Actu Média

ligne déco
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation
Sources : Libération

Boris Johnson défie Theresa May sur le Brexit

Le ministre des Affaires étrangères a publié une tribune vantant un Brexit dur, perçue comme une critique de la Première ministre britannique et un défi à son autorité.

 

Boris Johnson dispose d’une grande qualité. Il peut être «très amusant», a déclaré…

séparation
Sources : L'Humanité

Réforme XXL du code du travail, feu-vert pour les ordonnances et après ?

C’est fait, la loi habilite le gouvernement à prendre par ordonnances toutes mesures pour réformer le code du travail. Reste encore à les ratifier.

Après le feu vert du Conseil constitutionnel par délibération du 7 septembre 2017 , samedi 16 septembre a été…

séparation
Sources : L'Obs

Mini-jobs", travail précaire... Etre pauvre sous Merkel

"Mini-jobs", travail précaire, douze ans après les réformes qui ont flexibilisé le marché du travail, le pays le plus riche d'Europe compte, aussi, de plus en plus de personnes en grande difficulté. Reportage.

"Moi, pauvre ?" Ulrich Arenz est stupéfait. "C'est…

séparation
Sources : Boursorama

Quand le Président Macron pratique un double discours...

Il y aurait un "Macron côté jardin" et un "Macron côté cour". Illustration à Athènes le 7 septembre : devant les caméras, le chef de l'Etat prône la solidarité. Quelques heures plus tard, à Paris, il joue la concurrence entre les États-membres. Pour…

séparation
Sources : Libération

Aide publique au développement : «La plus importante coupe budgétaire jamais connue»

Alors qu'Emmanuel Macron avait promis que cette aide atteindrait 0,7 % du revenu national brut d'ici 2030, le gouvernement a annoncé lundi une réduction de 141 millions d'euros.
Le gouvernement «tiendra la parole de la France» sur la question du déficit, confirmait lundi Gérald Darmanin, ministre des Comptes…

séparation

Un séisme électoral

5d2fc4e0e5212c2da39ad448f307c447.jpg

Législatives. La vague annoncée des candidats de La République en Marche oblige les autres forces politiques à « sauver les meubles ».

Prospérant sur une abstention massive et sur la désunion de la gauche, La République en Marche est arrivée largement en tête du premier tour des législatives. Un résultat qui, selon les instituts de sondage, pourrait permettre au président de la République d’avoir, dimanche prochain, une large majorité à la Chambre. A moins qu’un sursaut démocratique et qu’un retour des abstentionnistes aux urnes ne viennent troubler les plans du monarque-président.

Le FN à la peine

Autre surprise du premier tour, heureuse celle-là, le Front national, dont les résultats à la présidentielle lui laissaient espérer un succès, atteint tout juste 13,2 % des suffrages. Il perd plus de 4,5 millions de voix par rapport au 1er tour de la présidentielle et est en recul de 600000 voix par rapport à 2012. Si ce scrutin marque toujours un enracinement du parti d’extrême droite dans l’arc méditerranéen et les Hauts de France, celui-ci n’atteindra probablement pas le nombre d’élus nécessaire pour constituer un groupe parlementaire.

Les divisions de la droite

Pour Les Républicains et l’UDI, les résultats sont loin de l’objectif annoncé. En 2012, malgré la «vague rose», la droite avait gardé 226 sièges de députés avec 35 % des voix. Mais, dimanche, en atteignant tout juste les 20%, elle ne pourra espérer avoir plus de 125 sièges. Déstabilisée par la non-présence au second tour de la présidentielle, elle ne s’est jamais clairement positionnée face au mouvement d’Emmanuel Macron et la raclée de dimanche va aiguiser les divisions entre les différentes stratégies…

La Bérézina socialiste

Pour le Parti socialiste qui n’aura plus, dimanche, que 20 à 30 députés contre 295 durant la précédente législature, c’est une véritable Bérézina. Jamais, depuis 1958, le groupe socialiste n’aura été aussi réduit. Il paye un quinquennat catastrophique rejeté par une majorité de Français. Il paye aussi la position plus qu’ambiguë de nombre de ses candidats face au nouveau président de la République.

Le fruit de la division à gauche

La France insoumise, malgré un résultat honorable à 11,02%, est loin d’atteindre l’objectif qu’ils s’étaient fixé. Elle voit son score de la présidentielle s’éroder, perdant près de 4 millions de voix entre les deux scrutins. De plus, persuadé qu’il réussirait seul à contrer le parti d’Emmanuel Macron, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon avait refusé tout accord national avec le PCF et les forces de gauche anti-austérité. Ce choix a conduit, dans nombre de circonscriptions, à ne laisser en présence pour le second tour que des candidats REM, de la droite ou de l’extrême droite. Comme l’a rappelé Pierre Laurent, «la division des forces de gauche se paye en effet très cher». Et, avec de fortes disparités, le PCF atteint 2,72 % des voix. Pour le second tour, la France insoumise et le PCF soutiendront plus de 80 candidats avec l’espoir de construire un pôle de résistance pour lutter contre la régression sociale en marche et pour préparer la reconstruction d’une perspective à gauche.

Rédigé le 15/06/2017

René Granmont