Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation
Sources : Rue89

Attentat masculiniste de Toronto : " Les femmes disent maintenant qu’elles ont peur"

Mélissa Blais, chercheuse québécoise spécialiste de l'antiféminisme, revient sur l'attaque à la voiture bélier de Toronto.

 

séparation
Sources : Le Monde

Appel à cesser le travail à 15 h 40 et manifestations pour la journée des droits des femmes

Des associations et des syndicats ont voulu faire du 8 mars une journée de lutte pour rappeler les inégalités dont les femmes continuent d’être victimes.

 

Des mobilisations ont été organisées dans toute la France, jeudi 8 mars, y compris dans des…

séparation
Sources : Le Monde

Sans-abri : l’inquiétude des associations sur le maintien d’hébergements d’urgence

 Les SDF logés en urgence grâce au plan hivernal risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois si aucune disposition n’est prise, alerte un collectif.
« C’est un compte à rebours infernal qui nous est actuellement imposé. » Florent Gueguen, directeur…

séparation
Sources : Mediapart

Les leçons du scrutin italien

Retour sur la victoire du Mouvement cinq étoiles en Italie, dimanche 4 mars, et ses conséquences pour l'Europe.

 

Le Mouvement Cinq Étoiles est le vainqueur des législatives du 4 mars 2018 en Italie, et l’extrême droite de la Ligue du…

séparation

Encore un mort de trop

b6c802f2feeabb3b458b0e89fb7e6ca1.jpg

Ovalie. Après un nouveau décès, le rugby devient-il une machine à broyer ses joueurs ?

En 2018, le rugby français compte ses morts. Trois jeunes rugbymen sont morts des suites d’un placage. Quatre mois après celle de Louis Fajfrowski, jeune joueur d’Aurillac, un autre jeune joueur, Nicolas Chauvin, 3e ligne de 19 ans du Stade Français, est décédé la semaine dernière. Touché aux cervicales à Bègles, lors d’un match espoirs, le joueur parisien a finalement succombé au choc violent provoqué par un plaquage qui a entraîné une fracture de la deuxième vertèbre cervicale. Le 11 août, le jeune joueur d’Aurillac était déjà mort des suites d’un plaquage lors d’un match de pré-saison. Selon la médecine, l’Aurillacois avait subi « un traumatisme thoracique précordial, responsable d’une commotion cardiaque létale sur un cœur pathologique » et la justice avait conclu à « une mort accidentelle à la suite et non pas à cause d’un plaquage ». Au printemps, c’était un rugbyman de 17 ans qui était retrouvé mort dans son lit, à Billom, dans le Puy-de-Dôme au lendemain d’un choc à la tête alors qu’il plaquait un joueur adverse. Trois « accidents » qui interrogent. Depuis sa professionnalisation, en 1995, on peut s’effrayer devant une discipline où, en France, les joueurs pros « ont pris 10 kg de muscle et 30 % de vitesse en plus en moyenne au cours des dix dernières années », comme le notait, il y a quelques mois, le docteur Bernard Dusfour, président de la Commission médicale de la Ligue nationale de rugby.

Cette réalité n’est pas qu’hexagonale et a sauté aux yeux lors de plusieurs matchs des tournées de novembre dernier, incitant la Fédération internationale de rugby à mettre en place une tolérance zéro pour les plaquages à hauteur d’homme. La Fédération française a, elle, instauré lors de cette rentrée son « rugby bien joué », dans lequel les plaquages sont interdits en-dessous de l’âge de 12 ans. Louable pour l’avenir, cette décision est-elle suffisante? Le rugby ne peut devenir une machine à broyer les joueurs qui, à l’image de Guilhem Guirado, craignent parfois de laisser leur vie sur le terrain. Ne convient-il pas de revoir les règles pour réellement protéger les joueurs?

Rédigé le 20/12/2018

René Granmont