Actu Média

ligne déco
Sources : Libération

Adieu poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles : 60% des vertébrés ont disparu en 44 ans

 

D'après «l'indice planète vivante», calculé par la Société zoologique de Londres à partir de 4005 espèces entre 1970 et 2014, et révélé ce mardi dans un rapport de WWF, les populations d'animaux sauvages se sont effondrées. La dégringolade est encore plus marquée dans les…

séparation
Sources : l'Humanité

Le siège du PCF à Lyon attaqué par des fascistes

Le local départemental du Parti communiste a été dégradé mercredi, dans une ville où l’extrême droite agit en toute impunité.

séparation
Sources : Libération

LES ARCHÉOLOGUES, NOUVEAUX DAMNÉS DE LA TERRE

Si la loi d’août 2003 instaurant l’ouverture à la concurrence du marché de l’archéologie préventive a permis de créer des emplois, les conditions de travail se sont profondément dégradées. Rencontre en Haute-Savoie avec les prolétaires de la poussière.

 

séparation

LU, VU, ET ENTENDU

lu

Llonganisses i botifarres


- La Nicola m'ha tornat a dir que per ella és més difícil de llegir aquestes cròniques que les d'abans


- Em sembla que deu haver dit que era mes “difficile" i no pas difícil


- Si comencem aixís, també diria "me sembla" i no "em sembla"


- Per tant, no hi ha el Rossellonès per una banda i no sé que de l'altra!


- És clar que no, ni hi ha res a fer, és sobretot qüestió de mots diferents, segons el lloc, o l'indret!


- I a vegades només de l'interior d'un mot: recorda com a casa sempre parlàvem de les "llangonisses" fins que descobríssim que "normativament" són les llonganisses.


- Amb les botifarres no hi ha problema: tothom sembla que en diu botifarres al nord com al sud!


- Parlant de llonganisses i de botifarres, has vist l'interrogatori del Jordi Cuixart?


- Home, només cal anar al Youtube i posar-hi el seu nom, surt tota la seqüencia


- Ja! Ja! Quan el jutge l'hi retreu d'haver cridat per una manifestació multitudinària i que l'hi respon que ben segur, quan organitzes una manifestació és més aviat volent que hi vingui lo més de gent possible...


- I lo de desitjar un tsunami, quan l'hi diuen...


- Sí! Sí! Ell respon que parlar d'un "tsunami democràtic" és una metàfora i que a més s'ha de desitjar...


- Però lo més surrealista és quan explica que sí, que havien posat de costat no sé quants euros per fer una "llonganissada" i que a Catalunya una llonganissada és com una botifarrada..."


- És com una peca de teatre surrealista...


- ... Només que quan baixi el teló en lloc d’anar a casa el tornaran a la presó, on jau des d'un any i mig sense cap raó.


- Això vol dir que cal fer apolit quan fas botifarres a la brasa


- I també que cal fer atenció quan les fas grillar: lo que passa d'un costat d'una frontera també pot arribar de l'altre algun dia...


- Doncs mentre hi sem a temps, Botifarra de pagès, com cantava la Trinca fa més de 40 anys... també a tornar a scoltar sobre utube per comprendre !


C&C


Traduction


“Llonganisses” et “botifarres”


- Nicole m’a redit que pour elle ces chroniques étaient plus “difficils” à lire que celles d’avant


- Il me semble qu’elle a dû dire “plus difficiles” et pas “plus dificils”


- Si tu y vas par là, on pourrait dire aussi “il me paraît” et pas “il me semble


- Cela dit, il n’y a pas “le roussillonais” d’un côté et le reste de l’autre


- C’est sûr, c’est affaire de mots, selon qu’on est dans un l’endroit... ou le lieu où on est !


- Et parfois c’est l’intérieur même d’un mot: souviens-toi, à la maison on parlait des “llangonisses”, avant de découvrir que “normativement” on dit les “llonganisses”


- Avec les “botifarres, pas de problème, on dit botifarres au nord comme au sud!


- A propos de llonganisses et de botifarres, tu as vu le procès de Jordi Cuixart?


- Homme, il suffit d’aller sur Utube et e taper son nom, tu en as l’intégralité


- Ha! Ha! Quand le juge lui reproche d’avoir appelé à une “manifestation monstre” et qu’il répond qu’en général quand tu organises une manifestation en principe tu espères avoir le plus de monde possible...


- Et le coup d’espérer un tsunami, lorsqu’ils lui disent...


- Oui! Oui!, lui répond que parler d’un “tsunami démocratique” c’est une métaphore et qu’en plus c’est une chose à espérer...


