Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Un Big Bang politique

ca0d1d4c386306e7a126a0c260aaa76a.jpg

Mexique. Les élections de juillet 2018 ont mis fin à 76 années de gouvernement par la droite. La gauche victorieuse est confrontée à d’immenses défis dans un pays ravagé par les homicides et les féminicides et une pauvreté endémique.

Andrés Manuel Lopez Obrador, surnommé de ses initiales AMLO et sa coalition de gauche «Ensemble, nous ferons l’histoire» constituée de Morena, du Parti du travail, du Parti rencontre sociale, l’ont emporté aux élections mexicaines marquées par une participation de 63,4%. Pour la présidentielle, AMLO, le leader de Morena gagne avec 53,19% des suffrages. La fraude électorale qui l’aura fait échouer en 2006 et 2012, n’aura pas suffi à empêcher son élection. Au Congrès bicaméral, son alliance place 312 députés sur 500 dont 193 pour Morena, et 70 sénateurs sur 126, dont 58 pour Morena. Cette dernière a aussi réussi à faire élire six gouverneurs dans les neufs États en lice. C’est une véritable déflagration politique qui vient de se dérouler au Mexique. Ces élections mettent fin à soixante-seize années de gouvernements de droite que ce soit celle historique du PRI, issue de la révolution mexicaine, ou celle relookée du PAN. C’est une baffe retentissante pour leurs candidats qui obtiennent respectivement 15,6% et 22,6%.

Une ligne de rupture claire

Au regard de ce que représente cette droite toute entière inféodée aux intérêts des oligarques et au service des plus riches, il est légitime de présenter AMLO et sa coalition comme étant la gauche mexicaine. Mais cette qualification a été tellement caricaturée par leurs détracteurs, qu’on pourrait se tromper sur ce qu’elle représente. AMLO n’est pas un adversaire du marché et encore moins un partisan du socialisme. D’ailleurs, la plate-forme qui a soutenu sa candidature compte desgensd’horizonstrès divers, venus du monde de la culture, des intellectuels,des politiques très engagés à gauche mais aussi des personnalités decentre-droit et même des hommes d’affaires. La ligne de rupture dans ce pays est d’abord marquée par la lutte contre la corruption systémique, contre les cartels de la drogue et les mafias en tout genre. Cette ligne passe aussi par l’opposition à l’hyper-dépendance économique avec les États-Unis. Pendant soixante-seize ans, la droite a gouverné en s’appuyant sur la criminalité économique et mafieuse, laissant un pays exsangue ravagé par les homicides et les féminicides, par une pauvreté endémique. Les défis qui attendent AMLO et sa majorité sont immenses, d’autant que si ses ennemis mortels, le mot n’est trop fort, ont subi un échec cuisant, ils n’ont pas désarmé. Beaucoup va dépendre maintenant du soutien que les forces vives du pays vont leur apporter.

Rédigé le 12/07/2018

Roger Hillel