Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

 En Tunisie, les femmes ont désormais le droit d'épouser des non-musulmans

 

Les Tunisiennes de confession musulmane pourront désormais se marier dans leur pays avec des non-musulmans, les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, a annoncé jeudi la porte-parole de la présidence. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la…

séparation
Sources : Libération

Boris Johnson défie Theresa May sur le Brexit

Le ministre des Affaires étrangères a publié une tribune vantant un Brexit dur, perçue comme une critique de la Première ministre britannique et un défi à son autorité.

 

Boris Johnson dispose d’une grande qualité. Il peut être «très amusant», a déclaré…

séparation
Sources : L'Humanité

Réforme XXL du code du travail, feu-vert pour les ordonnances et après ?

C’est fait, la loi habilite le gouvernement à prendre par ordonnances toutes mesures pour réformer le code du travail. Reste encore à les ratifier.

Après le feu vert du Conseil constitutionnel par délibération du 7 septembre 2017 , samedi 16 septembre a été…

séparation
Sources : L'Obs

Mini-jobs", travail précaire... Etre pauvre sous Merkel

"Mini-jobs", travail précaire, douze ans après les réformes qui ont flexibilisé le marché du travail, le pays le plus riche d'Europe compte, aussi, de plus en plus de personnes en grande difficulté. Reportage.

"Moi, pauvre ?" Ulrich Arenz est stupéfait. "C'est…

séparation
Sources : Boursorama

Quand le Président Macron pratique un double discours...

Il y aurait un "Macron côté jardin" et un "Macron côté cour". Illustration à Athènes le 7 septembre : devant les caméras, le chef de l'Etat prône la solidarité. Quelques heures plus tard, à Paris, il joue la concurrence entre les États-membres. Pour…

séparation
Sources : Libération

Aide publique au développement : «La plus importante coupe budgétaire jamais connue»

Alors qu'Emmanuel Macron avait promis que cette aide atteindrait 0,7 % du revenu national brut d'ici 2030, le gouvernement a annoncé lundi une réduction de 141 millions d'euros.
Le gouvernement «tiendra la parole de la France» sur la question du déficit, confirmait lundi Gérald Darmanin, ministre des Comptes…

séparation
Sources : Libération

Pollution de l’air : le Conseil d’État enjoint au gouvernement d’agir

Mercredi, la plus haute juridiction administrative a demandé au gouvernement d’agir dans les meilleurs délais contre la pollution de l’air aux particules fines PM10 et au dioxyde d’azote. Une décision inédite pour cette instance.

 

 

séparation
Sources : L'Humanité

Loi travail. Extension du CDI de chantier, en marche vers la précarité généralisée

 

Cumulant les inconvénients sans les avantages de l’intérim et du CDD, le CDI dit de chantier ou de projet est dans les plans du gouvernement. Un contrat de travail précaire, sans durée prédéfinie, que l’employeur peut rompre à sa guise.

séparation
Sources : Le Monde

En Israël, les femmes se libèrent sur grand écran

Un événement considérable est survenu au Festival international du film de Haïfa, en octobre 2016. Trois films, réalisés par des femmes, étaient en compétition, traitant d’un même thème : la difficile coexistence entre Palestiniens et Israéliens. Pour la première fois, les premiers cessaient d’être des…

séparation
Sources : Le Monde

Xi Jimping appelle Donald Trump pour faire baisser la tension avec la Corée du Nord

Le président chinois, Xi Jinping, a plaidé auprès du président des Etats-Unis,Donald Trump, pour une solution pacifique de la crise autour du programmenucléaire nord-coréen, affirme la chaîne de télévision chinoise CCTV sur son site Internet, mercredi…

séparation

Dossier : Où va le rugby à XV moderne ?

3f35f865db0394816734ef02767327b2.jpg

1ère partie. Plaquages de plus en plus haut et plus violents, gabarits hors normes... Une évolution préoccupante.

Le rugby est un sport où tout le monde peut trouver sa place. Les gros devant, les rapides derrière, le bon buteur à l’ouverture ou à l’arrière, le petit axurit (dégourdi) à la mêlée. C’était encore vrai au siècle dernier ou au tout début de notre siècle actuel. Ce n’est plus entièrement vrai de nos jours.

La faute à qui? Sans équivoque au plaquage. Et même si dans les écoles de rugby, l’éducateur apprend au jeune à plaquer «aux jambes», force est de constater qu’au fil des années le plaquage en haut du corps devient prioritaire. Plaquer a toujours été l’un des points les plus fascinants du rugby. Ne pas laisser l’adversaire vous franchir mais surtout lui montrer qu’il ne vous débordera pas une seule fois au cours du match. «Il lui a mis un bouchon, un caramel, une cartouche» sont les expressions favorites pour expliquer que le plaquage fut rude. Or si le but reste le même, le geste, lui, a muté au fil des saisons. Plaquer son adversaire aux jambes lui laisse, dans la plupart des cas, les mains libres, et lui permet de réaliser une passe après contact, geste qui débloque souvent les attaques tout en surprenant les autres défenseurs. Notre cher ami anglais le nomme offload. Sonny Bill Williams, Juan-Martin Hernandez furent, en leur temps, spécialistes de ce geste aussi inattendu qu’efficace. Le joueur réalisant correctement ce genre de geste est doté d’une bonne technique individuelle et, bien entendu, animé d’une volonté de prendre des risques. Réaliser parfaitement un offload implique avant tout de gagner le duel face à son défenseur, ni trop tôt pour éviter de se faire découper par l’adversaire, ni trop tard pour ne pas être pris dans un ruck. Cette passe très spectaculaire implique forcément que l’attaquant a, au moins, une main libre. Par peur du offload, le défenseur va plaquer de plus en plus haut, visant épaules ou haut des bras (technique tirée du rugby à XIII précurseur des offload ?). L’attaquant doit, dès lors, gagner quasiment trois duels: duel au contact sur le haut du corps, duel après le choc car le défenseur peut s’attaquer au ballon, duel dans le ruck qui peut s’en suivre. D’autre part maintenir l’adversaire debout permet aussi de récupérer le ballon (choke défense dont les Irlandais sont à l’origine) suite à un maul jugé improductif. Très pénible physiquement pour un joueur de petit gabarit. Et apparaissent alors des joueurs aux normes physiques de plus en plus impressionnantes au niveau des avants, bien sûr, mais aussi des trois-quarts avec des Bastareaud ou autre Lamerat. Dès lors les raisons de ne plus plaquer aux jambes sont nombreuses. Plaquer aux jambes deviendrait-il un aveu de faiblesse? Peut-être, même pour les joueurs au gabarit plus modeste. Qu’adviendrait-il, dans ce rugby moderne, de joueurs comme Sangali, Codorniou ou autre Gachassin (1,62m et 62kg), joueurs physiquement «normaux» dans les années 70? Cette mutation du plaquage, toujours plus haut et plus violent, n’est-elle pas à l’origine de commotions cérébrales de plus en plus fréquentes?

Rédigé le 15/06/2017

Jo Solatges