Actu Média

ligne déco
Sources : Marianne

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion…

séparation
Sources : Libération

Retraites : le trafic SNCF et RATP toujours perturbé mardi

Le mouvement social

Sources : L'Humanité

Le mépris d’Emmanuel Macron rebooste le mouvement social

Dans sa traditionnelle séance de vœux, le chef de l’État a répondu par une fin de non-recevoir méprisante aux Français qui refusent sa réforme des pensions. Et renforcé leur détermination…

séparation
Sources : L'Humanité

Inégalités. Les femmes, un Alibi de la réforme qui perd de points

Le gouvernement affirme qu’elles seront les gagnantes de son nouveau régime. Les premiers détails montrent au contraire des régressions, alors que leurs pensions sont en moyenne déjà 25 % moins…

séparation
Sources : L'Humanité

Mobilisation. Les salariés de la culture entrent dans la danse.

Les musiciens et danseurs grévistes de l’Opéra de Paris ont marqué les…

séparation
Sources : l'Humanité

LE MESSAGE EXCLUSIF DE LULA AUX LECTEURS DE L’HUMANITÉ

Depuis sa prison, l’ancien président nous a fait parvenir ce texte où il remercie les marques de soutien et appelle à poursuivre la mobilisation pour sa libération et pour le respect de la démocratie au Brésil.

Le monde regarde aujourd’hui avec inquiétude…

séparation
Sources : l'Humanité

AFFAIRE LEGAY : « IL Y A UNE VOLONTÉ MANIFESTE DE CACHER LA VÉRITÉ »

Pour Arié Alimi, avocat de la militante pacifiste victime de violences policières, à Nice, le 23 mars dernier, les nombreux conflits d’intérêts dans cette enquête rendent impératif un dépaysement de l’affaire hors des Alpes-Maritimes.

Selon les révélations de nos confrères de…

séparation
Sources : Médiapart

Brexit: le sabotage de la volonté des citoyens

Autrefois, on employait le terme de spectacle – du latin spectaculum, « merveille à voir » – pour désigner une pièce de théâtre ou un événement particulièrement sensationnel, dont la vue était censée faire le régal du grand public. Parmi les différents sens historiques du mot,…

séparation
Sources : Médiapart

Palestine: l’arnaque historique du plan de paix américain

« L’accord du siècle » annoncé par Donald Trump devait rompre avec le consensus diplomatique traditionnel. Il va bien au-delà en niant la plupart des droits nationaux reconnus aux Palestiniens par la légalité internationale et les Nations unies, et en mettant un terme au projet…

séparation
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation

Le château de Requesens

7814a34daecd72315ea29c0bded83d33.png

La balade du randonneur. Le P.O.T Rando’ Club(*) vous invite le dimanche 17 novembre à faire une balade.

Durée : 4h. Dénivelé́ : 380m cumulé. Difficulté́ : moyen. Conditions : licence annuelle 35 euros ou assurance journalière 3 euros. Repas : grillade : apporter apéro, vin, eau, viande... Départ : 8h30 au parking de la piscine du Moulin à Vent à Perpignan.

Un peu d’histoire...

Telle une sentinelle perchée au-dessus des terres de L’Emporda, le châteaude Requesens est une fortification dont la construction remonte au XIème siècle. Il a été le théâtre d’une histoire mouvementée et a occupé́, de tout temps, un rôle stratégique de première importance dans cette région des Albères et du haut Emporda. L’histoire de ce château est intimement liée à la famille Rocaberti, une lignée de nobles catalans qui régna sur cette contrée. Le château de Requesens est resté aux mains des Rocaberti jusqu’à la fin du XIX siècle.

Entre Roussillon et Empuries-Peralada

A la mort de Gausfred 1er en 991, les comtés de Roussillon et d’Empuries-Peralada, unis pendant près d’un siècle, sont partagés entre ses fils : Guilabert hérite du premier et Hug du second.
Cette division reconnaît à chaque héritier des droits sur le comté de l’autre, créant une forme de condominium. Cette situation se complique quelques années plus tard, lorsque Ponç 1er d’Empuries cède à Gausfred II l’alleu de Requesens en comté de Peralada, pour y construire un château.
Cette imbrication des droits entre les deux comtés se pose très vite comme source de multiples tensions. Elles enveniment les relations entre héritiers et descendants jusqu’au terme de la dynastie des comtes de Roussillon, en 1172.

