Actu Média

ligne déco
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation
Sources : Libération

«Tolérance zéro» aux Etats-Unis : l’avenir des familles immigrées en péril

La politique de Trump a déjà eu des conséquences dévastatrices pour les sans-papiers arrêtés récemment, notamment pour les enfants, qui ne sont pas certains de retrouver leurs parents.

 

séparation
Sources : Mediapart

Une journée d’études sur l’asile LGBT censurée à l’université de Vérone

En Italie aussi, les libertés académiques sont menacées, et la démocratie avec elles. L’extrême droite arrive à peine au pouvoir que les effets s’en font déjà sentir : sous la pression politique, le président de l’Université de Vérone décide la suspension d’une journée…

séparation
Sources : Nouvel Obs

Avec les migrants à Paris : "Je veux bien aller n'importe où, mais pas rester là"

Le ministre de l'Intérieur a annoncé l'évacuation "à bref délai" des différents camps de migrants parisiens où vivent près de 2.400 personnes. Reportage dans le 19e arrondissement.

 

séparation

Mai Morirem

a4b45b910341c672f244279af545f0e6.jpg

Rugby à XV. L’USAP ne mourra jamais, mais laisse dans le cœur des supporters un violent malaise après le Racing (14-52).

Douze minutes en début de match, c’est le laps de temps pendant lequel les Catalans ont donné l’impression de pouvoir rivaliser avec la coriace équipe du Racing. Douze minutes à monopoliser le ballon de façon stérile, n’arrivant pas à inscrire le moindre point. Puis le néant!

La magnifique banderole sang et or couvrant toute la longueur de la tribune Goutta avec l’inscription «mai morirem» n’a pas suffi à rendre à cette équipe catalane l’âme qu’elle avait perdue depuis plusieurs matchs. Au fait à qui s’adressait-elle?

Peut-être aux joueurs

Ont-ils, pour la plupart, compris que porter le maillot au blason sang et or nécessitait un investissement hors normes, un engagement de tous les instants, même lorsqu’il n’y a plus rien à prouver? Qu’il ne fallait rien lâcher même si la descente en Pro D2 est actée depuis très longtemps. Qu’il ne fallait surtout pas bafouer certaines valeurs quelles que soient les circonstances.

Peut-être aux idées véhiculées par les entraîneurs

Faire du jeu pour le jeu ne fut sûrement pas la solution cette saison en Top 14. Le supporter se lasse de voir des ballons envoyés aux ailes, n’importe où, n’importe comment. Des ballons que l’adversaire intercepte facilement et qu’il n’a plus qu’à aller déposer dans l’en-but catalan. Plutôt que de servir de sparring partner à l’adversaire, fermer le jeu, dans certaines circonstances, ne nuit pas toujours au spectacle, encore moins au résultat. Lors de la victoire à Montpellier, l’USAP n’avait-elle pas su cadenasser le jeu? Pourquoi ne pas avoir su ou du moins essayé de reproduire ce jeu? Certaines idées ne doivent pas être étiquetées «mai morirem».

Peut-être aux supporters

Ce furent de loin les plus constants lors de cette saison humiliante, véritablement cauchemardesque pour celui qui a l’USAP ancrée dans le cœur. Plus de 10 000 encore pour voir le Racing humilier ses protégés. Plus de 10 000 au lendemain de chaque défaite à Aimé-Giral. Eux ne mourront jamais, sauf si ce genre de relâchement fautif se produit trop souvent lors des déplacements en Pro D2 où l’USAP sera l’équipe à battre et à abattre.

Peut-être aux futurs investisseurs

Oui sûrement un appel à celui ou à ceux qui viendront un jour aider le président Rivière à avoir financièrement un club de rugby digne du Top 14, mais aussi de la Pro D2 où les budgets grandissent démesurément même dans des villes où le rugby n’est pas toujours une véritable religion. Ce n’est sûrement qu’à cette condition qu’il sera possible d’afficher «mai morirem» dans les tribunes d’Aimé-Giral.

Rédigé le 23/05/2019

Jo Solatges