent le paysage. Tentons de prendre une bouffée d’optimisme…

Il y a un blème

Mais gros problème: certes il y a les fleurs… Elles ne sont pas seules. Tout ce qu’il y a autour pollue et empoisonne ma vie d’abeille, et m’incite à m’interroger comme peut le faire le poète«Est-ce ainsi que les hommes vivent?», ou comme les font les apiculteurs de base: quel miel produire? Pour qui? Pour quels bienfaits?, ou enfin comme le disait Lénine:« Que faire?».

Question «empoisonnement», au propre, comme au figuré, nous sommes servis. On n’a jamais autant invoqué l’écologie et on ne s’est jamais assis sur ses principes avec autant de désinvolture grâce à un ministre star de la téloche. On a mis la santé des Français en avant pour réduire la vitesse sur les routes et on rend intenable la vie dans les hôpitaux. On envisage une sécurité qui ne devrait plus rester sociale. On met les services publics dans la panade! Notre Jupiter au petit pied visite le pape, se répand dans la planète pour apporter ses lumières, veut faire un max pour les migrants, mais il laisse quasi quotidiennement des femmes, des hommes, des enfants, errer et mourir dans la Méditerranée. Ne disons rien ou presque de ces maladies sociales que sont le chômage, la précarité, la misère, l’exclusion. La vie des gens de «rien» est ainsi progressivement empoisonnée. Pas grave, ce n’est rien!

Les fleurs de l’arrogance

C’est l’humanisme d’une république en marche vers la cata. La cata pour les pauvres, ceux qui gaspillent le pognon qu’on leur distribue généreusement, ceux qui en auront d’ailleurs de moins en moins, vu que les aides sociales, ça suffit. Que la soif des possédants est inextinguible.

Il faudrait butiner ces fleurs de l‘arrogance qui peuplent le paysage «no future» qui devient notre lot quotidien. Tu parles de bouffée d’optimisme… Il est temps que tu ouvres les yeux, que tu reprennes la plume…

Avec une cerise idéologique sur le gâteau: le sentiment que quelles que soient votre révolte, votre détermination à vous battre pour dire l’intolérable, vous n’y changerez rien, le fatum jupitérien est tel qu’il s’imposera inéluctablement. Le surnaturel revient au galop: il faut l’accepter, sinon les coups de matraques pleuvent.

Au pas et au pain sec!

Si nous n’y prenons garde… les abeilles vaillantes et dignes qui veulent vivre du fruit de leur travail changeront de régime, de modèle social, de monde. Sous le masque policé d’un jeune homme de bonne famille promis à une brillante destinée, certes quelque peu ambitieux, ne se cache-t-il pas une volonté forcenée de mettre au pas et au pain sec de façon progressive et orchestrée celles et ceux qui dans ces temps estivaux rêvent encore de butiner un peu de bonheur.

Le peuple a un besoin immémorial de butiner.

Le jeune homme en question ne connaît pas sa persévérance!

Rédigé le 12/07/2018

Jean-Marie Philibert