Actu Média

ligne déco
Sources : L'humanité

STRATÉGIE DE CRISE DE COVID-19 : QUE FAUT IL FAIRE POUR SORTIR DU CONFINEMENT ?

 

La vague du COVID-19 poursuit sa progression en Europe et s’intensifie dans le reste du monde ;…

séparation
Sources : L'Indépendant

Coronavirus - Hôpital de Perpignan - Hugues Aumaître : "Restez confinés, c'est le moment ou jamais"

 

Chef du service maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital de Perpignan, Hugues Aumaître fait le point sur…

séparation
Sources : Marianne

Patrons, finance, En Marche : au-delà de BlackRock, ces Légions d'honneur attribuées à des proches du pouvoir

Parmi les 487 personnes figurant dans la promotion civile de la Légion…

séparation

LU, VU, ET ENTENDU

lu

Humor ?

- Es veu que hi ha hagut menys morts a molts llocs durant els tres primers mesos de l’any 2020 que durant els tres primers mesos de 2019! Què te’n sembla?


- Belleu la gent no ha volgut morir del coronavirus, i ha preferit esperar...


- Per no ser ridícul, potser, o perquè els enterraments no es podien fer de manera solemne, amb gent, música...


- Ah! Ah! ... encara que... hi pot haver quelcom de veritat amb tot això...


- Lo que anem dient, aquesta bestiola ens posa davant de les qüestions més existencials...


- El que és segur, en tot cas, és que hi ha hagut molts menys malalts... si seguim lo que sabem de les consultes als metges


- Sí, pobres metges, que s’han quedat desenfeinats, gairebé com els restaurants...


- Vol dir que la gent era menys malalta... o, més segurament, que no volia entrar en una sala d’espera per por de contractar el famós virus...


- Bé, la veritat és que en temps normal, tots els metges te diran que hi ha més malalts els dilluns que els divendres, abans del cap de setmana!


- Quan s’acabi l’epidèmia, quina festa serà per totes les altres malalties i morts !


- Mira com les fórmules d’aquests dies tradueixen tot això: a la télé francesa, deu, cent, vegades al dia, passava un informe oficial dient que  si teniu febre,  tos, i no sé quins altres símptomes, és que “potser seu malalt”. Potser!


- Sempre tornem a lo mateix:  “si no sem malalts del coronavirus, no serem malalts de res, si no morim del coronavirus no morirem de res...”


- Seguint amb les estupideses, una multitud de mails, de missatges del FaceBook i de totes les xarxes s’acaben amb la formula “cuidem-nos, cuideu-vos”


- És clar que sense el coronavirus, ens en fotríem de cuidar-nos i de les persones properes!


- Falta l’humor de Hara Kiri i Charlie...


Veus com l’estupidesa armada d’un fusell mata més segurament que un virus, mata la gent i l’humor...


 


Traduction


Humour ?


- Apparemment, il y a eu dans plein d’endroits moins de morts durant le premier trimestre 2020 que durant le premier trimestre 2021. qu’est-ce que tu dis de ça


- Si ça se trouve les gens n’ont pas voulu mourir du coronavirus, et ont préféré attendre...


- La peur du ridicule, peut-être, ou l’impossibilité d’un enterrement solennel, avec du monde, de la musique...


- Ah! Ah!... encore que... il doit y avoir du vrai là-dedans...


- Ce que nous ne cessons de dire: cette bestiole nous renvoie aux questions les plus existentielles...


- En tout cas, une chose est sûre: il y’a a eu beaucoup moins de malades... si on en croit ce que nous savons des consultations chez les médecins...


- Oui, pauvres médecins, quasiment au chômage comme les restaurateurs...


- Moins de malades... ou, plus sûrement, des gens qui ne voulaient pas entrer dans une salle d’attente par peur d’y contracter le fameux virus!


- Bon, la vérité c’est que tous les médecins te diront qu’en temps normal il y a plus de malades le lundi que le vendredi, juste avant le week-end!


- A la fin de l’épidémie, quelle fiesta vont faire les autres maladies et morts!


- Vois comme les formules du temps traduisent tout ça: sur les chaînes de télé françaises, dix, cent fois par jour passait un communiqué officiel disant que si vous avez fièvre, toux et je ne sais quels autres symptômes, vous êtes « peut-être malade ».  Peut-être!


- On en revient toujours à la même chose: « si nous ne sommes pas malades du coronavirus, nous ne serons malades de rien, si nous ne mourons pas du coronavirus, nous ne mourrons de rien... »


- Pour continuer avec les stupidités ambiantes, une multitude de méls, de messages sur Face Book et autres réseaux sociaux se terminent par « prenez soin de vous et de vos proches »...


