Actu Média

ligne déco
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation

Les brutes 

bfcc74da403d756e375d79a0ab72880f.jpg

Pour avoir longuement fréquenté les manifestations syndicales, politiques ou autres, pour en avoir observé le déroulement, l’organisation, pour l’avoir fait sous les cieux catalans, occitans, mais aussi parisiens, toulousains, montpelliérains, marseillais, cerdans, pour observer l’évolution des pratiques policières depuis quelques temps, je me dis que les temps changent: nous avons des brutes au pouvoir. Cette brutalité a une utilité immédiate: maintenir l’ordre, dira Castaner (en semant le désordre sans doute?)

Dressé pour taper

Plus sûrement faire en sorte que l’expression démocratique de la rue, que sa colère, que sa revendication apparaissent pour ce qu’elles ne sont pas, un moment de désordre et de violence propre (enfin, c’est une façon de parler) à décourager la masse des honnêtes gens de manifester. En Macronie l’expression publique du désaccord est devenue insupportable. On tape donc. Rappelez-vous, le toutou de Macron, un certain Benalla, dressé pour taper.

Et on tape en aveugle. De plus en plus souvent. Et sur tout ce qui se présente: les vieux, les jeunes, les femmes, les gilets jaunes, les rouges, les blacks. On gaze. On bloque. On humilie. Les responsables syndicaux comme les autres. Et puis on raconte n’importe quoi… pour faire du manifestant de base un délinquant de haute volée, capable d’investir violemment un service de réanimation d’un grand hôpital parisien. Un manifestant ne peut être qu’assoiffé de sang et où peut-il mieux trouver pitance qu’à la Salpêtrière?

Un dessein politique

Le «on» capable de proférer de telles âneries n’est que ministre de l’intérieur. Voir dans les derniers événements, ceux du 1er mai en particulier, un dessein politique me semble évident.

L’instrumentalisation des forces policières ne date pas d’hier. La constance de ces instrumentalisations s’insère dans le cadre global de restrictions du droit de manifester, merci l’état d’urgence et la loi anticasseur. L’utilisation médiatique qui est faite de tous les débordements, la prolifération de groupes de provocateurs qui semblent téléguidés pour ajouter du zinzin au zinzin, l’avalanche de blessé(e)s font qu’on franchit de plus en plus allègrement des limites où les droits élémentaires des citoyens sont bafoués. Et bien sûr, on accusera de tous les maux l’intrusion sur la scène sociale des gilets jaunes qui ne venant pas des beaux quartiers ont des manières rugueuses.

A la maison!

On estimera que les miettes jetées à ces manants devraient suffire pour les renvoyer à la maison, à la pétanque, au café, mais surtout, pas sur les ronds-points. Et s’ils ne comprennent pas, on tapera un peu plus, sans discernement, parce que comme ça tout le monde a peur, d’autant que la troupe de commentateurs complaisants (vous les avez vus à la conférence de presse de l’Elysée) est du côté du manche qui tape, bien sûr!

Quant à répondre à la misère sociale, aux difficultés de fins de mois, à la casse des services publics, à la mise à mal des droits sociaux… ce n’est pas à l’ordre du jour. On s’occupe de Notre Dame; pour le reste, on y répond par les coups!

J’ai comme le sentiment que la situation ne relève plus seulement d’une démarche sociale, disons classique, de convergence des luttes, de défense du droit de manifester, mais d’une prise de conscience citoyenne qui dise fermement, massivement, clairement que la paix civile est menacée par les brutes au pouvoir.

Rédigé le 09/05/2019

Jean-Marie Philibert