Actu Média

ligne déco
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation

Avant les trois coups !

094a21cb709a6988c7954d54f68e18d4.jpg

Rappel des épisodes précédents de la commedia dell’arte qui nous occupe depuis plusieurs mois: deux matamores, Pujolino, l’ancien, et Lorrentino, le nouveau, qui pensent que la ville, son université, ses monuments, son théâtre, son centre, son histoire leur appartiennent de toute éternité, avaient décidé tout seuls qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient du vieux Perpignan.

«Duce…»

Après un vieux cloître, ils s’étaient attaqués à la Bourse du Travail, et enfin au Théâtre Municipal pour en faire leur chose et un soi-disant remède miracle pour ranimer un centre-ville agonisant. Mais les vrais amoureux du théâtre n’ont pas apprécié la comédie. Ils y ont peut-être vu aussi des manœuvres grossières et électorales pour faire la démonstration que la cité sans Lorrentino, sans Pujolino ne serait rien et qu’il est plus que nécessaire d’en faire les «Duce» immortels de la ville. Les spectateurs n’ont pas aimé le numéro de duettistes qui semblaient les prendre pour des imbéciles

Graunalino et Crestalino

Pendant ce temps d’autres «commediantes» qui rêvaient aussi de devenir «Duce d’ici» se sont de leur propre autorité introduits dans l’intrigue, une vraie saga, à épisodes. Graunalino, dit le Romain, en avait assez de jouer les seconds couteaux émoussés de la politique:«Par le plus grand des hasards et par des contorsions en tous sens, je suis devenu député macaroniste, je peux bien prétendre à devenir «Duce». Dans le mensonge et dans la flagornerie je suis aussi bon qu’eux, mon expérience tous azimuts parle pour moi. Je n’hésite plus, j’y vais. J’ai des soutiens, en marbre de Carrare bien sûr, un certain Crestalino qui croit qu’il est encore à gauche. Certes ce n’est pas un pur- sang. Mais son image très embrouillée, à gauche à la région, au centre avec moi, à droite pour ceux qui le connaissent bien, peut contribuer à tromper un peu plus les spectateurs. C’est bien sûr l’objectif.»

Et Amielino

Mais la saga ne s’arrête pas là. Un autre jeune loup de la politique locale, venant d’horizons flous et multiples, un dénommé Amielino, qui pendant un temps fut grand copain avec tous les autres, (une solide amitié lie tout ce beau monde) se dit qu’il serait couillon de ne pas mettre un peu plus de zinzin dans le zinzin. Il s’était présenté comme le reconstructeur (?), le fossoyeur (?), rayez la mention inutile, de Saint-Jacques et rêve donc aussi de devenir le «Duce de Perpignan».

Dans les coulisses, il y en a un qui se cache depuis de longs mois, il ne dit rien, il ne fait rien, il se contente d’éructer régulièrement sur les étrangers, de chauffer régulièrement le fauteuil de conseiller municipal d’opposition qu’il occupe de temps à autres, de tout faire pour faire oublier qu’il est d’extrême droite et qu’il n’aime la démocratie qu’à sa botte, en attendant qu’un électorat sans conscience lui dise que le «Duce c’est lui». Lui, dans le spectacle, il veut garder son nom frrrrançais, ali, alo, alio, quelque chose comme ça.

Le sauveur

C’est le moment choisi par Lorrentino pour passer à la vitesse supérieure. Dans les starting-block, son mentor Pujolino, l’ancien, et sa gestion chaotique de la ville, ne peuvent qu’entraver le départ fulgurant dont son génie le rend capable. Pour se lancer il quitte l’université. «J’ai sauvé l’Université, je sauverai Perpignan, mais je dois me préparer, prendre de la hauteur, devenir inspecteur général de l’éducation nationale… Et revenir comme le sauveur suprême de la ville, moi l’homme pressé, ambitieux. Tous les matins je me rêve en duce!»

Le propre de la commedia dell’arte est d’amuser un public, de le faire rire, sourire, de le détendre, de lui procurer du plaisir. Là elle devient désolante.

A moins qu’en face on comprenne que les citoyens d’ici ont envie d’être pris pour autre chose que des zozos, qu’un autre dénouement est possible, souhaitable, nécessaire pour un sursaut de la ville. «Compagni della sinistra al lavoro uniti»

(Et pour que tous comprennent: Camarades de gauche, arrêtez de déconner, écoutez les cocos, au boulot, unis, les trois coups c’est pour demain !)

Rédigé le 16/05/2019

Jean-Marie Philibert