- ... c’est sûr qu’avant le coronavirus on s’en foutait de nous et de nos proches!


- Il nous manque l’humour de Hara Kiri et Charlie...


- Tu vois, la connerie armée d’un fusil tue plus sûrement qu’un virus, ça tue et les gens et l’humour...


                                        






ligne separation article
lu

Herois?

- Prou de dir que els cuidadors són herois, com tampoc ho són els caixers i caixeres dels supermercats, els escombriaires...


- No entenc lo que pretens


- Doncs, és molt senzill : un heroi? Guaita: durant tots els dies de confinament, la televisió ha tornat a emetre la sèrie Zorro


- Zorro! un heroi de debò oi? Ho he espiat!


- I jo també, amb plaer i el record de bons moments en familia...  Ara, francament,  és Zorro el personatge més interessant?


- Home, ja ho és que els que prefereixo són el sergent García, en Bernardo...


- I això perquè? Perquè són sers humans, amb els seu defectes, les seves impotències, mentre en Diego de la Vega, aquest estúpid  ho encerta tot, sempre, sense cap sorpresa.


- És un bell home malgrat tot...


- Que podria fer ofici de vibrador durant un rato, potser. Sembla que no desitja ni odia ningú: fins i tot els seu enemics l’hi fan el regal de morir sense que ell s’embrutissi les mans ! No, no digueu als curadors que són herois, que és afegir sobre ells pressió, fer que potser  se sentin culpables per els seus límits, dubtes, angoixes...


- De fet el que no acabo d’entendre és com ho fan per suportar lo que reben aquest dies...


- No es fàcil; necessiten professionalisme, ho sigui gent pagada correctament, mitjans adequats, construcció d’equips amb temps per intercanviar, bé tot el que se’ls hi nega...


- Queda a més que són en primera línia...


- Deixem estar també aquesta metàfora guerrera : les guerres se  fan els uns contra els altres, aquí no té cap sentit, menys  les guerres entre especialistes, és clar!


- Au, fora la primera línia, “primer de cordada” t’aniria bé?


- Molt bé, i  aleshores lo  que necessiten són bones cordes, bons mosquetons,  i sobretot, els que seguim la fila, no deixar-los, assegurar-los agafant ben fort la corda, que si sabes lo del  primer de cordada, també deus saber que el segon es la Mort...


- Sí, ho sé. Que visquin els cuidadors, esplèndids sers humans !


                   


Traduction


Héros ?


 


 - Faut arrêter de dire que les soignants sont des héros; ils ne le sont pas, pas plus que les caissières des supermarchés, les éboueurs...


- Je ne comprends pas où tu veux en venir...


- c’est très simple. Un héros ? Écoute, pendant tout le confinement, la télé a repassé la série “Zorro »


- Zorro ? Un vrai héros pour le coup ! J’ai regardé !


- Moi aussi, avec plaisir et dans le souvenir de bons moments... Cela dit, franchement, c’est Zorro le personnage le plus intéressant ?


- Ben, c’est vrai que je préfère personnellement le sergent Garcia, Bernardo...


- Et pourquoi ? Parce que ce sont des êtres humains, avec leurs défauts, leurs insuffisances, alors que Diego de la Vega, ce crétin, réussit toujours tout, sans surprise !


- C’est un bel homme malgré tout...


- Qui pourrait faire office de vibromasseur, éventuellement. On dirait qu’il ne désire ni ne hait personne : jusqu’à ses ennemis qui lui font la grâce de mourir sans qu’il ait à se salir les mains ! C’est ça un héros ! Non, ne dites pas aux soignants que ce sont des héros ; ça ne fait qu’ajouter de la pression sur eux, faire qu’ils risquent de se sentir coupables de leurs limites, leurs doutes, leurs angoisses...


- Le fait est que je ne comprends pas comment ils font pour supporter tout ce qu’ils encaissent ces temps-ci...


- Pas facile : il leur faut surtout du professionnalisme, être correctement payés, des moyens, du temps pour constituer les équipes, assurer les transmissions... bref, tout ce qu’on leur refuse...


- Reste qu’ils sont en première ligne...


- Il faut aussi laisser tomber cette métaphore guerrière : les guerres se font les uns contre les autres, ça n’a aucun sens ici... sauf les guerres entre spécialistes, évidemment !


- Bon, on oublie la première ligne. Si on parlait de « premiers de cordée », qu’en dis-tu ?


