Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation

Le service public de l’énergie explose

81934d47cae20cdf48b56324ade33f44.jpg

Énergies. Depuis 1996, le démantèlement des entreprises publiques, EDF et GDF, avance, avec des conséquences déjà visibles. Augmentation des tarifs, risques accrus, salariés pressurés et dividendes en hausse.

L’ensemble des gouvernements qui se sont succédé depuis 1996, gauche et droite, ont contribué à affaiblir la propriété nationale, à la faire exploser. A l’instar d’autres grands services publics nationaux, dont les finances publiques (DGFIP), les communications (Poste et France Télécom), le rail fret et voyageurs, les activités gazières et électriciennes subissent depuis lors les appétits du capital privé, les recommandations européennes et les politiques gouvernementales qui leur font allégeance. Avec l’ouverture des marchés en 1996 et 1998, la séparation des activités - production, transport, distribution et fourniture - en 2004, la liberté d’installation pour les producteurs d’électricité en 2007, la loi Nome en 2010 (organisation du marché), et la privatisation totale d’Engie en 2018, on allait voir ce que l’on allait voir.

Le mirage des bienfaits de l’ouverture à la concurrence

Et les citoyens ont vu. Ils ont payé les hausses des tarifs, se sont débattus dans la jungle des fournisseurs, cherchant la bonne affaire. Ils ont cru et croient encore «acheter de l’énergie propre à Total!», et ont perdu la possibilité de rencontrer les salariés de l’entreprise, les boutiques-contact-renseignements-négociations, pour les plus en difficulté, étant toutes fermées aujourd’hui sur l’ensemble du territoire. Quel usager aujourd’hui peut-il affirmer que les choses se sont améliorées?

Les salariés ont vu aussi. Leurs conditions de travail se sont considérablement détériorées, leur nombre a tout aussi gravement diminué. Enfin, les actionnaires, fonds de pension, grandes entreprises, dont Total, ont vu eux aussi les choses évoluer, mais dans le bon sens les concernant. Les parts du gâteau ont été mises sur la table. Ainsi en 2017, EDF a versé 1,3 milliard d’euros de dividendes aux actionnaires. Ceux d’Engie, cette année, ont reçu 1,7 milliard. Cet argent n’allant évidemment pas à l’amélioration des conditions d’exercice des salariés, à l’emploi et à la recherche fondamentale dans le domaine environnemental.

Engie privatisée, 2615 emplois supprimés chez Enedis d’ici 2021

L’entreprise ne peut aujourd’hui répondre à l’ensemble des activités habituelles ou d’urgence (réparations, nouvelles lignes...). Alors, et sans faire injure aux salariés des entreprises privées sous-traitantes qui font le travail, on externalise les activités (24 entreprises en Électricité, 14 entreprises en Gaz). Les conditions de travail y sont souvent précaires. Les luttes s’organisent: le 26, plus de 240 sites ont été occupés par une partie des salariés, sans que nul n’en parle. La CGT, bien seule pour l’instant, compte bien tout mettre en œuvre pour «la créationd’un nouveau service public et la mise en place d’un pôle public de l’énergie permettant de mettre sous contrôle des citoyens et des salariés la gestion des entreprises de ce secteur et de l’orienter vers la réponse aux besoins...». Les mots ont un sens!

Rédigé le 05/07/2018

Michel Marc