Actu Média

ligne déco
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation
Sources : Libération

Boris Johnson défie Theresa May sur le Brexit

Le ministre des Affaires étrangères a publié une tribune vantant un Brexit dur, perçue comme une critique de la Première ministre britannique et un défi à son autorité.

 

Boris Johnson dispose d’une grande qualité. Il peut être «très amusant», a déclaré…

séparation
Sources : L'Humanité

Réforme XXL du code du travail, feu-vert pour les ordonnances et après ?

C’est fait, la loi habilite le gouvernement à prendre par ordonnances toutes mesures pour réformer le code du travail. Reste encore à les ratifier.

Après le feu vert du Conseil constitutionnel par délibération du 7 septembre 2017 , samedi 16 septembre a été…

séparation

L’escadrille des emmerdements

b7a66e3237c9293f9df1deb9c30eacab.jpg

12 septembre. La mobilisation et ses suites ne se limitent pas au code du travail et aux ordonnances.

Pour les travailleurs de ce pays, bien sûr la destruction du code du travail est l’attaque centrale, massive, mais elle n’est pas qu’un coup de tonnerre dans un ciel serein, elle est accompagnée de déclarations, de projets, qui concernent ceux qui travaillent, comme ceux qui aimeraient bien le faire, comme ceux qui l’ont quitté pour une retraite, souvent chiche, et que l’on veut pressurer un peu plus. C’est, sous couvert de réformes nécessaires, d’adaptabilité, de modernisation, des récessions sociales globales, voulues et organisées qui visent à mettre au pas le peuple et à lui imposer la révolution ultralibérale dont rêvent depuis des lustres les puissances financières. Les emmerdements volent en escadrille.

Tous les droits sont concernés

Il s’agit de remettre en cause les droits, tous les droits, celui au travail, mais aussi celui à la santé, celui des droits sociaux, celui à des services publics de qualité. Les dépenses publiques seraient réduites, les solidarités mises à mal. Des milliers d‘emplois seraient supprimés (120 000 fonctionnaires dont 70 000 dans la seule fonction publique territoriale). Les salaires seraient bloqués. Les mesures prises pour permettre quelques avancées (Parcours professionnels des carrières et des rémunérations) envoyées aux oubliettes. Les retraités qui ont des pensions de plus de 1200 €(des richards!) se verraient amputés d’une partie de leur pouvoir d’achat.

Dans les têtes et dans les cartons, après le code du travail l’assurance chômage est dans le viseur, le basculement de la sécu vers l’impôt se met aussi en place, quant à l’impôt lui-même il serait modelé pour qu’il permette à ceux qui ont tout d’en avoir encore davantage. Et l’on voit ressurgir la bête noire de tous les réactionnaires qui, depuis des décennies, font une fixette sur ce qu’il est convenue d’appeler les régimes spéciaux: attention ils ne pensent qu’à ça. Au nom de l’équité bien sûr! Juppé s’était cassé les reins dessus, mais par la suite Fillon, Woerth, Sarkozy avaient commencé un grignotage systématique.

Il ne connaît pas la chanson

Avez-vous entendu les propos de Macron lors de l’inauguration de la ligne TGV Le Mans-Rennes, début juillet? Ils n’ont fait la une de l’actualité que ces derniers jours, comme pour parfaire la destruction des modèles sociaux qui nous constituent et clairement situer les enjeux. La SNCF est endettée, ou plutôt elle a été endettée de par les choix qu’on lui a imposés. Dans sa grande générosité, le président de la République propose aux cheminots de renoncer à leurs droits, à leur régime spécial et en échange il épongera la dette. Au nom bien sûr d’un nouveau modèle social. «Pour être franc, je pense que le modèle sur lequel on a vécu, le mythe de la SNCF, n’est pas celui sur lequel on construira la SNCF du XXIe siècle….Votre défi sera de ne pas rester sur la protection du passé.» Et de proposer une loi-cadre pour 2018, allant bien sûr dans le sens de la libéralisation sans limite de l’entreprise, combattue depuis des années par les cheminots.

Dans le domaine social, Macron rêve de faire table rase du passé: il n’a pas bien compris l’Internationale.

Après le 12 il va falloir la lui rechanter: on parle du 21!

Rédigé le 14/09/2017

J.-M.P.