Actu Média

ligne déco
Sources : L'humanité

STRATÉGIE DE CRISE DE COVID-19 : QUE FAUT IL FAIRE POUR SORTIR DU CONFINEMENT ?

 

La vague du COVID-19 poursuit sa progression en Europe et s’intensifie dans le reste du monde ;…

séparation
Sources : L'Indépendant

Coronavirus - Hôpital de Perpignan - Hugues Aumaître : "Restez confinés, c'est le moment ou jamais"

 

Chef du service maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital de Perpignan, Hugues Aumaître fait le point sur…

séparation
Sources : Marianne

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion…

séparation
Sources : Libération

Retraites : le trafic SNCF et RATP toujours perturbé mardi

Le mouvement social

Sources : L'Humanité

Le mépris d’Emmanuel Macron rebooste le mouvement social

Dans sa traditionnelle séance de vœux, le chef de l’État a répondu par une fin de non-recevoir méprisante aux Français qui refusent sa réforme des pensions. Et renforcé leur détermination…

séparation
Sources : L'Humanité

Inégalités. Les femmes, un Alibi de la réforme qui perd de points

Le gouvernement affirme qu’elles seront les gagnantes de son nouveau régime. Les premiers détails montrent au contraire des régressions, alors que leurs pensions sont en moyenne déjà 25 % moins…

séparation
Sources : L'Humanité

Mobilisation. Les salariés de la culture entrent dans la danse.

Les musiciens et danseurs grévistes de l’Opéra de Paris ont marqué les…

séparation
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation

Une victoire porteuse d’espoirs mais... frustrante

9ade1ad70e77c20231f897f9936e13df.jpg

Au terme d’un match animé et intense, les Catalans s’assurent contre les Bayonnais une victoire 23-10 qui les conforte dans le Top 5 des qualifiables
Perdre le pilier droit titulaire Rudy Chéron dès la première minute n’incite guère à l’optimisme. Terminer le match à 14 durant cinq minutes, faute de remplaçants, alors que l’équipe court encore après un troisième essai, synonyme de bonus offensif, est à classer dans le domaine de la malchance, pas dans celui du mauvais coaching. Malgré tout l’USAP a produit, contre le dauphin affirmé des Lyonnais, une bonne prestation qui laisse augurer d’une fin de saison bien meilleure encore.

La mêlée de l’USAP

Souvent chahutée en début de saison, la plupart du temps à l’origine des défaites catalanes, cette mêlée de l’USAP est en train de se mettre au diapason des meilleures mêlées de cette Pro D2. « Bayonne a dominé tout le monde cette saison en mêlée », tenait à souligner Tom Ecochard avant la rencontre. Or la mêlée bayonnaise a été loin de surclasser son homologue catalane. Preuve que l’USAP est en progrès dans ce domaine, ce que confirme le talonneur Jean-Philippe Genevois :« On a répondu présent, on s’est envoyé, les Bayonnais sont tombés sur un os. » Dans ce domaine il est bon de signaler (per un cop!) l’excellent match de Paulica Ion rentré au bout d’une minute au poste de pilier droit, ce qui démontre bien que notre Roumain peut le faire... s’il le veut bien.

Une défense bien organisée

L’un des points forts de l’USAP est sa défense qui fait preuve d’une grande technicité. Bayonne n’a d’ailleurs inscrit son unique essai qu’à 3 minutes de la fin alors que les Catalans étaient réduits à 14 suite à la grave blessure de Yohan Artru. Cette défense agressive permet aux joueurs de l’USAP de récupérer de nombreux ballons en mettant l’adversaire sous pression: contre sur le premier essai et interception sur le deuxième.

Tout n’est pas parfait

Le jeu au pied reste tout de même le parent pauvre de l’USAP. Alors que les Catalans sont adossés au vent en première période, ils ne se servent du pied qu’à deux reprises pour sortir de leur camp. Utilisé plus souvent en seconde mi-temps, le jeu au pied s’est avéré payant, face au vent et en particulier sur le premier essai. Il est dommage que l’efficacité du jeu au pied de l’USAP ne repose que sur Jon Bousquet, très à l’aise dans ce domaine, ainsi que dans les tirs au but. Ce n’est pas nouveau!
Le manque de patience est aussi un facteur négatif déterminant. Il reste 25 minutes à jouer, les Catalans dominent, campent dans les 22 de Bayonne. Le bonus offensif ne tient qu’à un essai supplémentaire, il faut multiplier les temps de jeu pour recentrer la défense basque qui commence à peiner. Eh bien, non! Le demi de mêlée Sébastien Descons en convient:« Le gros point noir c’est qu’on a manqué de patience près des lignes, c’est récurrent. Il va falloir qu’on soit plus tueur, plus pragmatique ». Cette impatience près des lignes est tout de même lourde de conséquences car elle a privé, par le passé puis contre Bayonne, l’USAP d’une victoire à 5 points.
L’entraîneur des trois-quarts François Gelez, très satisfait de la victoire des siens contre cette équipe de Bayonne avoue que «à l’arrivée, c’est paradoxal, mais on est presque déçu de ne pas avoir gagné avec le bonus offensif.» Il est vrai que ces points laissés en route vont inévitablement manquer dans le décompte final à l’heure où les adversaires directs ne se privent pas d’engranger, eux, les 5 points du bonus offensif.
Trois joueurs blessés au cours de ce match, ce qui sera un lourd handicap pour la fin du championnat et les éventuelles phases finales: l’ailier Yoann Artru out pour 6 mois dans le meilleur des cas, le demi de mêlée Tom Ecochard pour 5 semaines (dommage car il devenait un élément majeur dans le groupe!) et le pilier droit Rudy Chéron sur un poste loin d’être pléthorique à l’USAP.
Même si cette victoire peut laisser un goût d’inachevé, force est de constater qu’elle ne peut qu’améliorer le facteur confiance car «jouer et battre Bayonne représente quelque chose de fort dans la saison » comme tient à le souligner François Gelez.
Les places pour une demi-finale à la maison semblent inaccessibles, mais les places 4 et 5 peuvent encore sourire à l’USAP à condition de réaliser un sans-faute à Aimé-Giral (Albi et Aix, c’est très possible!) et pourquoi pas une ou deux victoires à l’extérieur (Montauban, Aurillac et Dax).
Dés ce jeudi l’USAP aura joué à Montauban un match hyper important pour une place dans les cinq!

Rédigé le 20/04/2016

Jo Solatges