Actu Média

ligne déco
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation
Sources : Libération

Boris Johnson défie Theresa May sur le Brexit

Le ministre des Affaires étrangères a publié une tribune vantant un Brexit dur, perçue comme une critique de la Première ministre britannique et un défi à son autorité.

 

Boris Johnson dispose d’une grande qualité. Il peut être «très amusant», a déclaré…

séparation
Sources : L'Humanité

Réforme XXL du code du travail, feu-vert pour les ordonnances et après ?

C’est fait, la loi habilite le gouvernement à prendre par ordonnances toutes mesures pour réformer le code du travail. Reste encore à les ratifier.

Après le feu vert du Conseil constitutionnel par délibération du 7 septembre 2017 , samedi 16 septembre a été…

séparation

Netanyahou vire ses immigrés

ea350c3e0506763d806db283df97402c.jpg

Israël. Un programme d’expulsion pour près de 40 000 réfugiés africains en situation irrégulière.

Israël a lancé, mercredi 3 janvier, un programme destiné à près de 40.000 migrants africains en situation irrégulière. Ceux-ci devront choisir entre leur expulsion ou leur incarcération. Ils ont jusqu’à la fin mars pour quitter Israël, faute de quoi ils seront emprisonnés pour une durée indéterminée. « Ce programme sera appliqué à partir de mercredi », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui s’est félicité du projet destiné à « faire partir les migrants entrés illégalement ».Près de 40.000 Erythréens et Soudanais sont concernés, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Ceux qui accepteront de partir se verront remettre un billet d’avion et près de 3000 euros. Dans le cadre de son programme d’expulsion, le gouvernement israélien reconnaît tacitement que les ressortissants de ces deux pays ne peuvent retourner chez eux.

Des populations immigrées en grand danger dans leurs pays d’origine

Le régime érythréen a été accusé par l’ONU de crimes contre l’humanité « généralisés et systématiques ». Quant au Soudan, son président Omar el-Béchir fait l’objet de mandats d’arrêt de la Cour pénale internationale pour crimes de guerre, contre l’humanité et génocide. Israël ne pouvant les renvoyer dans leurs pays d’origine, le pays a signé des accord avec le Rwanda et l’Ouganda, qui doivent accueillir les migrants « volontaires », malgré la condamnation du HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés). Ils sont pour la plupart entrés illégalement en Israël via le Sinaï égyptien à compter de 2007. Ce flux a été stoppé avec la fin de la construction par l’État hébreu d’une clôture électronique le long de la frontière avec l’Égypte.

Une politique envers les réfugiés africains teintée de relents racistes

Netanyahu a déclaré, lors d’une visite à Tel Aviv, vouloir «rendre au peuple» les territoires occupés par des camps d’accueil au sud de la ville. Ce discours ne diffère guère de celui tenu par les extrémistes de droite en Europe. Alors qu’Israël instrumentalise sans cesse la Shoah pour justifier sa politique impérialiste en Palestine, son comportement en matière migratoire est une insulte supplémentaire aux victimes. Cette attitude est à rapprocher aussi du traitement inhumain dont sont victimes les populations palestiniennes des territoires occupés, et plus particulièrement des violences subies par les enfants de la part des troupes d’occupation. Ce «racisme ordinaire» a aussi été le lot des «Falachas», juifs d’origine éthiopienne, qui ont subi de nombreuses discriminations à leur arrivée dans l’État hébreu. Enfin, notons le silence embarrassé des habituels thuriféraires d’Israël sur ce sujet délicat, des médias aux ordres qui, semble-t-il, n’ont entendu parler de rien, et du gouvernement français étrangement muet sur le sujet.

Rédigé le 11/01/2018

Roger Rio