Actu Média

ligne déco
Sources : Marianne

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion…

séparation
Sources : Libération

Retraites : le trafic SNCF et RATP toujours perturbé mardi

Le mouvement social

Sources : L'Humanité

Le mépris d’Emmanuel Macron rebooste le mouvement social

Dans sa traditionnelle séance de vœux, le chef de l’État a répondu par une fin de non-recevoir méprisante aux Français qui refusent sa réforme des pensions. Et renforcé leur détermination…

séparation
Sources : L'Humanité

Inégalités. Les femmes, un Alibi de la réforme qui perd de points

Le gouvernement affirme qu’elles seront les gagnantes de son nouveau régime. Les premiers détails montrent au contraire des régressions, alors que leurs pensions sont en moyenne déjà 25 % moins…

séparation
Sources : L'Humanité

Mobilisation. Les salariés de la culture entrent dans la danse.

Les musiciens et danseurs grévistes de l’Opéra de Paris ont marqué les…

séparation
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation

Encore un mort de trop

b6c802f2feeabb3b458b0e89fb7e6ca1.jpg

Ovalie. Après un nouveau décès, le rugby devient-il une machine à broyer ses joueurs ?

En 2018, le rugby français compte ses morts. Trois jeunes rugbymen sont morts des suites d’un placage. Quatre mois après celle de Louis Fajfrowski, jeune joueur d’Aurillac, un autre jeune joueur, Nicolas Chauvin, 3e ligne de 19 ans du Stade Français, est décédé la semaine dernière. Touché aux cervicales à Bègles, lors d’un match espoirs, le joueur parisien a finalement succombé au choc violent provoqué par un plaquage qui a entraîné une fracture de la deuxième vertèbre cervicale. Le 11 août, le jeune joueur d’Aurillac était déjà mort des suites d’un plaquage lors d’un match de pré-saison. Selon la médecine, l’Aurillacois avait subi « un traumatisme thoracique précordial, responsable d’une commotion cardiaque létale sur un cœur pathologique » et la justice avait conclu à « une mort accidentelle à la suite et non pas à cause d’un plaquage ». Au printemps, c’était un rugbyman de 17 ans qui était retrouvé mort dans son lit, à Billom, dans le Puy-de-Dôme au lendemain d’un choc à la tête alors qu’il plaquait un joueur adverse. Trois « accidents » qui interrogent. Depuis sa professionnalisation, en 1995, on peut s’effrayer devant une discipline où, en France, les joueurs pros « ont pris 10 kg de muscle et 30 % de vitesse en plus en moyenne au cours des dix dernières années », comme le notait, il y a quelques mois, le docteur Bernard Dusfour, président de la Commission médicale de la Ligue nationale de rugby.

Cette réalité n’est pas qu’hexagonale et a sauté aux yeux lors de plusieurs matchs des tournées de novembre dernier, incitant la Fédération internationale de rugby à mettre en place une tolérance zéro pour les plaquages à hauteur d’homme. La Fédération française a, elle, instauré lors de cette rentrée son « rugby bien joué », dans lequel les plaquages sont interdits en-dessous de l’âge de 12 ans. Louable pour l’avenir, cette décision est-elle suffisante? Le rugby ne peut devenir une machine à broyer les joueurs qui, à l’image de Guilhem Guirado, craignent parfois de laisser leur vie sur le terrain. Ne convient-il pas de revoir les règles pour réellement protéger les joueurs?

Rédigé le 20/12/2018

René Granmont