Seigneurie de Requesens

La seigneurie de Requesens a la particularité d’être située au sud de l’Albera, en comté de Peralada, mais fait partie des possessions des comtes de Roussillon. L’alleu de Requesens a été donné par Ponç 1er d’Empuries à Gausfred II de Roussillon qui y bâtit un château dans les années 1040, tour à tour mentionné au cours des XIe et XIIe siècles, Recosin, Recosindo, Rechosindo et Rechesen jusqu’à la forme définitive Requesens.

La présence d’Arnau Gausfred, futur comte de Roussillon, à la tête de cette seigneurie de 1102 à 1115 traduit l’importance stratégique que lui accorde la famille comtale. Pere Ramon puis Guillem Ramon qui lui succèdent semblent apparentés à la même famille.

A partir de 1125, le fief de Requesens passe aux mains de Guillem et Bernat d’Ultrera. Cette réunion des deux seigneuries, effective jusqu’en 1140, fait alors de la dynastie d’Ultrera la plus puissante de l’Albera. Cette période est aussi très conflictuelle pour Requesens toujours au cœur des désaccords entre les comtes de Roussillon et d’Empuries.

Les documents sont rares. L’un d’entre eux parle de guerre, « ista guerra » de Requesens, et d’otages remis par Jofre 1er de Rocaberti au comte Gausfred III. Parmi les otages apparaissent les noms de Bernad de Cantalups (Cantallops), Maçot de Baniuls(Banyuls) et Petrum Rabedos(Rabos).

En mai 1147, le même vicomte de Rocaberti s’engage à prêter assistance au comte de Roussillon si une guerre venait à éclater à Requesens. Cette situation de tension ne cesse qu’au terme de la dynastie de Roussillon (en 1172).

Après cette date, l’évolution de la seigneurie se perd pendant plus d’un siècle. Elle passe semble-t-il au comte-roi Alfons II. La conserve-t-il, ou en fait-il don aux comtes d’Empuries ? En 1182, apparaît une lignée de « Requesens » qui se retrouve à plusieurs reprises au cours du XIIIe s.

Au début du XIVe siècle, Saurina, fille et héritière de Berenguer de Requesens, épouse Dalmau II de Castellnou faisant passer la seigneurie aux mains de la noblesse roussillonnaise. Vers 1360 Berenguer et Guillem de Castellnou la vendent à Ramon Berenguer d’Empuries. Ses héritiers la conservent jusqu’à la fin de leur dynastie, en 1401.Incorporée à la couronne pendant quelques années, la seigneurie de Requesens devient, en 1418, propriété des Rocaberti, jusqu’en 1899.

Le château de Requesens est en ruine lorsque, en 1893, son propriétaire, Tomas de Rocaberti de Dameto, entreprend sa restauration. Seuls subsistent alors de l’édifice médiéval, des pans de remparts, la tour carrée, la salle « antique », une partie de la porte d’en haut, etc…

Les travaux menés sous la direction du maître d’œuvre Alexandre Comalat, s’avèrent en fait une véritable reconstruction.

Ils sont déjà bien avancés lorsque Tomas de Rocaberti meurt en 1898.

Sa sœur Adélaïde, héritière et ultime descendante de la célèbre dynastie, mène à son terme cette œuvre avant de mourir l’année suivante transformant le château profondément selon les critères néo-médiévaux de l’architecture, en usage à cette époque.

Le château et les terres alentour (2.000 ha) sont aujourd’hui propriété privée.

Pour se renseigner, tél à : Jean-François 04 68 56 81 03 ou 06 20 40 63 05

(*) Le Perpignan Omnisports des Travailleurs-es, association affiliée à la F.S.G.T.

Rédigé le 15/11/2019

Jean-François Menny