- Mais le plus surréaliste c’est quand il explique queoui, ils avaient provisionné je ne sais combien d’euros pour faire une “llonganissada” et qu’en Catalogne une llonganissada c’est comme une “botifarrada”...


- C’est vraiment une pièce de théâtre surréaliste...


- ... sauf que là, quand le rideau tombera il n’ira pas rejoindre sa famille mais retournera en prison où il dort epuis un an et demi sans raison.


- Ça ça veut dire qu’il faut faire attention quand tu fais des “botifarres à la braise”


- Ou quand tu “fais griller des botifarres”; ce qui arrive d’un côté de la frontière pourrait bien un jour arriver de l’autre...


- Alors, tant qu’on peut encore, “Botifarre de pagès” comme chantait la Trinca il y a plus de quarante ans... à réecouter aussi sur utube, pour comprendre!


 


 


 


 


 

ligne separation article
lu

Ossos i metges...

Au, s'han acabat les festes dels ossos, diumenge al matí pels carrers de Sant Llorenç n’hi havia que ja semblaven força cansats i encara no havia començat la caça!


Cal pensar que lo de l'ós només és un dia que fa part del carnaval; ha pas de fer oblidar tot lo altre, els carros, els personatges, la gresca i l'animació que duren dies.


I "per carnaval tot s'hi val!"


Normalment es aixís... esperem que aquest any no hi hagi cap raó de portar queixa...


És clar; però recorda lo que dèiem l'altra dia, el fet que més va i menys la gent suporta coses fora de lo "normal" quan precisament carnaval és l'ocasió que passin coses una mica fora de "lo normal".


Pla que és veritat! Pensem com vivia la mainada fa uns anys, carnaval o no. Per exemple a Pollestres només el fet d'anar a banyar-nos al Reart o a la Cantarrana... avui els serveis de la infància intervindrien per això!


I la violència de certs jocs: ja el "cavall fort"... però les pedregades que ens fotíem amb els de Cànoes! Una trobada el dijous a la tarda, al mig de les vinyes, i ens llançàvem pedres fins que n’érem farts!


Era pas fora la mainada. Allò de la “classe” per exemple: el jovent de la quinta de l’any passaven una nit per les cases i arreplegaven les carretes, els pots de flors i tot lo que podien a la plaça fins el carro dels enterraments. Quin pilot que feia! Al matí cadascú anava buscar lo seu, n'hi havia de pas gaire contents però suportaven.


El que ho havia entès era el vell Parayre: feia venir els joves a la cava, s’estiraven sobre un carretó sota l’aixeta d'una tina de vi dolç, bevien tant com volien d’un sol trago i així a ell no l'hi pescaven pas mai res!


Dins d'un altre gènere, allò de jugar al metge, penses que encara se fa o bé...


Hop! Hop! Hop! D'això ni parlar-ne: vols que anem a la presó o què?


C&C


Traduction


Ours et médecins


Bon, les fêtes de l’ours sont finies, dimanche matin il y en avait dans les rues de Saint Laurent qui semblaient déjà bien fatigués alors que la chasse n’avait pas encore commencé!


Il faut penser que l’ours ce n’est jamais qu’un jour au sein du carnaval; ça ne doit pas faire oublier tout le reste, les chars, les personnages, la fête et l’animation qui durent des jours...


Et “per carnaval tot s’hi val” (“pendant carnaval on a droit à tout”)!


Normalement, oui... espérons que cette année il n’y ait pas de raison pour quelqu’un de porter plainte...


C’est sûr; mais souviens-toi de ce que nous disions l’autre jour, le fait que plus le temps passe et moins les gens supportent ce qui hors du “normal”, alors que justement carnaval est l’occasion que se passent des choses un peu “a-normales”


C’est bien vrai! songeons comment vivaient les enfants il y a quelques décennies, carnaval ou pas. Par exemple à Pollestres, rien que le fait d’aller se baigner dans le Réart ou la Cantarrane... aujourd’hui les services de protection de l’enfance interviendraient!


Et la violence de certains jeux: déjà, “cavall fort”... mais les “pedregades” qu’on se foutait avec ceux de Canohès! Un rendez-vous le jeudi après-midi au milieu des vignes, et on se lançait des cailloux jusqu’à ce qu’on en ait marre!


Il n’y avait pas que les enfants. Le truc de “la classe” par exemple: les jeunes de “la classe” militaire de l’année passaient dans toutes les maisons la nuit, y ramassaient charrettes, pots de fleurs, bref, ce qu’ils trouvaient, jusqu’au corbillard et entassaient le tout sur la place du village; ça faisait un de ces tas! Au matin, chacun venait récupérer son bien, il y en avait des pas contents, mais ils acceptaient...


