Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Le buzz

727a1cecac5d6057051cb5127dd2494b.jpg

Dans un monde où la com. est la pierre angulaire de toute pensée, de toute connaissance, de tout comportement, dans un monde où celui qui ne sait pas communiquer, qui ne veut pas communiquer, n’existe pas, dans un monde où les réseaux de com. irriguent le corps social, comme le sang fait vivre notre corps et notre esprit, il est impératif, pour avoir une vie digne d’être vécue, d’être partie prenante de cette folle activité qui nous occupe de jour, de nuit, dedans, dehors, seul, en société, à la mer, à la montagne, à la campagne, en voiture, à pieds, en vélo, être sur le réseau, exister sur le net, avoir des followers, comme s’il en pleuvait, plus simplement être connu, reconnu. Non! Non! Pas nécessairement estimé, aimé. Que l’on parle de vous. Peu importe ce que l’on en dit.

Bourdonnons

Pour cela, une seule technique marketing imparable: le buzz! Le buzz (terme anglais signifiant «bourdonnement» d’insecte) consiste à susciter du bouche à oreille autour d’un événement, d’un produit ou d’une offre commerciale et, ce faisant, des retombées dans les médias. Le buzz fonctionne selon un principe: c’est le consommateur potentiel qui devient lui-même le médias. Là je vous recopie ce que nous dit madame Wikipedia, grande spécialiste de la question.

Pour bourdonner, pour susciter le bouche à oreille, pour faire parler de vous, la seule voie, c’est la voie du buzz, faites le buzz, pensez au buzz, inventez un buzz et le tour est joué.

Quand je vois la frénésie qui anime nombre de grandes personnes responsables et reconnues d’aujourd’hui, je pense à moi, enfant ou un peu ado aussi, et à mon besoin de me faire souvent bêtement remarquer, et pour cela j’étais prêt à faire n’importe quoi pourvu que cela se voie, s’entende, attire l’attention… Et d’entendre ma mémé dire sèchement: «Arrête de faire le couillon, tu le fais très bien d’ailleurs!» Et vlan!

Deux buzz

Ce sont ces pensées nostalgiques qui me viennent à l’esprit quand j’observe deux buzz qui ont alimenté notre semaine. Ils nous enseignent que le buzz peut se payer comptant, mais pas nécessairement content.

Le premier concerne Jean-Luc Mélenchon qui n’a pas supporté que la justice s’intéresse à lui, que l’on perquisitionne chez lui, au siège de son parti, qui a joué et surjoué l’innocence outragée, qui était à deux doigts de faire le coup de poing, en disant incarner la République, qui a tout filmé, tout communiqué avec un art du verbe consommé pour dénoncer une manoeuvre politique visant à le faire taire. Le buzz qu’il provoque là est la meilleure preuve que la manœuvre politique a fait long feu, qu’il ne se taira pas. Je ne dis pas qu’il a raison ou tort, je constate que grâce au buzz il existe un peu plus. Il donne du grain à moudre à tous ceux qui ne vivent que sur les réseaux. Il est l’opposant majeur, incontournable… C’est un buzz réussi. Ma mémé lui aurait dit qu’il n’a pas fait le couillon pour rien. Il reste qu’il a quand même fait le couillon.

Mais il y a des buzz qui peuvent vous échapper, parce qu’ils s’opèrent à l’insu de votre plein gré. Celui qui a concerné Pascal Pavageau, le nouveau ex-secrétaire général de FO est de ceux-là. Pavageau ne connaissait sans doute pas assez les responsables de son syndicat, il a commandité un fichier où il a fait consigner crûment qui était qui, qui était quoi, qui valait quoi. Ça déménage. Figurez-vous que ce fichier a permis à un méchant canard (enchaîné?déchaîné?) de faire le buzz à propos des pratiques peu orthodoxes d’un manitou trop curieux du syndicalisme. Mais là, au lieu de renforcer l’existence publique de l’impétrant, sa notoriété, sa puissance de communication, le buzz le reconduit à la maison où il pourra méditer sur les hauts et les bas de la vie publique. Le buzz peut vous faire disparaître. Ma mémé lui aurait dit qu’il est toujours dangereux de faire le couillon.

Buzz ou pas, faire le couillon n’est jamais sans risque.

Rédigé le 25/10/2018

Jean-Marie Philibert.