Actu Média

ligne déco
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation
Sources : Libération

Boris Johnson défie Theresa May sur le Brexit

Le ministre des Affaires étrangères a publié une tribune vantant un Brexit dur, perçue comme une critique de la Première ministre britannique et un défi à son autorité.

 

Boris Johnson dispose d’une grande qualité. Il peut être «très amusant», a déclaré…

séparation
Sources : L'Humanité

Réforme XXL du code du travail, feu-vert pour les ordonnances et après ?

C’est fait, la loi habilite le gouvernement à prendre par ordonnances toutes mesures pour réformer le code du travail. Reste encore à les ratifier.

Après le feu vert du Conseil constitutionnel par délibération du 7 septembre 2017 , samedi 16 septembre a été…

séparation

Du neuf en Grande-Bretagne

9645afb57782a2e2da687160ef99b1f9.jpg

Parti travailliste. Avec Jeremy Corbyn à sa tête, le Labour cherche à défricher les chemins d’une voie alternative à l’austérité.

Il a dû bien rire, Jeremy Corbyn, quand il a reçu la «standing ovation» du groupe travailliste lors de la dernière rentrée parlementaire. L’élection convoquée à la hussarde par la Première ministre Teresa May, devait confirmer l’écrasement d’un parti travailliste (Labour) et de sa direction trop marquée à gauche. Les trois quart des députés sortants avaient signé l’an dernier une «motion de défiance» contre Corbyn et manœuvré bassement pour obtenir son départ. C’est la base des adhérents qui avait renouvelé sa confiance avec une majorité accrue au «vieux» (72 ans) militant pacifiste. Pour autant, les anti-Corbyn n’avaient pas désarmé: «Le leader le plus nul que nous ayons eu…», «Inéligible, sauf à Islington nord» (commune très pauvre au nord de Londres avec une forte concentration d’immigrés, dont Corbyn est le maire)… «N’a jamais rien compris à la communication politique, il n’y a qu’à voir comment il s’habille…»

Vent debout, Corbyn a suivi son cap

Mis à part quelques réajustements au sein de son exécutif qui lui ont été bien entendu reprochés comme des actes «staliniens», il a concentré sa campagne sur l’élaboration d’une véritable alternative à toutes ces années d’austérité qui ont laissé, dans la cinquième puissance économique du monde, des services publics exsangues et tant d’hommes et de femmes sur le bord du chemin. C’est le sens du «Manifeste travailliste», dont la publication a marqué le tournant de la campagne. Le Manifeste prend un axe fort: «Une vie meilleure pour tous». Il dénonce avec force les inégalités, l’économisme à courte vue et la situation intolérable faite aux retraités. Il propose des financements nouveaux, avec un véritable impôt progressif, la taxation des plus-values boursières et un investissement sans précédent dans trois secteurs essentiels: l’éducation, le logement et les infrastructures. Le point d’orgue de ce programme, ce sont les renationalisations. Le libéralisme thatchérien, avec sa course folle au moins-disant social et économique, a entraîné un vieillissement de toutes les infrastructures, fragilisant considérablement l’unité économique du pays.

La jeunesse majoritairement acquise au maire d’Islington

Corbyn, prenant acte de la volonté populaire, a posé très fermement la question du contenu du Brexit: non à un Brexit de droite, qui transformerait la Grande-Bretagne en un pays de moins-disant social. Oui à un Brexit de gauche, et à la recherche de nouveaux développements, avec à l’horizon la construction d’une éventuelle nouvelle Europe de nations souveraines! Entre le repli nationaliste et les diktats tels que ceux imposés aux Grecs, le Labour cherche à défricher les chemins d’une autre voie. Et l’on peut certes s’inquiéter de certaines insuffisances, sur la responsabilisation sociale des entreprises, le secteur bancaire, les droits des salariés. Il n’en reste pas moins que sur un point essentiel, la création de pôles financiers régionaux publics destinés à revitaliser l’activité économique et la formation, les orientations du Labour vont dans un sens extrêmement progressiste, voire plus.

Le groupe parlementaire travailliste ne fera aucun cadeau à Jeremy Corbyn. En même temps, les droitiers sont pris en tenaille. Il y a Corbyn, désormais légitimé. Il y a surtout la base militante. Sans parler de l’opinion publique et notamment de la jeunesse, très majoritairement acquise au maire d’Islington. Décidément, ce n’est pas demain que les sociaux-libéraux français pourront se réclamer du «modèle britannique»!

Photo©TDR.cc

Rédigé le 14/09/2017

J.-M. Galano