Actu Média

ligne déco
Sources : Marianne

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion…

séparation
Sources : Libération

Retraites : le trafic SNCF et RATP toujours perturbé mardi

Le mouvement social

Sources : L'Humanité

Le mépris d’Emmanuel Macron rebooste le mouvement social

Dans sa traditionnelle séance de vœux, le chef de l’État a répondu par une fin de non-recevoir méprisante aux Français qui refusent sa réforme des pensions. Et renforcé leur détermination…

séparation
Sources : L'Humanité

Inégalités. Les femmes, un Alibi de la réforme qui perd de points

Le gouvernement affirme qu’elles seront les gagnantes de son nouveau régime. Les premiers détails montrent au contraire des régressions, alors que leurs pensions sont en moyenne déjà 25 % moins…

séparation
Sources : L'Humanité

Mobilisation. Les salariés de la culture entrent dans la danse.

Les musiciens et danseurs grévistes de l’Opéra de Paris ont marqué les…

séparation
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation

Chiracôlatrie

0d1ee590bf2a90971929f6806085ba76.jpg

Je trouve que ce terme que j’emprunte à mon camarade Aschieri décrit parfaitement le déferlement médiatique qui nous assaille depuis que nous avons appris le décès de Jacques Chirac. Le respect des défunts est le signe de notre humanité et il ne s’agit pas de le remettre en cause. Mais l’univers médiatique s’embarque dans une telle hagiographie de l’ex-président qu’il serait possible d’y suspecter, pas seulement une peine légitime, mais aussi quelques soucis politiques. Nous nous réserverons la possibilité de les évoquer.

Le vide et le trop plein

Mais commençons par le vide que laisse celui qui a animé la vie politique française pendant des décennies dans un ancrage à droite indéfectible, même si on pouvait avoir parfois l’impression que cette droite-là restait présentable. Et c’est sans doute ce vide qui appelle le trop plein au point de saturer de paysage médiatique.

Il a occupé toutes les allées du pouvoir, des plus obscures aux plus prestigieuses et a duré pendant plus de quarante ans, en rebondissant comme il le fallait, chaque fois que sa carrière donnait le sentiment de s’essouffler, y compris en trahissant ses amis du moment. Quoi qu’en disent tous ceux qui veulent faire croire qu’il n’appartient pas exclusivement à cette famille de droite, il a gouverné la France pendant des décennies au bénéfice des possédants de tous ordres et au détriment du monde du travail. Il a mené une politique de classe : il est impossible de lui attribuer la moindre initiative significative en mesure de soulager les difficultés sociales du plus grand nombre.

L’ambition et le plus grand nombre

Et pourtant, nous dit-on, le plus grand nombre garde une bonne image, plus de 70 % d’opinions favorables dit un sondage post mortem. Cela, je pense, n’aurait pas dérangé, bien au contraire, l’ambitieux forcené qu’il n’a cessé d’être et qui l’avait conduit à ne jamais se couper de ce plus grand nombre qu’il savait séduire, faute de le satisfaire.

Le « toquemanettes » comme on dit ici, il savait faire et ne rechignait jamais à la tâche pour donner le sentiment d’une proximité qui pouvait avoir l’air vrai, mais qui n’était que feinte. Elle servait le plus souvent à ce que l’essentiel, c’est-à-dire, la prise et la conservation du pouvoir soient les plus efficaces, les plus entières et les plus durables possible. Là il fut très bon. Au point que ce pouvoir, peu contrôlé, a pu le conduire à se servir de ses fonctions pour « quelques » turpitudes qui lui ont valu des démêlés judiciaires et lui ont permis une vie dans l’opulence. Comme il fut le champion de la valse des étiquettes pour faire croire que la droite qu’il incarnait pouvait être autre chose que ce qu’elle est. Comme il sut se débarrasser sans ménagement de tous ceux qui, dans son propre camp, pouvaient lui faire de l’ombre. Comme il sut utiliser la politique étrangère pour brouiller un peu les pistes et apparaître un peu moins réactionnaire qu’il ne l’était.

Les erreurs et l’humanité

Il sut même faire des erreurs grossières, dissoudre une Assemblée Nationale à sa botte et s’imposer une cure de cohabitation. Personne n’est parfait.

Vos erreurs font votre humanité. Comme les difficultés de la vie, de sa fin de vie.

D’où ce sentiment bizarre de perte d’un homme, fût-il un adversaire politique majeur, qui nous a accompagnés, qui n’est pas un étranger, qui fut notre quotidien, qui ne nous est pas totalement indifférent. Et donc la possibilité offerte au monde médiatique, au pouvoir en place, de fabriquer, avec le bourrage de crâne qui va avec, une image iconique d’un président aimant et aimé, d’un politique qui brouille les pistes de droite et de gauche (comme l’autre), d’un homme sympathique qui a aimé la vie …

Même si, politiquement, (restons lucides !) il nous a copieusement et régulièrement couillonnés.

La chiracôlatrie, ça peut toujours servir… à poursuivre l’entreprise de couillonnage !



Rédigé le 03/10/2019

Jean-Marie Philibert