Actu Média

ligne déco
Sources : L'humanité

STRATÉGIE DE CRISE DE COVID-19 : QUE FAUT IL FAIRE POUR SORTIR DU CONFINEMENT ?

 

La vague du COVID-19 poursuit sa progression en Europe et s’intensifie dans le reste du monde ;…

séparation
Sources : L'Indépendant

Coronavirus - Hôpital de Perpignan - Hugues Aumaître : "Restez confinés, c'est le moment ou jamais"

 

Chef du service maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital de Perpignan, Hugues Aumaître fait le point sur…

séparation
Sources : Marianne

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion…

séparation
Sources : Libération

Retraites : le trafic SNCF et RATP toujours perturbé mardi

Le mouvement social

Sources : L'Humanité

Le mépris d’Emmanuel Macron rebooste le mouvement social

Dans sa traditionnelle séance de vœux, le chef de l’État a répondu par une fin de non-recevoir méprisante aux Français qui refusent sa réforme des pensions. Et renforcé leur détermination…

séparation
Sources : L'Humanité

Inégalités. Les femmes, un Alibi de la réforme qui perd de points

Le gouvernement affirme qu’elles seront les gagnantes de son nouveau régime. Les premiers détails montrent au contraire des régressions, alors que leurs pensions sont en moyenne déjà 25 % moins…

séparation
Sources : L'Humanité

Mobilisation. Les salariés de la culture entrent dans la danse.

Les musiciens et danseurs grévistes de l’Opéra de Paris ont marqué les…

séparation
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation

Un acharnement dénué d’humanité

2796d72b6fd01d2b9a80c2a93192e2d0.jpg

Politique migratoire. Edouard Philippe vient de présenter vingt nouvelles mesures censées « maîtriser  l’immigration », comme ont tenté de le faire ses prédécesseurs depuis des décennies.

Le code des étrangers, devenu le Code d’entrée et de séjour des étrangers et demandeurs d’asile (CESEDA) en 2005 sous de Villepin, n’a cessé de se complexifier et de durcir le droit des étrangers.

Cette accumulation de couches législatives successives (21 lois depuis la loi Balladur de 1986) le rend totalement incompréhensible et imprévisible. Elle a surtout énormément précarisé les étrangers. «Au milieu des années quatre-vingt, 85% des gens avaient une carte de résident de long séjour et le reste des cartes temporaires. Aujourd’hui, ça s’est inversé» assure Serge Slama, professeur de droit public à l’Université de Grenoble. Ces trente dernières années se sont multipliées les procédures d’éloignement (80000 par an à l’heure actuelle), les placements en rétention administrative (30 à 40000) et les assignations à résidence (de 7 à 8000). De plus, la durée maximale de rétention n’a cessé d’augmenter. De 12 jours en 1998 sous le gouvernement de Balladur, elle est passée à 32 jours en 2003 sous de Villepin, puis à 45 jours en 2011 sous Fillon. La loi Collomb de 2018 l’a prolongée à 90 jours. Le droit du sol a aussi été remis en cause en 1993 par Balladur: l’acquisition automatique de la nationalité à sa majorité pour un enfant né en France de parents étrangers n’est plus la règle. Cinq ans plus tard, en 1998, il est rétabli, à condition que le jeune demande la nationalité française avant ses 18 ans.

Les vingt nouvelles mesures

La loi Collomb «asile et immigration» réduisant pourtant déjà le droit des étrangers n’a pas suffi à Emmanuel Macron qui dit vouloir «regarder en face» l’immigration. Comme s’il était le premier à le faire! Parmi les vingt mesures annoncées par Edouard Philippe, celle des quotas ressemble fort à l’immigration économique choisiede Nicolas Sarkozy. «Les titres de séjour devraient être délivrés dans certains secteurs sous tension comme le bâtiment, l’hôtellerie, la restauration ou l’informatique». Or les travailleurs ne représentent que 15 à 20% des entrées légales annuelles en France. Une goutte d’eau. Le reste ce sont des étudiants. La mesure la plus inhumaine et la plus inconséquente concerne l’accès aux soins. D’une part un délai de carence de trois mois sera mis en place avant qu’un étranger puisse se faire soigner. Tant pis s’il est contagieux. D’autre part, certains soins comme la pose de prothèse, la kinésithérapie ou l’opération de la cataracte ne seront plus pris en charge. Sous prétexte d’éviter des abus. Dans la même ligne suspicieuse, la carte de retrait est devenue une carte de paiement depuis le 5 novembre. Les demandeurs d’asile qui touchent une allocation mensuelle de 400€ (pour se loger et se nourrir) utilisaient la carte de retrait pour avoir du liquide et faire leurs courses dans les marchés, moins chers, et qui n’accepteront pas un paiement par carte.

Le reste des mesures concernent la répression: contrôles renforcés aux frontières de l’UE (les effectifs de FRONTEX passeront de 1000 à 10000 en 2024), 200 agents supplémentaires seront affectés à l’OFPRA, 59 à la CNDA et trois nouveaux centres de rétention seront créés.

Loin de proposer, enfin, un accueil digne aux étrangers, ces nouvelles mesures aggraveront leurs conditions de vie. Et pourtant les sociologues, dont Catherine Withol de Wenden, s’accordent à dire qu’«on a un chiffre de la présence immigrée qui est très stable depuis les années 80 ». Pourquoi donc un tel acharnement sur les étrangers cherchant refuge dans le pays dit des droits de l’Homme?



Rédigé le 14/11/2019

Anne-Marie Delcamp