Actu Média

ligne déco
Sources : Marianne

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion…

séparation
Sources : Libération

Retraites : le trafic SNCF et RATP toujours perturbé mardi

Le mouvement social

Sources : L'Humanité

Le mépris d’Emmanuel Macron rebooste le mouvement social

Dans sa traditionnelle séance de vœux, le chef de l’État a répondu par une fin de non-recevoir méprisante aux Français qui refusent sa réforme des pensions. Et renforcé leur détermination…

séparation
Sources : L'Humanité

Inégalités. Les femmes, un Alibi de la réforme qui perd de points

Le gouvernement affirme qu’elles seront les gagnantes de son nouveau régime. Les premiers détails montrent au contraire des régressions, alors que leurs pensions sont en moyenne déjà 25 % moins…

séparation
Sources : L'Humanité

Mobilisation. Les salariés de la culture entrent dans la danse.

Les musiciens et danseurs grévistes de l’Opéra de Paris ont marqué les…

séparation
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation

Même atténué, le tremblement de terre a été ressenti jusqu’à Bayonne

6455b4a6f39e28d330b15faa99750231.jpg

USAP :

Jeudi 29 octobre 1h37 : secousse sismique en Roussillon. Les personnes les plus sensibles ont été réveillées par un claquement. D’autres n’ont rien remarqué. Seul mon voisin du 2e s’est réveillé dans le lit de sa jeune et jolie voisine du rez-de-chaussée. Bizarre!

Les joueurs de l’USAP étaient, eux, à Bayonne. Le séisme, les entraîneurs l’avaient créé la veille du départ en annonçant que 11 titulaires de la victoire contre Biarritz seraient mis au repos contre Bayonne et que la chance serait donnée à tous les joueurs de façon à créer une émulation dans le groupe, un soubresaut de tous. Trémolos dans la voix, les supporters commentaient:«Ce bric-à-brac c’est un véritable bordel. Il aurait mieux valu aligner l’équipe-type contre ces Bayonnais qui avaient vacillé une semaine plus tôt à Mont de Marsan». Pas faux! Quoique...

Le début du match nous prouva que les remplaçants étaient sans crainte et qu’aucun n’était envahi de tremblotements. La frayeur, ce sont les Bayonnais qu’elle frappa. Les Basques avaient pourtant pris les Catalans de haut en début de match en ne tentant pas les pénalités. Le pack de l’USAP vacillait, était pris de convulsions mais ne lâchait rien. Le frisson passa dans le dos des supporters de Bayonne jusqu’à la 38e minute où il fallut la sortie (par ailleurs justifiée !) de Vivalda sur carton jaune pour voir les Basques faire branler l’édifice catalan. L’onde de choc était passée et les supporters de l’USAP (rares au stade de Bayonne, nombreux devant la télé) entrevoyaient le début de seconde période avec angoisse car il faudrait encore jouer 8 minutes à 14. Tout se passa d’ailleurs pour le mieux, l’USAP n’étant, dans ce laps de temps, qu’en déficit de 3 points.

Les Basques tremblaient à nouveau, les Catalans vibraient. Même les buteurs des deux camps tremblotaient, l’Argentino-basque Bustos Moyano oubliait 8 points au pied pendant que le Narbonno-catalan Ecochard en laissait 6. Ce sont peut-être les répliques du tremblement de terre qui faisaient tourner anormalement les mêlées. Dans ce bataclan, l’arbitre pas pris de convulsions, ne se trompait pas et donnait toujours la pénalité aux Bayonnais. Pris de spasmes et vibrato dans la voix, le manager de Bayonne reconnaissait que les remplaçants de l’USAP valaient bien les titulaires et que ce groupe catalan était vraiment solide, pas prêt à se lézarder.

À la dernière minute du match, une pénalité de Jon Bousquet aurait pu donner à l’USAP les 2 points du match nul, mais une dernière secousse déplaça les poteaux de 50 centimètres. Raté... et dommage, car cette équipe remaniée aurait mérité mieux qu’un point de bonus défensif dont semblèrent se satisfaire tous les joueurs. Cette défaite des Catalans 17-14 ne provoqua pas une grande agitation dans les tribunes du stade Jean-Dauger tellement la victoire avait longtemps oscillé entre locaux et visiteurs.

Jeudi 29 octobre 22 h 27: l’USAP, même battue, a assuré à l’extérieur et n’a pas trop tremblé. De bon augure avant de recevoir, dans un climat, espérons-le plus tranquille, les Montalbanais ce vendredi 6 novembre à 19 h.

Rédigé le 13/11/2015

Jo Solatges