Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation
Sources : Libération

Boris Johnson défie Theresa May sur le Brexit

Le ministre des Affaires étrangères a publié une tribune vantant un Brexit dur, perçue comme une critique de la Première ministre britannique et un défi à son autorité.

 

Boris Johnson dispose d’une grande qualité. Il peut être «très amusant», a déclaré…

séparation
Sources : L'Humanité

Réforme XXL du code du travail, feu-vert pour les ordonnances et après ?

C’est fait, la loi habilite le gouvernement à prendre par ordonnances toutes mesures pour réformer le code du travail. Reste encore à les ratifier.

Après le feu vert du Conseil constitutionnel par délibération du 7 septembre 2017 , samedi 16 septembre a été…

séparation
Sources : L'Obs

Mini-jobs", travail précaire... Etre pauvre sous Merkel

"Mini-jobs", travail précaire, douze ans après les réformes qui ont flexibilisé le marché du travail, le pays le plus riche d'Europe compte, aussi, de plus en plus de personnes en grande difficulté. Reportage.

"Moi, pauvre ?" Ulrich Arenz est stupéfait. "C'est…

séparation
Sources : Boursorama

Quand le Président Macron pratique un double discours...

Il y aurait un "Macron côté jardin" et un "Macron côté cour". Illustration à Athènes le 7 septembre : devant les caméras, le chef de l'Etat prône la solidarité. Quelques heures plus tard, à Paris, il joue la concurrence entre les États-membres. Pour…

séparation
Sources : Libération

Aide publique au développement : «La plus importante coupe budgétaire jamais connue»

Alors qu'Emmanuel Macron avait promis que cette aide atteindrait 0,7 % du revenu national brut d'ici 2030, le gouvernement a annoncé lundi une réduction de 141 millions d'euros.
Le gouvernement «tiendra la parole de la France» sur la question du déficit, confirmait lundi Gérald Darmanin, ministre des Comptes…

séparation
Sources : Libération

Pollution de l’air : le Conseil d’État enjoint au gouvernement d’agir

Mercredi, la plus haute juridiction administrative a demandé au gouvernement d’agir dans les meilleurs délais contre la pollution de l’air aux particules fines PM10 et au dioxyde d’azote. Une décision inédite pour cette instance.

 

 

séparation
Sources : L'Humanité

Loi travail. Extension du CDI de chantier, en marche vers la précarité généralisée

 

Cumulant les inconvénients sans les avantages de l’intérim et du CDD, le CDI dit de chantier ou de projet est dans les plans du gouvernement. Un contrat de travail précaire, sans durée prédéfinie, que l’employeur peut rompre à sa guise.

séparation
Sources : Le Monde

En Israël, les femmes se libèrent sur grand écran

Un événement considérable est survenu au Festival international du film de Haïfa, en octobre 2016. Trois films, réalisés par des femmes, étaient en compétition, traitant d’un même thème : la difficile coexistence entre Palestiniens et Israéliens. Pour la première fois, les premiers cessaient d’être des…

séparation
Sources : Le Monde

Xi Jimping appelle Donald Trump pour faire baisser la tension avec la Corée du Nord

Le président chinois, Xi Jinping, a plaidé auprès du président des Etats-Unis,Donald Trump, pour une solution pacifique de la crise autour du programmenucléaire nord-coréen, affirme la chaîne de télévision chinoise CCTV sur son site Internet, mercredi…

séparation

Du neuf en Grande-Bretagne

9645afb57782a2e2da687160ef99b1f9.jpg

Parti travailliste. Avec Jeremy Corbyn à sa tête, le Labour cherche à défricher les chemins d’une voie alternative à l’austérité.

Il a dû bien rire, Jeremy Corbyn, quand il a reçu la «standing ovation» du groupe travailliste lors de la dernière rentrée parlementaire. L’élection convoquée à la hussarde par la Première ministre Teresa May, devait confirmer l’écrasement d’un parti travailliste (Labour) et de sa direction trop marquée à gauche. Les trois quart des députés sortants avaient signé l’an dernier une «motion de défiance» contre Corbyn et manœuvré bassement pour obtenir son départ. C’est la base des adhérents qui avait renouvelé sa confiance avec une majorité accrue au «vieux» (72 ans) militant pacifiste. Pour autant, les anti-Corbyn n’avaient pas désarmé: «Le leader le plus nul que nous ayons eu…», «Inéligible, sauf à Islington nord» (commune très pauvre au nord de Londres avec une forte concentration d’immigrés, dont Corbyn est le maire)… «N’a jamais rien compris à la communication politique, il n’y a qu’à voir comment il s’habille…»

Vent debout, Corbyn a suivi son cap

Mis à part quelques réajustements au sein de son exécutif qui lui ont été bien entendu reprochés comme des actes «staliniens», il a concentré sa campagne sur l’élaboration d’une véritable alternative à toutes ces années d’austérité qui ont laissé, dans la cinquième puissance économique du monde, des services publics exsangues et tant d’hommes et de femmes sur le bord du chemin. C’est le sens du «Manifeste travailliste», dont la publication a marqué le tournant de la campagne. Le Manifeste prend un axe fort: «Une vie meilleure pour tous». Il dénonce avec force les inégalités, l’économisme à courte vue et la situation intolérable faite aux retraités. Il propose des financements nouveaux, avec un véritable impôt progressif, la taxation des plus-values boursières et un investissement sans précédent dans trois secteurs essentiels: l’éducation, le logement et les infrastructures. Le point d’orgue de ce programme, ce sont les renationalisations. Le libéralisme thatchérien, avec sa course folle au moins-disant social et économique, a entraîné un vieillissement de toutes les infrastructures, fragilisant considérablement l’unité économique du pays.

La jeunesse majoritairement acquise au maire d’Islington

Corbyn, prenant acte de la volonté populaire, a posé très fermement la question du contenu du Brexit: non à un Brexit de droite, qui transformerait la Grande-Bretagne en un pays de moins-disant social. Oui à un Brexit de gauche, et à la recherche de nouveaux développements, avec à l’horizon la construction d’une éventuelle nouvelle Europe de nations souveraines! Entre le repli nationaliste et les diktats tels que ceux imposés aux Grecs, le Labour cherche à défricher les chemins d’une autre voie. Et l’on peut certes s’inquiéter de certaines insuffisances, sur la responsabilisation sociale des entreprises, le secteur bancaire, les droits des salariés. Il n’en reste pas moins que sur un point essentiel, la création de pôles financiers régionaux publics destinés à revitaliser l’activité économique et la formation, les orientations du Labour vont dans un sens extrêmement progressiste, voire plus.

Le groupe parlementaire travailliste ne fera aucun cadeau à Jeremy Corbyn. En même temps, les droitiers sont pris en tenaille. Il y a Corbyn, désormais légitimé. Il y a surtout la base militante. Sans parler de l’opinion publique et notamment de la jeunesse, très majoritairement acquise au maire d’Islington. Décidément, ce n’est pas demain que les sociaux-libéraux français pourront se réclamer du «modèle britannique»!

Photo©TDR.cc

Rédigé le 14/09/2017

J.-M. Galano