Actu Média

ligne déco
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation
Sources : Libération

Boris Johnson défie Theresa May sur le Brexit

Le ministre des Affaires étrangères a publié une tribune vantant un Brexit dur, perçue comme une critique de la Première ministre britannique et un défi à son autorité.

 

Boris Johnson dispose d’une grande qualité. Il peut être «très amusant», a déclaré…

séparation
Sources : L'Humanité

Réforme XXL du code du travail, feu-vert pour les ordonnances et après ?

C’est fait, la loi habilite le gouvernement à prendre par ordonnances toutes mesures pour réformer le code du travail. Reste encore à les ratifier.

Après le feu vert du Conseil constitutionnel par délibération du 7 septembre 2017 , samedi 16 septembre a été…

séparation

La Catalogne indépendante, mais sous tutelle !

34a7259ebed7d3119a271e597c3493f2.jpg

Barcelone. Le Parlement catalan n’a pas reculé, il a voté la séparation, quelques minutes avant que le sénat de Mariano Rajoy destitue Puigdemont et proclame la Catalogne sous tutelle.

Après plusieurs semaines de crise la résolution d’indépendance a été adoptée au Parlement catalan par 70 voix pour, 10 contre et 2 votes blancs. Les 53 représentants de Ciudadanos (centre), Parti populaire (PP, droite) et Parti socialiste (PSC), hostiles à l’indépendance, avaient quitté l’hémicycle pour éviter de participer au vote. Mariano Rajoy prononçait immédiatement et avec la plus grande fermeté la mise sous tutelle de la Catalogne et la destitution de Carles Puigedemont. De leur côté les Catalans partisans de l’indépendance appellent à une désobéissance civile, au refus de se soumettre à l’autorité espagnole. Un mot d’ordre de Carles Puigdemont de sa ville Gérone, qui se veut pacifique, mais qui peut très vite dégénérer.

Une communauté internationale tiède

En se prononçant pour l’état de droit face à la crise espagnole, l’Europe est-elle résolument dans le camp de Mariano Rajoy? Rien n’est moins certain, refait surface, la question des euro-régions qui dans la fragmentation des peuples et des nations, quand elle vient servir les desseins d’une Europe ultralibérale n’est pas sans intérêt pour les technocrates de Bruxelles. L’Espagne serait-t-elle le laboratoire d’une Europe soucieuse de la mise en œuvre d’un tel scénario? Dans ce bras de fer, l’indépendance fantasmée par les uns romancée par les autres étouffe tous débats pour une perspective politique et sociale. Convergence qui masque pour le moment le gouffre qui oppose politiquement ces forces et les réponses à donner aux attentes des Catalans. Mais au regard des mobilisations, peut-on conclure illégitime, l’aspiration du peuple Catalan au motif que la transformation sociale n’apparaît pas dans cette affaire?

D’où peut venir l’espoir d’une alternative…?

L’impasse dans laquelle cette crise a plongé la Catalogne, a mis en évidence d’autres acteurs en Catalogne. PODEM ou bien encore la maire de Barcelone, qui dans une intervention s’est refusée a être prise en otage. Ni 155 ni DIU ce sont les premiers mots d’Ada Colau,favorable à un processus qui donne plus de latitude institutionnelle à la Catalogne : «Je sais où je serai : impliquée dans la construction de nouveaux scénarii d’autonomie qui nous donneront plus de démocratie, et pas moins», rejetant les deux solutions et critiquant le peu d’effort des deux partis au dialogue. Mais les mots les plus durs, Ada Colau, les aura eu pour le PP et Mariano Rajoy qui viennent de mettre sous tutelle la Catalogne: «Une décennie de négligence du parti populaire avec la Catalogne qui se termine aujourd’hui par l’approbation du Sénat de l’article 155. Sous les applaudissements du PP, mais pour la honte de tous ceux qui respectent la dignité et la démocratie. Rajoy et les siens ont applaudi leur échec…incapables de proposer une solution, incapables d’écouter et de gouverner pour tous ». L’histoire est en train de s’écrire de l’autre côté de la frontière, espérons que cette aspiration populaire née du rejet des politiques économiques et sociales menées par Madrid, mais disons le aussi Barcelone, ne se fasse pas en lettres de sang.

Rédigé le 02/11/2017

Philippe Galano