Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Samedi 17 novembre, 15h30

54a5baabbae044f5b30adc8785e36e8d.jpg

Le mouvement est en cours, ou plutôt l’absence de mouvement, puisqu’il s’agit de bloquer la circulation sur les grands axes du pays. Et comme prévu, ça marche… à pieds, en vélo, mais difficilement en voiture, puisque les gilets jaunes sont nombreux à vouloir en être et que de multiples points du département sont bloqués, que les grandes surfaces sont fermées ou difficiles à atteindre. La ville de Perpignan vit au ralenti, les ponts qui enjambent la Têt sont vides, des passants portent une nouvelle toilette que l’on voyait d’habitude très rarement un samedi après-midi, un gilet jaune fluorescent, ils ont l’air fier de l’arborer.

Ils ne sont pas de la haute

Des femmes, des hommes, des jeunes et des moins jeunes, qui visiblement ne sont pas de la haute. Je sens, vieille intuition militante ou bien idée totalement préconçue, que, pour eux, ce comportement a du sens. Et cela ressort dès qu’on les aborde. La colère de devoir se serrer encore et toujours la ceinture, d’être confrontés à un pouvoir sourd qui méprise violemment tous ceux qui ne sont rien… Parfois aussi la naïveté d’avoir cru aux mirages du Macron circus et d’en revenir violemment. Et manifeste comme jamais, la volonté d’agir, d’intervenir, jusqu’à ce que tombent des résultats tangibles.

Le mouvement

Certes on n’est pas dans les schémas classiques de l’intervention sociale, organisée, structurée. Certes on peut y percevoir en sous-mains quelques réactionnaires en mal de récupération. Les arrière-pensées politiques peuvent s’y déployer. Il n’empêche, le mouvement existe et face à l’offensive de lamise au pas macronienne qui en l’espace de quelques mois s’est attaquée au droit du travail, aux services publics, à la SNCF, aux retraites et aux retraités, aux salaires, et qui maintenant en vient à mettre en œuvre une déferlante de taxes qui ne touchent que les plus modestes et à multiplier les offensives antisociales tous azimuts. Il est plus que salutaire que s’organise la résistance. Pour durer, pour gagner, pour transformer une société qui en crève de voir les plus riches en voie de l’être encore plus, et les autres en baver comme jamais.

Les pieds dans le tapis

Je pense que les stratèges de la Macronie, dans leur souci de réduire à la portion plus que congrue le rôle des organisations syndicales , de tout faire pour minimiser les actions menées, pour ne rien entendre des protestations, des revendications, pour avancer coûte que coûte, des mesures qui remettent en cause ce qui structure notre histoire sociale, sont en train de se prendre les pieds dans le tapis. Le boomerang leur revient droit dans le citron. La gauche défaite, la droite au tapis, les syndicats mal en point, souvent divisés, les arrivistes de tous poils en marche, les médias plus que jamais aux ordres: que pouvait-on rêver de mieux? Pour mettre au pas le bon peuple. Pour pouvoir continuer à isoler, et à injurier, s’il le fallait, ses éléments les plus récalcitrants.

Une exploitation devenue insupportable

Au bénéfice des puissances d’argent dont personne ne nous parle, mais qui ne cessent d’empocher les dividendes d’une exploitation devenue insupportable. Le capitalisme triomphant ne serait plus en mesure de donner un peu le change et de distribuer aux travailleurs les miettes du gâteau qui pouvaient rendre la situation sinon acceptable, au moins momentanément supportable.

Je ne suis pas Martin, mais je fais un rêve: que les forces progressistes, non, ne disons plus progressistes depuis que Macron se pare abusivement de ces vertus-là, disons les forces émancipatrices, transformatrices, à gauche toutes bien sûr, entendent et écoutent la rumeur qui monte d’un peuple qui veut agir pour vivre mieux. Il faut en être impérativement, unitairement. Cela imposera à toutes ces forces-là un profond aggiornamento pour se mettre à l’heure de ce temps. Il n’y a pas d’autres choix!

Rédigé le 23/11/2018

Jean-Marie Philibert