Actu Média

ligne déco
Sources : Marianne

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion…

séparation
Sources : Libération

Retraites : le trafic SNCF et RATP toujours perturbé mardi

Le mouvement social

Sources : L'Humanité

Le mépris d’Emmanuel Macron rebooste le mouvement social

Dans sa traditionnelle séance de vœux, le chef de l’État a répondu par une fin de non-recevoir méprisante aux Français qui refusent sa réforme des pensions. Et renforcé leur détermination…

séparation
Sources : L'Humanité

Inégalités. Les femmes, un Alibi de la réforme qui perd de points

Le gouvernement affirme qu’elles seront les gagnantes de son nouveau régime. Les premiers détails montrent au contraire des régressions, alors que leurs pensions sont en moyenne déjà 25 % moins…

séparation
Sources : L'Humanité

Mobilisation. Les salariés de la culture entrent dans la danse.

Les musiciens et danseurs grévistes de l’Opéra de Paris ont marqué les…

séparation
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation

Mécontentements

524551d48e8223abcaa2919bf4e9d2c3.jpg

Mécontentements… Le vocabulaire journalistique est à la réalité ce que les bisounours sont aux relations humaines en général. Les relations humaines sont souvent difficiles, parfois tendues, le plus fréquemment indifférentes, aux antipodes des bisounours en question. Les mots utilisés par la presse, c’est pareil, la télé n’en parlons pas. Il ne faut surtout pas affoler le bon populo. On édulcore. On rabote. On euphémise. Avec d’autant plus de vigueur que l’on traite des informations sociales qui pourraient donner de mauvaises pensées aux citoyens récalcitrants que nous sommes. Ainsi des mécontents et des mécontentements.

En grève…

Regardez le monde autour de vous: les pompiers passent devant chez vous, sur leur ambulance en très grosses lettres POMPIERS EN GRèVE. Vous allez à l’Hôpital, que voyez-vous? «URGENCE EN GRèVE». Les cheminots, pressurés, comme jamais, se mettent en grève pour exercer leur droit de retrait, après un nouvel accident ferroviaire. De multiples entreprises en difficulté mettent la clé sur la porte, les salariés protestent pendant que les patrons se tirent avec le pognon. Les personnels des Finances n’en finissent pas de sillonner le département pour alerter sur la disparition des services publics. Les postiers, les facteurs passés à la moulinette. Les enseignants et les personnels d’éducation contraints après une rentrée chaotique, de mettre en œuvre une réforme qui l’est tout autant, de gérer les carences d’un système qui ne sont pas dans le champ de vision d’un ministre têtu, myope et incompétent. Des suicides chez ces personnels, comme chez les policiers. Un Castaner incapable d’assurer la sécurité de la préfecture de Police (un symbole!). Quand une catastrophe écologique se produit comme à Rouen, ministres et gouvernement cafouillent grave et laissent les Rouennais dans les fumées, les questions et les odeurs.

Un hold-up

Les retraités dans la rue une nouvelle fois. Les agriculteurs en colère. Des syndicats qui préparent une grève interprofessionnelle, sûrement reconductible. Une réforme des retraites qui, si on regarde les pensions futures, aboutira à un hold-up sur les droits sociaux…

Tout cela n’est rien… Des mécontentements passagers. Du côté du patronat rien à signaler.

Il peut arriver que les mécontentements passagers vous pètent à la gueule, surtout si vous vous entêtez à ne pas entendre ce que dit la rue, à ne pas voir les souffrances humaines qui prolifèrent, à vivre dans votre bulle.

Serait-ce dans la nature du pouvoir que d’être irrémédiablement coupé des réalités sociales, que de ne savoir y répondre que par la trique et les lacrimos? De la droite-sarko, à la gauche-hollande et jusqu’au nini macronien, c’est toujours la même rengaine, avec les mêmes arguments, les déficits, la mondialisation, l’Europe, la crise, le chômage. Les discours sont volontairement incohérents… pour que surtout ils-elles-le bon peuple-le téléspectateur moyen ne comprennent pas qu’on les roule dans la farine, qu’il faut qu’ils acceptent encore et toujours de vivre de peu, de se distraire à peu de frais, de perdre leur vie à tenter de la gagner.

Le 5 décembre…

Les «mécontentements» ont la peau dure des colères sociales profondes et anciennes, qu’on n’a pas voulu entendre parce qu’on les méprisait, parce qu’il était si facile de croire que le désordre des choses ne pouvait que durer encore et encore.

Je me dis que le 5 décembre, il peut se passer quelque chose qui renverserait les tables trop bien mises où les opulents de ce temps n’arrêtent pas de festoyer.



Rédigé le 31/10/2019

Jean-Marie Philibert