Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Un droit fondamental 

c11562df27fae6a6eab021f1ff49fe3d.jpg

L’hospitalité. Le philosophe Etienne Balibar plaide pour une refonte du droit international orientée vers la reconnaissance de l’hospitalité comme « droit fondamental ».

« Pour un droit international de l’hospitalité», tel est le titre de la tribune du philosophe marxiste Étienne Balibar publiée dans l’édition du 16 août du journal Le Monde. Il y plaide pour «une refonte du droit international, orientée vers la reconnaissance de l’hospitalité comme droit fondamental imposant ses obligations aux États (...)». Ce droit fondamental, on s’en doute, concerne les réfugiés, les migrants, les errants, terme que leur préfère Etienne Balibar, nous y reviendrons. Mais, ce droit n’est-il pas déjà reconnu de par les notions contenues dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme? Le philosophe rétorque que ces notions «font de l’appartenance nationale et de la souveraineté territoriale l’horizon absolu des dispositifs de protection des personnes, alors que, dans la situation actuelle, la nécessité criante est de limiter l’arbitraire des États, en leur opposant des contre-pouvoirs légitimes internationalement reconnus».

Les cinq principes

Etienne Balibar veut compléter ces notions par cinq principes à valeur juridique qui donneraient corps au droit à l’hospitalité: 1-l’interdiction de refoulement, 2- les États et leur police opérant aux frontières ou à l’intérieur du territoirene doivent pasbrutaliser les errants, 3- les États ne doivent pas établir deslistes de pays d’originedont les ressortissants sont interdits d’entrée a priori en fonction de critères raciaux, culturels, religieux ou géopolitiques. 4- les opérations militairesne doivent pas chercher à détruire des organisations ou des réseaux de passeurs au risque de la vie des errants eux-mêmes, qui sont leurs victimes et non leurs commanditaires. 5- les États ne doivent pas, pour se défausser, externaliserla gestion des flux de migrants et de réfugiés.

Comment les nommer?

Etienne Balibar consacre une partie substantielle de sa tribune à la façon de nommer les humains qui relèvent du droit à l’hospitalité. Il y récuse les termes de réfugiés et de migrants dont le sens, selon lui, est dévoyé par les pratiques administratives et leur préfère celui d’errants. Nous n’en voyons pas la pertinence, d’autant que le terme de réfugié fait explicitement référence à celui ou celle qui cherche refuge hors de son territoire d’origine pour échapper aux conflits, guerres, famines, dictatures, violences tribales, claniques, mafieuses, communautaristes et religieuses.

Le débat est posé mais, quelle que soit leur dénomination, ces humains constituent, écrit-il, «une partie de la population mondiale (et même une petite partie), mais hautementreprésentative,parce que sa condition concentre les effets de toutes les inégalités du monde actuel». Il conclut sa tribune, en exhortant l’humanité à «intégrer les exigences (de cette partie d’elle même) à son ordre politique et à son système de valeurs». C’est «un choix de civilisation» qu’il a fait sien. C’est aussi le nôtre.

Rédigé le 30/08/2018

Roger Hillel