- Parfait ! Et ce qu’il leur faut alors, c’est une bonne corde, de bons mousquetons, et surtout que ceux qui sommes derrière eux, les assurions en tenant bien fort la corde pour qu’ils ne tombent pas: tu sais ce qu’est un premier de cordée, tu dois savoir aussi que le second c’est la Mort...


- Oui, je le sais ! Que vivent les soignants, splendides êtres humains !


 


   C&C


 

ligne separation article
entendu

Fronteres

- Ja hi tornem a ser amb les fronteres !
- Home, cadascú prova de tancar-se a casa seva i de procurar que els altres no hi entrin, i en aquest cas, lo que tothom no vol que entri a casa és el famós virus, cosa que se pot comprendre !
- És clar, mes el virus és com el núvol de Txernòbil, les fronteres, ell no les coneix pas.
- Si, mes avui n’hi ha prou posant una barrera amb un uniforme que vigila i ja està,  per Txernòbil era difícil de barrar el pas d’un núvol.
- Segurament tens raó... lo que passa és que me fa mal aquesta regressió per passar el Pirineu, me recorda el temps d’en Franco, dels duaners i de la guàrdia civil... El goig que va ser quan vam poder travessar a noranta kilòmetres a l’hora, sense aturar-nos, com el vent...
- Si te pot distreure un poc, pensa amb lo que ha passat aquesta setmana al Pertús, quan els francesos van poder sortir i fer cent kilòmetres.
- No veig res de distraient en el fet que la gent es precipiti a comprar tabac...
- No perdis el teu sentit de l’humor: vull parlar dels embussos de trànsit que això va generar...
- ... I també el fet que el batlle del costat francès protesta perquè no vol que el seu poble esdevingui un nou clúster de l’epidèmia
- Jo penso que sobretot n’és fart que tothom aparqui a França i travessi el carrer per anar a fer compres a Espanya !
- Sí, ens pot fet somriure la situació. La  veritat és que tancar la frontera en un lloc on quan canvies de vorera també canvies de país, no és gaire fàcil...
- Sempre hi ha la possibilitat de construir una paret com a Berlín... però el dia d’avui ningú ho pot imaginar, fora d’un Trump, és clar...
- Finalment, d’una manera còmica, tot això ens recorda la qüestió fonamental de la frontera, que ens plantejaven fa un temps,  enterament continguda en els mots : “Los Limites” o “Le Perthus”, una barrera o un forat, un tancament o un passatge...



Traduction


Frontières


 


- Ça y est, c’est reparti avec les frontières!


- Écoute, chacun essaie de s’enfermer chez soi et de se débrouiller pour que les autres n’y entrent pas, et dans la circonstance ce que tout le monde ne veut pas voir entrer dans la maison, c’est le fameux virus, ce qu’on peut comprendre!
- C’est sûr, mais le virus est comme le nuage nucléaire de Tchernobyl: les frontières il  ne connaît pas!


- Oui, mais là, il suffit de mettre une barrière avec un uniforme pour surveiller, et le tour est joué, pour Tchernobyl, c’était difficile d’arrêter un nuage.


- Tu dois avoir raison... Ce qu’il y a, c’est que j’ai du mal avec cette régression pour traverser les Pyrénées; ça me rappelle l’époque de Franco, des douaniers et de la Guardia Civil... quel bonheur le jour où on a pu passer à quatre-vingt dix à l’heure, sans s’arrêter, comme le vent...


- Si ça peut te distraire un peu, pense à ce qui s’est passé cette semaine au Perthus, quand les Français ont pu sortir et faire cent kilomètres.


- Je ne vois rien d’amusant dans le fait que les gens se précipitent pour acheter du tabac...


- Ne perds pas ton sens de l’humour! Je veux parler des embouteillages que ça a produit...


- Il y a aussi le maire du côté français, protestant parce qu’il ne veut pas que son village devienne un nouveau foyer de l’épidémie.


- Ce que je pense c’est qu’il en a surtout marre que tout le monde se gare en France... et aille dépenser son argent en Espagne!


- Oui, la situation peut nous faire sourire. La vérité c’est que fermer une frontière dans un lieu où quand tu changes de trottoir tu changes aussi de pays ne doit pas être facile...


- On peut toujours construire un mur comme à Berlin... mais plus personne n’imagine ça aujourd’hui, sauf Trump bien sûr...


- Finalement, tout ça nous rappelle sur un mode comique la question fondamentale de la frontière, que nous posions il y a quelque temps, entièrement contenue dans les mots: « Los Limites » ou « Le Perthus », une barrière ou un trou, une fermeture ou un passage...


C&C