Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Rejet social

6b68822c59553a78781ac15b5213d29b.jpg

Mobilisation. La politique du gouvernement Macron à l’épreuve du mouvement syndical. Le 9 octobre FO, la FSU, la CGT, Solidaires, et les syndicats étudiants UNEF et Lycées UNIL appellent à manifester !

C’est une rentrée sociale sur les charbons ardents que le gouvernement Macron s’apprête à vivre. La mobilisation du 9 octobre pourrait bien être massive au lendemain de ses annonces sur les retraites, l’Education Nationale, l’assurance chômage et globalement sur son budget d’austérité. Des organisations syndicales visant clairement le président Macron dans un communiqué définissent sa politique comme un relai idéologique du modèle capitaliste. Un appel national pour le moins sans ambigüité: «Un constat s’impose et se renforce, celui d’une politique idéologique visant à la destruction de notre modèle social, favorisant notamment l’explosion des inégalités et la casse des droits collectifs». Le défi d’une partie des organisations syndicales et pas des moindres devrait faire interroger Matignon sur sa politique sociale. L’appel national lancé par la CGT, FO, Solidaires et relayé localement par bien plus de syndicats devrait mobiliser massivement. Ainsi dans les Pyrénées- Orientales se rajoutera la FSU et ses composantes comme le SNUIPP, syndicat d’enseignants du primaire appelant aussi au niveau national.

Vent de contestation…

Dans la mobilisation sociale qui se prépare le fait marquant à souligner n’est pas tant la forme, car il y a eu depuis 1995 bien des mobilisations interprofessionnelles, mais sur le fond, dans la dénonciation et la contestation collective des syndicats d’une politique marquée par des orientations clairement idéologiques. Pour Pascal Pavageau, secrétaire généralde Force Ouvrière: «c’est la nécessité d’une grève interprofessionnelle pour empêcherunecasse du modèle social», Pour Philippe Martinez de la CGT:«Les français sont en colère, il faut maintenant que ça se traduise par l’action (…) il faut pouvoir aussi proposer des alternatives…». C’est le sentiment des cheminots qui seront aussi massivement en grève. Des préavis ont été déposés sur tous les lieux de travail. Dans les gares et les ateliers on s’attend à une mobilisation exceptionnelle, commentaient des responsables syndicaux de la CGT. Un climat qui ne décolère pas à la SNCF compte tenu des négociations infructueuses sur la nouvelle convention collective, suite à la suppression du statut de cheminot. Colère aussi dans l’enseignement pour le responsable du SNUIPP des Pyrénées-Orientales Jérôme Guy. La question du gel du point d’indice est évoquée mais elle n’est pas l’essentiel dans cette mobilisation. La politique managerielle qui fait son apparition dans les écoles est un poison. Des «profs» qui seront notés et rémunérés au résultat des élèves, des méthodes qui vont creuser encore plus des inégalités et qui en disent long sur la politique éducative menée par ce gouvernement, commentait le responsable syndical:«il faut avoir conscience de cette attaque globale de notre modèle social,c’est la raison de l’appel franc du SNUIPP pour le 9 octobre ».

Un rassemblement interprofessionnel qui se politise !

C’est nouveau, même s’il faut être prudent sur la chose politique et sur les attentes du mouvement social dans cette mobilisation, il n’en demeure pas moins que dans son objet la mobilisation que tente d’imprimer une partie des organisations syndicales pour la journée du 9 octobre est tout du moins une invitation à s’interroger et à débattre politiquement d’une alternative à la politique d’Emmanuel Macron. Dans ce contexte qui pousse les organisations à agir, la dérive autoritaire du président de la République pose tout un tas de questions sur les marges de manœuvre que pouvaient avoir jadis les organisations syndicales dans les négociations nationales interprofessionnelles ainsi que dans les entreprises. L’intransigeance du gouvernement sur les réformes engagées avec la loi «Travail» ainsi que la réforme de la SNCF, ont résolument détérioré les relations et le dialogue que pouvaient avoir ces corps constitués face au pouvoir présidentiel. L’état d’esprit et les méthodes avec lesquelles ce gouvernement exerce le pouvoir limite les organisations syndicales dans leur capacité à agir sur les dossiers à venir comme l’assurance chômage, les retraites, mais aussi sur les négociations salariales, les conditions de travail… Quant au champ politique déserté par les organisations syndicales il pourrait bien redevenir un périmètre pertinent tout comme la bataille dans les entreprises. La CGT et Force ouvrière semblent sans doute l’avoir bien compris dans ces retrouvailles.

Rédigé le 04/10/2018

Philippe Galano