Actu Média

ligne déco
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation
Sources : orange info

Peines de prison: seulement "quelques mesures d'affichage" (PCF)

Le Parti communiste a déploré mercredi que la réforme du système des peines de prison présentée la veille par Emmanuel Macron ne comporte que "quelques mesures d'affichage", qui laissent selon lui "entières" les questions de la prévention et des moyens humains et…

séparation

L’USAP entre dans sa bulle

979ebad91c8da3ed9884a6fd151ab400.jpg

Rugby à XV. La phase régulière terminée, les Catalans préparent leur demi-finale.

Trente matchs dans une saison c’est vraiment démentiel. Des matchs disputés au cœur de l’hiver à 20 heures 45 un jeudi ou un vendredi. D’autres rencontres le dimanche à 14 heures et match suivant 5 jours plus tard. C’est le rythme imposé aux compétiteurs de la Pro D2 dont la phase régulière vient de s’achever ce dimanche 15 avril. Dix équipes sont donc en vacances forcées alors que Dax et Narbonne pleurent sur leur sort. Deux clubs emblématiques du rugby français vont passer dans le monde du rugby amateur. Qui l’eût cru dans les années 90? Le rugby professionnel est devenu féroce envers les faibles, financièrement parlant. Les véritables fiefs du rugby disparaissent parfois au profit de villes au nom moins rrrrugby comme Vannes, Nevers ou bientôt Rouen et Strasbourg. Perpignan n’en est encore pas là, mais ça peut aller très vite, trop vite. Pour l’heure, fort heureusement, les Catalans ont un autre souci.

Se préserver de la ferveur des supporters

Le supporter catalan est connu pour s’enflammer très rapidement, descendant en flèche son équipe dans les mauvais moments, la montant au pinacle lorsque les conditions paraissent plus favorables. Par chance l’USAP se trouve dans une position plus qu’enviable puisque qualifiée pour une demi-finale à domicile. Et c’est alors le déchaînement démesuré des supporters qui voient déjà leur club en finale lorsqu’ils ne l’envisagent pas en Top 14. Neuf mille Catalans n’ont-ils pas déjà réservé leur place pour la finale... sans être sûrs de la présence de leur club favori.

Fort heureusement le staff de l’USAP est composé de trois hommes qui ont la tête froide et qui ne veulent pas que leurs joueurs soient confrontés à cette euphorie de masse. Christian Lanta, même s’il sait qu’«il faut puiser cette énergie chez nos supporters qui sont exceptionnels», pense aussi que « les joueurs ne doivent pas se laisser griser ou polluer par cette ambiance». À deux semaines de la demi-finale, les Catalans ont donc choisi de migrer du côté de Gérone pour 5 jours. Les entraînements précédant le match se feront, la semaine suivante, à huis clos à Aimé-Giral à l’abri de l’exubérance des supporters. Mesures plus que sages!

Qui en demi-finale?

Alors que les Catalans vont s’octroyer un week-end de repos, leur adversaire aura disputé un match de barrage pour gagner le droit de fouler la (belle) pelouse d’Aimé-Giral le dimanche 29 avril. Mont-de Marsan ou Béziers? Les Montois, peut-être en baisse de régime, recevront des Biterrois en pleine bourre. Un match où le vainqueur risque d’avoir laissé pas mal d’énergie avant de venir défier l’USAP. Pour les Catalans, recevoir l’une ou l’autre de ces deux équipes sera un sujet de motivation supplémentaire puisque les hommes de Patrick Arlettaz ont chuté à deux reprises contre l’une et l’autre de ces deux formations au cours de la phase régulière. «Perdre deux fois en cours de saison et les battre en demie, c’est ce qu’il faut qu’on arrive à faire» s’exclame le technicien catalan. Ce à quoi l’ailier Mathieu Acebes rétorque:«Avec un cœur énorme, on va le faire parce que c’est écrit. On doit le faire». Le planxot n’est plus qu’à 160 minutes d’Aimé-Giral! Ce serait une très belle consécration pour le capitaine au cœur sang et or Lifeimi Mafi qui met un terme à son extraordinaire carrière en juin prochain.

Rédigé le 19/04/2018

Jo Solatges