Celui qui avait tout compris c’était le vieux Parayre; il invitait les jeunes dans sa cave, les faisait s’allonger sur une brouette, placée sous le robinet d’un tonneau de vin doux, ils en buvaient tant qu’ils pouvaient d’un seul trait et c’est comme ça qu’on ne lui fauchait jamais rien!


Dans un autre genre, jouer au docteur, tu crois que ça se fait encore ou...


Hop! Hop! Hop! Là on n’en parle même pas: tu veux qu’on aille en prison ou quoi?

ligne separation article
entendu

ImaginaL.. l’USAP

- Ja se sap que és l'imaginari lo important, que és ell que ens porta a fer lo que fem, molt més que no pas la raó. És ell que ens fa decidir els vestits, el cotxe, els plats i fins i tot les persones que estimem... Els que es dediquen a fer publicitat i també els polítics és clar, ho han entès i és així que proven de nos vendre gat per llebre.


- Sí, però no sempre ho aconsegueixen.


- És que l'imaginari no es deixa domesticar tan fàcilment, tenim a dintre forces que no coneixem, fa temps en deien els deus... o els dimonis, fins que un metge de Viena parlés d'inconscient...


- Bé, s'escau que hi ha cada dimecres un excel·lent seminari a l'UPVD sobre aquest fenomen. Mes que té a veure amb això l'USAP?


- Precisament, per qui en dubtaria, sols raons vingudes de l’imaginari poden explicar el fenomen d'aquest equip que va perdent i sembla que més perd i més els seguidors l'hi donen crèdit.


- I això com es pot entendre? Per un gust de lo impossible potser: ja que mai s'havia vist una tal sèrie de partits perduts, la idea que aconseguir mantenir-se seria també una cosa mai vista... O bé el plaer masoquista de patir: ja que en sem a l'inconscient... però l’equip, com explicar-ho? Per les mateixes raons?


- Jo penso que per l'equip, hi ha altres explicacions possibles. Com per exemple el fet que ja no s’entreni a Aimé Giralt, el seu estadi, sinó en un terreny llunyà, potser materialment adequat, mes sense tot lo que fa l'ànima d’Aimé Giralt, la seva gespa, la paret amb tots els noms... de fet jo ja no vaig a veure els entrenaments, com ho feia de vegades abans. No entenc que ningú no s'adoni que l’USAP ja no jugue mai cap partit "a casa", i això es molt important per l'imaginari...


C&C


Traduction


Imagine... l'USAP


- On sait que c’est l'imaginaire qui nous détermine, plus que la raison. C’est l'imaginaire qui nous fait choisir nos habits, nos voitures, ce qu’on mange et jusqu’aux gens qu’on aime... Les publicistes et autres politiques l’ont bien compris qui essaient de nous faire acheter des vessies en lieu et place de lanternes...


- Oui, mais ils ne réussissent pas toujours.


- C’est que l'imaginaire ne se laisse pas domestiquer facilement, il y a en nous des forces que nous ne connaissons pas, qu'on a longtemps assimilées aux dieux… ou aux diables, avant qu'un médecin viennois ne parle d'inconscient...


- Bon d'accord, il y a le mercredi un excellent séminaire à l'UPVD sur cette question, mais quel rapport avec l'USAP ?


- Et bien justement, pour qui en douterait, c'est bien l'imaginaire et lui seul qui peut expliquer ce phénomène d'une équipe qui perd tous ses matchs et dont on dirait que plus elle perd et plus elle fait rêver ses supporters.


- Et comment comprendre ça? Le goût de l'impossible peut-être : puisqu’on n’a jamais vu une telle série de défaites, arriver à se maintenir ce serait aussi du jamais vu… ou le plaisir masochiste de souffrir ? Puisqu’on parle d’inconscient… mais l’équipe, comment l’expliquer ? pour les mêmes raisons ?


- Moi je pense que pour l’équipe il y a d’autres explications possibles. Par exemple le fait qu'elle ne s'entraîne plus à Aime Giralt, son stade, mais sur un terrain éloigné, dans des conditions matérielles qui sont peut-être bonnes mais sans ce qui fait l’âme d’Aimé Giralt, sa pelouse, le mur avec tous ces noms… en fait, moi je ne vais plus voir les entraînements, comme ça m’arrivait naguère. Et je ne comprends pas que personne ne réalise que l’USAP ne joue plus aucun match « à la maison », et çà c’est important pour l’imaginaire…